Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2015 4 23 /07 /juillet /2015 05:37

Raoul III n'avait encore que cinq ans, lorsque la mort de son père le mit en possession des riches domaines qui formaient alors l'apanage de la maison de Fougères. La garde de sa personne et de ses biens fut confiée à Pierre de Dreux, duc de Bretagne, sous lequel il fit ses premières armes, à la bataille de Chateaubriand (1222). Ce ne fut pas sans de grandes difficultés que Raoul put sortir de l'étroite dépendance dans laquelle le retenait son tuteur. Comme celui-ci avait le plus grand intérêt à conserver le plus long-temps possible la garde des biens de son pupille, il refusait toujours de s'en dessaisir et alléguait sans cesse de nouveaux prétextes pour justifier sa conduite ; enfin, lorsque Raoul eut atteint l'âge de vingt quatre ans, il consentit à l'envoyer en possession ; mais, en retour, il exigea de lui 9,000 livres tournois pour droit de bail (30 mai 1229).Raoul eut bientôt une occasion de se venger de la mauvaise foi de son tuteur. Cette année-là même, Pierre ayant appelé les Anglais en Bretagne, le roi de France le fit condamner par la cour des pairs à la perte de son duché, et en exécution de cette sentence, il fit saisir tous les biens des seigneurs bretons qui se trouvaient dans son royaume. Quoique les nombreuses possessions de Raoul, en Normandie, se trouvassent comprises dans cette confiscation, il s'empressa d'aller trouver le roi à Athée, et lui rendit hommage pour toutes les terres qu'il tenait du duc de Bretagne.

 

 

 

Le monarque, reconnaissant de sa démarche, lui restitua toutes ses terres de Normandie,  pour lesquelles  Raoul lui rendit hommage, suivant la coutume de cette province. Le roi et le seigneur de Fougères conclurent dans celle entrevue un traité dont voici les principales clauses : Le seigneur de Fougères prit l'engagement de livrer son château au roi, qui pourrait y établir telle garnison qu'il lui plairait, et de lui fournir trente chevaliers que le monarque entretiendrait à ses frais jusqu'à la fin de la guerre ou jusqu'à la majorité du duc de Bretagne, avec la faculté d'en disposer comme bon lui semblerait. Le Roi, de son côté, prit l'engagement de ne faire aucun traité qui pût replacer le seigneur de Fougères dans la dépendance du roi d'Angleterre ou du duc de Bretagne , et de le secourir comme son vassal, s'il venait à être attaqué.par l'un ou l'autre de ces princes. Pour garantir la fidélité dosa promesse, Raoul accorda au roi l'hommage de tous les chevaliers de ses terres, lesquels devaient, en cas d'inexécution de quelques-unes des clauses du traité, rester auprès du Roi jusqu'à leur entier accomplissement. Le duc de Bretagne conçut un vif ressentiment de la défection de Raoul, et pour que rien ne pût en arrêter les effets, il jura de ne faire aucune paix avec lui, sans l'assentiment du vicomte de Rohan. Ce seigneur possédait toute la confiance du roi d'Angleterre, qui l'honorait d'une affection toute particulière, et Pierre pensait avec raison que nul plus que lui ne désirait l'humiliation et la ruine d'un vassal qui se montrait si hostile à la cause du monarque. Il marcha ensuite en toute hâte sur Fougères, surprit la garnison et s'empara du château; mais les troupes de France qui gardaient la ville le reprirent presqu'aussitôt, et, la trêve conclue à Saint-Aubin-du-Cormier, en suspendant les hostilités, força le duc de Bretagne d'ajourner ses projets de vengeance. Raoul profita de la paix pour contracter une alliance qui pût lui donner un appui, dans le cas où une nouvelle guerre viendrait fournir à Mauclerc l'occasion d'exécuter ses mauvais desseins contre lui. Il jeta les yeux sur Isabelle fille d'Amaury de Craon et de Sablé, qui lui apporta en dot 2000 livres tournois en deniers, et 350 livres de revenu annuel, qui furent assises sur les biens de la maison de Craon, à Agon, en Normandie, et à Châteauneuf sur Sarthe. L'an 1235, la veille de la Toussaint, Raoul fut reçu chevalier par le roi Saint-Louis lui même, avec tout le cérémonial usité.

 

 

Le 6 décembre de celte année, Isabelle accoucha d'un fils qui reçut au baptême le nom de Jean, et qui mourut le jour même de sa naissance. Raoul était alors occupé d'un procès considérable qui n'eut une solution définitive qu'en 1242. Eudon III, comte de Porhoet, étant mort en 1231, Raoul de Fougères , son petit-fils, Pierre de Chemillé et Olivier de Montauban, ses gendres, ainsi que Guy de Mauvoisin, son beau-frère, prétendirent également à son héritage (1235). Après de longs débats, qui ne furent suivis d'aucun résultat, Raoul et Guy de Mauvoisin convinrent de s'en rapporter, pour ce qui les concernait, à la décision du roi de France. Le monarque, ayant pris connaissance de l'affaire, prononça en faveur de Raoul, fils de l'aînée des filles d'Eudon, et envoya ce seigneur en possession de tous les biens contestés, à la charge de payer à Guy une somme de 2,500 livres tournois et une rente annuelle de 200 livres, qui serait assise sur les biens de la maison de Fougères en Normandie. Le 29 janvier 1253, Raoul maria sa fille unique Jeanne de Fougères, à Hugues XII de Lusignan, comte de la Marche. Le mariage fut célébré par Etienne de Châteaudun, abbé de Savigny, avec toute la pompe que comportait la haute position des deux conjoints. Raoul ne survécut que trois ans à cette cérémonie. Il mourut le 24 mars 1256, à l'âge de cinquante-deux ans, et fut inhumé, comme ses prédécesseurs, dans le cloître de l'abbaye de Savigny. En lui finit la maison de Fougères, après 266 ans d'existence.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires