Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 12:44

 

Lehon.

 

 

Assise au sommet d'une éminence naturelle de forme conique, rendue plus abrupte par des travaux de main d'homme, cette antique forteresse n'est séparée de Dinan, vers le Sud, que par la distance d'une demi-lieue à peine. La Rance arrose tout près de là, vers l'Est, une délicieuse vallée; un étang creusé du côté du Nord, au pied de la motte qui portait le château, entrait l'escarpement du terrain au Sud et à l'Ouest en rendait l'attaque très-difficile. Le petit bourg de Lehon s'était groupé à l'abri du Vieux et jadis célèbre prieuré de Saint-Magloire, au bas du rocher qui s'incline vers la Rance. Maintenant, si vous gravissez les pentes roides de cette éminence, vous arrivez sur l'aire même du château de Lehon. Vous avez sous les yeux un polygone irrégulier, au pourtour duquel on retrouve encore les débris de l'ancien mur d'enceinte et les bases plus ou moins ruinées de sept tours. Peu de chose reste ici à l'observateur pour l'aider à fixer l'âge de ces débris. Plus de traces de la porte d'entrée, ni des bâtiments d'habitation ! Les tronçons de tours qui subsistent encore n'offrent plus ni escaliers, ni portes, ni fenêtres caractérisées, ni créneaux, ni machicoulis. Quelques ouvertures de meurtrières carrées à l'intérieur, et ne présentant qu'une fente longitudinale à la partie externe, quelques archères longues parfois de 3 mètres, l'appareil de la maçonnerie, l'épaisseur des murailles, voilà à peu près tout ce qui peut servir de matière à observation. Or, les murs des tours n'ont pas plus de six à sept pieds d'épaisseur, excepté la tour de l'Ouest, qui peut avoir trois mètres. La tour S.-O. est la mieux conservée à l'intérieur : on y remarque une baie cintrée oblongue, surhaussée, de forme presque romane, à contours bien appareillés; une porte cintrée aussi; l'intérieur est taillé en demi-lune, dont le côté droit s'adosse à la muraille du fort. Les tours N. et N.-E. sont les mieux conservées : l'empattement de leurs bases coniques et solidement assises présente un appareil très-bien lié de petites pierres inégales et fixées par un mortier tenace. Au-dessus de l'évasement règne un cordon en pierres de moyen appareil, lequel se répète à la hauteur des archères. On a pensé que ces tours pouvaient remonter au XIIe siècle. L'histoire du château de Lehon, comme forteresse, commence au XIe siècle; bâti par Hamon Ier, vicomte de Dinan, il devint bientôt par sa position une des places d'armes les plus inaccessibles de ces fiers barons. Hamon II, vicomte de Dinan, y soutint un siège contre le duc Alain III, et sous les murs de ce château eut lieu une sanglante bataille entre ce duc et son frère Eudon accouru au secours du vicomte de Dinan, qui tenait son parti. A l'époque où le féroce Henri Plantagenet , roi d'Angleterre, guerroyait en Bretagne, Lehon fut aussi menacé par le vainqueur déjà maître de Bécherel, autre château de Rolland de Dinan. Si l'on en croit la Chronique de Saint-Brieuc et les Chroniques annaulx, suivis par Lebaud, une seconde expédition dirigée par le même roi Henri contre Lehon, l'année suivante, 1169, eut plus de succès ; le château de Rolland de Dinan fut emporté et détruit par le prince anglais. Après l'accommodement qui intervint à la suite de cette guerre entre le baron breton et le roi d'Angleterre, il y a tout lieu de croire que Lehon fut rétabli; et si, dans les ruines actuelles, il se trouve quelques parties anciennes, elles ne peuvent remonter plus haut que cette reconstruction de la fin du XIIe siècle. Quoi qu'il en soit, il est certain que Lehon était sorti de ses ruines, et qu'au XIIIe siècle il excitait puissamment la convoitise du duc Jean-le-Roux, ce prince avide et habile à s'agrandir aux dépens de ses vassaux. Lehon et la vicomté de Dinan appartenaient alors au comte de Goello, Alain d'Avaugour, qui avait recueilli, à cause de sa mère, Marguerite, dame du Mayenne et de Dinan, l'héritage des anciens vicomtes de de Dinan. Il finit par vendre, en 1264, tous ses droits sur Dinan et Lehon à Jean, duc de Bretagne, avec ce qui lui restait par ailleurs de la succession de sa mère, pour une somme de seize mille livres tournois, dont il fut payé comptant, et six cents livres de rente. A partir de ce moment, Lehon, rentré dans le domaine ducal, n'en sortit plus. Charles de Blois, à son retour de sa captivité en Angleterre, vint à Lehon en 1351 et y séjourna quelque temps. Au sujet de la garde du château, de Lehon , on lit ce qui suit dans le tome II des Preuves de Dom Morice, col. 709 : « Jocelin de Guité aiant eu la capitainerie de Lehon du tems de la duchesse Jeanne de Navarre, Amaury de Fontenay et Guillaume de Clin, commissaires du duc de Bourgogne, nouveau curateur du duc, receurent ladite forteresse dudit Joceiin, et la confièrent pour le tems du gouvernement du duc de Bourgogne à Raoul, sire de Coëtquen, chevalier, qui jura fidélité sous peine d'être reputé faux et deal chevalier, le 27 novembre 1402. Le nom du château de Lehon cesse, depuis cette date, d'être répété dans les Actes de Bretagne. Après l'union de la province à la France, l'importance de la forteresse diminua graduellement, et ses remparts avec leurs tours cédèrent peu à peu à l'action du temps. Au XVIIe siècle, l'enceinte du château fut afféagée au prieur de Lehon pour une rente annuelle de 10 livres tournois. Charles Bruslard, prieur en 1644, donna aux religieux les ruines et démolitions du vieux chastel de Lehon, consistant en huit tours sur l'enceinte, le donjon étant au milieu de l'emplacement d'icelui, et quelques restes de murailles étant encore sur bout à charge aux Bénédictins de la Congrégation de Saint-Maur d'employer lesdits matériaux provenant desdites démolitions aux réparations jugées utiles à faire au prieuré. Ce passage nous révèle une particularité intéressante, l'existence d'un donjon central dont il ne reste plus la moindre trace. Quel dommage que ce donjon n'ait pas été dessiné ou décrit avant d'être démoli ! il existait encore en 1677 (d'après un aveu cité par l'annotateur d'Ogée).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires