Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 17:57


 

 

Dol de Bretagne, le site défensif

d'après site officiel de la ville de Dol de Bretagne

 

Le site qu'occupait le château de Dol remontait selon toutes certitudes à la période carolingienne, voir à une période antérieure. C'est à cet archevêque Junkeneus, que la cité de Dol doit sa première défense aménagée au début de l'an mil, et connue à travers la tapisserie de Bayeux. Curieux personnage que ce prélat donné fils de Haimon -alias Hamon, vicomte de Aleth & Dinan et de Roianteline, vicomtesse de Dol. Il était le second de la fratrie qui comptait cinq fils dont un illégitime: Haimon II, Josselin, Junkeneus, Riwallon chêvre-chenue, et Salomon le Bâtard. Pour avoir soutenu la révolte de Eudon de Penthièvre contre le duc Alain III en l'an 1035, le dit Haimon III fut privé de son fief de Aleth et du Poudouvre au bénéfice de son frère Josselin. Riwallon chêvre-chenue reçut pour sa part les châteaux de Combourg et de Dol, quant à Salomon le Bâtard, il est regardé comme fondateur de la Maison du-Guesclin. Junguené, l'archevêque, donna à Ruellan alias Riwallon, son frère. « tout ce que, dans le territoire de Dol, possède aujourd'hui par sa femme Harcoué de Soligné, à savoir : douze fiefs de chevalerie, et les masures qu'il a dans le bourg Notre-Dame, avec un crédit de mille sous à Dol, sous celte condition : que tant qu'il en serait débiteur nul autre crédit ne lui sérail fait . Ce fut aussi Ginguené qui éleva le château de Combour et le donna au dit Ruellan. donna encore à Salomon le bâtard, son frère, tout ce que tient aujourd'hui Bertrand le jeune, en la paroisse de Saint-Coulomb, et le fief d'Eudes, fils de Geoffroy». Dol de Bretagne, le site défensif

 

 

Château de Dol

d'après tâpisserie de Bayeux

 

Le site qu'occupait le château de Dol remontait selon toutes certitudes à la période carolingienne, voir à une période antérieure. C'est à cet archevêque Junkeneus, que la cité de Dol doit sa première défense aménagée au début de l'an mil, et connue à travers la tapisserie de Bayeux. Curieux personnage que ce prélat donné fils de Haimon -alias Hamon, vicomte de Aleth & Dinan et de Roianteline, vicomtesse de Dol. Il était le second de la fratrie qui comptait cinq fils dont un illégitime : Haimon II, Josselin, Junkeneus, Riwallon chêvre-chenue, et Salomon le Bâtard. Pour avoir soutenu la révolte de Eudon de Penthièvre contre le duc Alain III en l'an 1035, le dit Haimon III fut privé de son fief de Aleth et du Poudouvre au bénéfice de son frère Josselin. Riwallon chêvre-chenue reçut pour sa part les châteaux de Combourg et de Dol, quant à Salomon le Bâtard, il est regardé comme fondateur de la Maison du-Guesclin. Junguené, l'archevêque, donna à Ruellan alias Riwallon, son frère. « tout ce que, dans le territoire de Dol, possède aujourd'hui par sa femme Harcoué de Soligné, à savoir : douze fiefs de chevalerie, et les masures qu'il a dans le bourg Notre-Dame, avec un crédit de mille sous à Dol, sous celte condition : que tant qu'il en serait débiteur nul autre crédit ne lui sérail fait . Ce fut aussi Ginguené qui éleva le château de Combour et le donna au dit Ruellan. donna encore à Salomon le bâtard, son frère, tout ce que tient aujourd'hui Bertrand le jeune, en la paroisse de Saint-Coulomb, et le fief d'Eudes, fils de Geoffroy».

 

 

Guillelmus de Dinan(no), et Gervasius, canonici, et XIX presbyteri et tres diaconi, jurati, dixerunt quod Guingueneus, dolensis archiepiscopus, el Ruellen Capra Canuta, Josselinus de Dinan, et Salomon bastardus, fratres fuerunt. Guingueneus vero archiepiscopus dédit Ruelloni frati suo quidquid Asculfus de Sulincio habet, cum uxore sua, in territorio Doli, scilicet feuda XII militum, et masuras quas habet in burgo Sancte Marie, et creditionem mille solidorum in Dolo, ila quod quamdiu eos deberet nichil amplius ei cred retur, Caslellum etiam. de Comborn fecit et dedit eidem Ruelloni. Idem quoque Guingueneus dedit Salomoni bastardo fratri suo quidquid Bertrandus juvenis invente tenet in parrochia Sancti Columbani et feudum Eudonis Gaufridi. ...Le plus grand nombre des généalogistes, depuis le XVIe siècle jusqu'à nos jours, ont donné, comme premier auteur, à la famille du Guesclin, Salomon, fils naturel de Hamon, vicomte de Dinan et de Dol au commencement du XIe siècle. Il est certain que Junkeneus, archevêque de Dol, l'un des quatre fils légitimes du vicomte de Dinan, inféoda à Salomon la terre dont le Guesclin d'abord, le Plessis-Bertrand ensuite, ont été le chef-lieu : c'est par cet acte que fut constitué à titre de fief ce démembrement du domaine épiscopal de Dol . Mais que Salomon ait laissé une postérité directe et que Geoffroy de Waglip en fût le représentant, c'est une thèse à l'appui de laquelle on n'a jamais apporté l'ombre d'une preuve. Voici ce qu'écrivait au sujet de Salomon le Bâtard aïeul des du-Guesclin, Louis Rioult de Neuville. Riwallon, Ruellan surnommé Chèvre-Chenue, fils d'Haimon de Dinan et de Roainteline de Dol, fut le premier seigneur de Combourg et de Dol. Il épousa la fille du seigneur du Puiset en Beauce, évêché d'Orléans, qui se nommait Aremburge, il en eut six enfants : Guillaume, Jean, Gilduin, Geoffroi, Havoise et Berthe. Celle-ci fut mariée au comte Geoffroi Granonat, fils naturel du duc Alain III. Elle était, dit Le Baud, « moult religieuse et dévote», elle restaura l'abbaye de Saint-Melaine vers 1060. Son mari Geoffroi, comte de Rennes, mourut en 1084 et elle-môme en 1085. Riwallon était un révolté, toujours en lutte contre le duc, il prit parti pour Eudon de Penthièvre dans la guerre que celui-ci soutenait contre le duc Conan II. En 1064, mécontents de celui-ci, quelques seigneurs du pays de Rennes formèrent une ligue contre le duc, à la tête de laquelle fut placé Riwallon de Combourg; puis ils appelèrent Guillaume, duc de Normandie pour les soutenir dans leur révolte. Conan prévint Guillaume et alla mettre le siège devant Dol défendue par Riwallon renfermé dans la forteresse qu'il avait construite malgré l'opposition de l'archevêque. Conan n'ayant pu s'emparer de Dol se retira vers Rennes, à l'approche de Guillaume de Normandie, piqué, dit-on, des railleries de Riwallon, Guillaume apprit de Riwallon la retraite de Conan et regagna la Normandie. Cet épisode est retracé par la Tapisserie de Bayeux. A peine Guillaume fut-il parti que Conan vint assiéger Riwallon dans Combourg, bien décidé à le punir de sa révolte. Combourg résista trois jours et fut emporté, ce qui mit fin à la révolte des seigneurs bretons contre Conan (1065), Riwallon fait prisonnier fut envoyé en exil.Il paraît que cet exil ne fut pas long, car, peu de temps après Riwallon fondait près de son château de Combourg le prieuré de la Trinité. Riwallon mourut à Combourg et fut inhumé dans le prieuré dela Trinité qu'il avait fondé ! On y voyait encore sa statue, couchée sur son tombeau, en armure de chevalier, au siècle dernier, dit Chateaubriand, dans ses Mémoires d'Outre-Tombe. Guillaume de Dol étant rentré dans les ordres religieux et devint abbé de Saint Florent de Saumur, c'est son frère puîné Jean qui succéda à Riwallon à la tête de Dol, ledit Jean allait devenir archevêque de Dol de 1087 à 1092, son frère Gilduin en avait été aussi archevêque de 1075 à 1078. Jean Ier de Dol fut un des opposants à Henri Plantagenêt quand celui-ci mit main basse sur la Bretagne. A sa mort, il confia à Raoul de Fougères les forteresses de Dol et de Combourg, mais dû les céder au dit souverain Anglais. 

 

 

De son union avec Godehilde de Fougères, fille de Main II, Jean Ier de Dol laissait entre autres enfants : Riwallon, Gelduin et Havoise. Riwallon deuxième du nom fut père de Jean III de Dol. Quand Pierre de Dreux épousa Alix de Thouars, héritière du duché de Bretagne, une ligue se forma contre lui, cependant Jean III de Dol fut un des fidèles alliés de Pierre de Dreux.  Cependant, l'entente entre les deux guerriers devait être de courte durée, puisque vers 1235 Jean III, comte de Dol, et Clément de Vitré, évêque de cette ville, se plaignaient au roi de France, Louis IX, des vexations et des injustices du duc Pierre de Dreux. En 1235, le souverain français dépêcha des commissaires à Dol pour dresser une enquête des plaintes faites contre le duc. Yseut de Dol, fille du dit Jean III transporta par son alliance le domaine de Dol à la famille de Saligny, famille d'origine normande. Henri II ayant confié la garde du comté de Dol à Hasculphe de Soligny il lui donna aussi la main de Yseult, fille du défunt seigneur de Dol. Les descendants de ce couple relevèrent le nom de Dol et conservèrent la seigneurie jusqu'au début du XIVe siècle. Jeanne de Dol, ci-dessous, épousa successivement Jean de Tinténiac puis Jean V de Laval. Elle s'éteignit en 1374

 


 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires

contes-et-merveilles.com 12/07/2016 09:47

en avant-dernière illustration, il semble que ce soit une photo du gisant de "Jeanne de Dol" que vous avez insérée en fin d'article... Puis-je savoir où se situe cette pierre ?

poudouvre 12/07/2016 14:07

Bonjour, en réalité, je ne l'ai pas précisé, l'illustration est due aux Editions Le Flohic, il s'agit bien du gisant de Jeanne de Dol, et précision est apportée au sujet de l'endroit où l'on peut trouver cette pièce : Prieuré de la Sainte-Trinité, Rue de l'Abbaye, Combourg. Merci de votre visite sur ce site. Cordialement.