Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2015 6 05 /09 /septembre /2015 19:23

Nozvezh kentan ma eured me'm oa komadaman
Evit servijan ar Roue ret eo bezhan kontan.
Evit servijan ar Roue ret eo obeisso,
Met ma dousig Fransisa 'chom d'ar gêr o ouelo.
"Tevet, tevet, Franzozig, tevet na ouelit ket,
A-benn un daou pe un tri bloaz 

me 'deuï c'hoazh d'hokwelet!"

aseet an daou an tri bloaz ar berved 'zo ivez,
Nag ar vartolod yaouank ne zeu tamm da vale.

Ar plac'hig a oa yaouank hag a gave hir he amzer,
'Doa lakaet e-barzh e sönj da zimezin 'darre.
Na pa oa tud an eured diouzh an taol o koanio,
N'em gavas ur martolod 'ban ti a c'houl' lojo:
"Bonjour d'oc'h matez vihan, na c'hwi lojefe?

 

la première nuit de mes noces, j'ai eu commandement
D'aller servir le roi comme nous sommes obligés
Pour aller servir le roi il faut obléir.
Mais ma douce Fransoizig reste à la maison pleurer.
"Taisez-vous Fransoizig, taisez-vous, ne pleurez pas,
Dans deux ou trois ans je reviendrai vous voir !"
Passées les deux ou trois années, la quatrième aussi,
Aucun jeune marin ne revient.
La jeune fille était jeune et trouvait le temps long
Et s'était mise en tête de se remarier.
Quand les gens de la noce mangeaient au banquet,
Un marin demanda à loger dans la maison :
"Bonjour à vous jeune fille, me logerez-vous ?
Je suis un jeune marin qui revient de l'armée". 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires