Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 14:12

L'Imprimerie en Bretagne est, matériellement parlant, un vrai livre de bibliophiles, imprimé sur magnifique papier, en types anciens, avec fleurons et lettres ornées, etc. Il attire par la beauté et la forme extérieure, mais il séduit bien davantage par l'originalité du style, la sûreté de critique, la méthode de discussion et l'intérêt du sujet. Toutes ces qualités le recommandent et en font un modèle que devront imiter à l'avenir ceux qui s'occuperont à un point de vue quelconque des anciens livres. Tout ce qui avait été écrit jusqu'à ce jour sur les origines de l'imprimerie en Bretagne était sinon faux, du moins erroné et incomplet : le nombre des incunables bretons était inexactement connu, les lieux et les dates d'impression avaient été imparfaitement déterminés. Brunet lui-même et après lui plusieurs savants bretons, qui avaient traité cette question, s'étaient plus ou moins trompés. L'auteur de ce livre signale leurs erreurs, et voici à quels résultats il est arrivé. Le nombre des incunables bretons actuellement connus est de vingt-deux : dix ont été imprimés à Bréhant-Loudéac, en 1484 et 1485, et sortent des ateliers de Robin Foucquet et Jean Crès ; trois, dont deux de 1485 et un sans date, ont été imprimés à Rennes, par Pierre Bellesculée et Josses; deux ont été imprimés à Tréguier, en 1485 et 1489, par Ja. P. et Jean Calvez; deux à Lantenac, un en 1491 et un sans date, par Jean Grès; les deux autres sont de Nantes, datent de 1493 et 1499 et sortent de l'atelier d'Etienne Larcher. Tandis qu'ailleurs les incunables sont en général des ouvrages usuels, comme des heures, missels, bréviaires, grammaires, dictionnaires, etc., et presque tous en latin, les incunables bretons sont pour la plupart des productions littéraires, écrites en vers et en français. Nous y voyons en effet le Trépassement de la Vierge; les Lois des trépassés avec le pèlerinage de Jean de Meung ; la Patience de Griselidis ; le Bréviaire des nobles ; l'Oraison de Pierre de Nesson ; le Songe de la pucelle ; le Miroir d'or de l'âme pécheresse ; la Vie de Jésus-Christ; le Secret des secrets d'Aristote ; plusieurs exemplaires de la Coutume de Bretagne; le Floret en françois, etc.

 

 

Chacun de ces ouvrages est minutieusement décrit : le format, le nombre de feuillets et de lignes à la page, le nombre de cahiers, les signatures, les particularités typographiques, les incipit, etc., y sont relevés avec soin. Le contenu est analysé avec des extraits les plus curieux et les détails les plus complets qui prouvent que chez l'auteur de l'Imprimerie en Bretagne l'amour de l'art est intimement uni au patriotisme local. Des 22 incunables sortis des imprimeries bretonnes, 16 existent à l'état d'exemplaire unique : la Bibliothèque nationale possède 11 de ces exemplaires uniques et 5 des autres ouvrages en un ou deux exemplaires. Je ne relèverai, dans l'Imprimerie en Bretagne, que deux légères fautes. A propos du Songe de la pucelle (p. 36-43), l'auteur aurait dû signaler la réimpression de cette pièce faite par M. de Montaiglon, dans son Recueil des poésies françaises des XVe et XVIe siècles, t. III, p. 203-230; reproduction faite sur un texte augmenté, plus étendu que celui de l'édition de Bréhant-Loudéac, de 1485, qui semble la plus ancienne. On a eu tort de dire (p. 120) que l'édition ou contre-façon de la Coutume de Bretagne, imprimée à Rouen par Martin Morin, est de 1485 : elle est en réalité de 1492, comme Brunet l'а dit et prouvé dans le Manuel du libraire, 5e éd., t. II, col. 362 et 364. Mais cette omission et cette erreur n'enlèvent rien au mérite du livre qui est de tous points remarquable. Il est sans nom d'auteur ; me tromperai-je en disant qu'il doit être l'œuvre de notre savant confrère M. de La Borderie ? Ulysse Robert.

 

 

La famille de Rohan qui disposait de la terre à Saint-Etienne du Gué de l'Isle, aménagea près de son château, sur la rive droite du Lié une imprimerie. Ce fut en 1484 qu'il fit appel à deux imprimeurs : Robin Foucquet et Jean Crès. Ci-dessus le dit lieu  propriété du Sire de Rohan

 

 

Premier dessin connu du costume breton (1499)

 

 

Le Catholicon, premier dictionnaire breton-français  (1499)

 

 

L'imprimeur Jehan Calvez publia cet ouvrage

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires