Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 08:57

Châteaulin, ainsi nommé en raison de celui qui procéda à l'aménagement de l'endroit : Alain Le Grand, considéré comme gendre du roi Salomon. Il devait disparaître l'an 907, avant que son ouvrage ne soit achevé. Il ne fut terminé que près de 30 ans plus tard. Pontrieux était autrefois une trêve de Quemper Guézénec. C'est une ville fort ancienne que couronnait jadis la forteresse de Châteaulin sur Trieux où furent enfermés, sous le règne d'Alain IV dit le Petit, Hervé vicomte de Léon et Guiomark son fils, tombés l'un et l'autre dans une embuscade que leur avait dressée le vicomte du Faou. Le terrain où fut cette citadelle, de laquelle il ne reste pas de vestiges est aujourd'hui défriché et planté. Il est situé en Plouëc, et il est hors de doute que Pontrieux était autrefois dans la petite plaine au-dessous du château. Ce château dont l'histoire se lie d'une manière intime celle de Pontrieux soutenu plusieurs sièges. D'après Lobineau Pierre de Rohan s'en serait rendu maître, ainsi que de la ville en l'an 1448, et il aurait détruit le château et saccagé Pontrieux qui sans doute n'était alors qu'une bourgade. Deux places et quelques rues forment la ville. L'une ditte Place des Halles de laquelle existe une pompe qui donne de la bonne eau, renferme une promenade plantée d'ormes et entourée d'un parapet. A la fin du XVIIIe siècle, Jean Ogée écrivait à propos de ce château qu'il ne subsistait plus qu'une petite portion servant alors de bâtiment aux pauvres de la ville. l'ancien ermitage de saint Idunet, situé sur la rive gauche. de l'Aulne, succéda, sur la rive droite, le prieuré de Locquidunet, devenu église paroissiale de Châteaulin, ville qui a, suivant d'autres étymologistes, emprunté son nom à un château bâti sur la rive gauche de l'Aulne, à la fin du Xe s, par Budic, comte de Cornouaille, surnommé Castellin. Lorsque Hoël, comte de Cornouaille, monta, au siècle suivant, sur le trône de Bretagne, par son mariage avec Havoise, héritière du duché, Châteaulin, suivant le sort des autres possessions du comté, fut incorporé au domaine ducal. En 1163, Ruélin, vicomte du Faou, en guerre avec Hervé, comte de Léon, se sentant trop faible pour tenir tète à ce puissant seigneur, lui offrit une entrevue, et, étant parvenu à se rendre maître par une odieuse surprise du comte et de son fils Guiomarc'h, il les enferma dans la forteresse de Châteaulin. Hamon, évêque de Léon, l'un des fils d'Hervé, n'eut pas plutôt appris le traitement infligé à son père et à son frère, qu'il appela aux armes la noblesse et le peuple de Léon, et réclama de plus l'assistance du duc. Conan IV vint en personne prendre part à l'investissement de Châteaulin. Le comte de Léon fut délivré, et le vicomte du Faou, fait prisonnier à son tour, fut détenu dans le château de Daoulas, où il périt de faim et de misère. C'est le seul siège que Châteaulin paraisse avoir jamais soutenu, et cette ville est à peine citée dans l'histoire jusqu'à l'époque de la Ligue. Au mois de décembre 1595, le comte de la Maignane, chef de bande, attaché au parti du duc de Mercoeur, ravagea les environs de Châteaulin, pilla les paysans, et se retira chargé de butin, après avoir passé quinze jours dans ces quartiers. La Révolution fit perdre à Châteaulin sa juridiction royale, mais elle l'éleva au rang de chef-lieu de district, avant la création des chefs-lieux d'arrondissements, ou sous-préfectures, et changea son nom en celui de Cité-sur-Aulne, que la ville ne conserva pas longtemps.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires