Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 15:50

Ur werzenn nevez zo savet 

Traitour, ah! mallozh dit 'ta !

(bis)

War markiz Pontkalleg eo graet 
Traitour, ah ! Mallozh dit, mallozh dit 

Traitour, ah! mallozh dit 'ta

 

I

War markiz yaouank Pontkalleg, Traitour... 
Ker koant, ken drant, ker kalonek ! 

Traitour, ah! Mallozh dit... 

Mignon a oa d'ar Vretoned 
Abalamour anezho oa deuet 

Abalamour anezho oa deuet 
Hag etrezo oa bet maget 

Mignon a oa d'ar Vretoned 
D'ar vourc'hizien ne lâran ket 

D'ar vourc'hizien ne lâran ket 
A zo a-du ar C'hallaoued 

A zo atav 'klask gwaskañ re 
N'o deus na madoù na leve 

Nemet poan o divrec'h, noz-deiz, 
Evit magañ o mammou dehe 

Lakaet en devoa en e benn 
Disammañ deomp-ni hor c'hordenn 

Gwarizi-tag d'ar vourc'hizien 
O klask an tu e'it hen dibenn 

- Aotrou Markiz, aet da guzhet, 
An tu a zo gante kavet ! 

II 

Pellik zo emañ dianket ; 
Evit e glask, n'e gaver ket 

Ur paour eus kêr, o klask e voued, 
Hennezh en deus hen diskuliet 

Ur c'houer n'her defe ket graet 
Pa vije roet de'hañ pemp kant skoed 

Gouel Maria 'n Eost, deiz evit deiz, 
An dragoned oa war vale : 

"Lâret-hu din-me, dragoned, 
O klask ar Markiz emaoc'h bet ? 

- O klask ar Markiz emaomp bet 
Daoust penaos emañ-eñ gwisket ? 

- Er c'hiz diwar-maez 'mañ gwisket, 
Glas e vorled hag eñ bordet 

Glas e jak, ha gwenn e chupenn ; 
Bodroù ler ha bragoù lien 

Un togig plouz neudennet-ruz 
War e skoaz, ur pennad blev-du 

Ur gouriz-ler, div bistolenn, 
Hag hi a Vro-Spagn, a-zaou denn 

Gantañ dilhad pilhoù-huan, 
Gant unan alaouret dindan 

"Mar fell deoc'h-hu reiñ din tri skoed 
Me a roy deoc'h-hu e gavet 

- Tri gwenneg zoken na roimp ket, 
Taolioù sabren ne lâromp ket 

Ne roimp ket zoken pemp gwenneg 
Ha te reiñ deomp kaout Pontkalleg 

- Dragoned ker, en an' Doue ! 
Na it ket d'ober droug din-me ! 

Na it ket d'ober droug din-me 
Ho heñchañ raktal e rin-me 

'Mañ-eñ du-se, er sal, ouzh taol, 
O leinañ gant person Lignol" 

III 

"Aotrou Markiz, tec'het, tec'het ! 
Me wel erru an dragoned 

Me wel an dragoned erru 
Sternoù lugernus, dilhad ruz 

- Me na gredan ket em c'halon 
E krogfe ennon un dragon 

Ne gredan ket 'vez deut ar c'hiz 
Ma krog an dragon er Markiz" 

Oa ket e gomz peurachuet 
Tre 'barzh ar sal o deus lammet 

Hag eñ da beg 'n e bistolenn : 
"Neb a dost ouzhin 'n defo 'n tenn !" 

Ar person kozh, dal m'her gwelas, 
Dirak ar markiz 'n em strinkas : 

"En anv Doue, ho Salvez, 
Na dennet ket, ma Aotrou ker !" 

Pa glevas anv hor Salver 
En deus gouzañvet gant douster 

Anv hor Salver pa glevas 
Daoust d'e spered eñ a ouelas 

Rez e galon strakas e zent 
Ken a droc'has, sonn : "Deomp d'an hent !" 

A-dreuz parrez Lignol pa ae 
Ar gouer paour a lavare, 

Lâret a rae al Lignoliz : 
"Pec'hed eo eren ar markiz !" 

Pa ae e-biou parrez Berne 
Digoue't ur frapad bugale : 

"Mad-deo'ch, mad-deoc'h, Aotrou Markiz ! 
Ni ya d'ar vourc'h, d'ar c'hatekiz 

- Kenavo, bugaligoù vat, 
N'ho kwelo mui ma daoulagad 

- Da belec'h it eta, Aotrou ; 
Ha dont na reot souden en-dro ? 

- Me na ouzon ket, Doue 'r goar ; 
Bugale baour, me zo war var" 

O cherisañ en defe graet 
Panevet e zaouarn ereet 

Kriz vije 'r galon na ranne 
Re 'n dragoned zoken a rae 

Paotred-a-vrezel, koulskoude, 
O deus kalonoù kriz enne 

Ha pa oa digoue't e Naoned 
E oa barnet ha kondaonet 

Kondaonet, naren d'an tud-par, 
Nemet tud koue'et diouzh lost ar c'harr 

Da Bontkalleg 'deus int lâret : 
"Aotrou Markiz, petra 'peus graet ? 

- Pezh a oa dleet din da ober 
Ha graet-hu ivez ho micher !" 

IV 

D'ar sul kentañ pask, hevlene, 
Oa kaset kannad da Verne 

"Yec'hed mat deoc'h-holl, er gêr-mañ, 
Pelec'h 'mañ ar person dre-mañ ? 

- 'Mañ o lâret e oferenn, 
'Mañ o vonet gant ar bregenn" 

Pa oa o vonet d'ar gador, 
Oa roet de'hañ ul li'her el levr 

Ne oa ket gouest evit e lenn 
Gant an daeloù dimeus e benn : 

"Petra zo c'hoarvet a nevez 
Pa ouel ar person er c'hiz-se ? 

- Gouelañ a ran, ma bugale, 
War pezh a refac'h-c'hwi ivez 

Marv, peorien, neb ho mage, 
Neb ho kwiske, neb ho harpe, 

Marv an hini ho kare, 
Berneviz, koulz eveldon-me 

Marv neb a gare e vro 
Hag her reas betek ar marv 

Marv da zaou vloaz warn-ugent 
'Vel ar verzherien hag ar sent 

Doue, ho pet outañ truez ! 
Marv eo 'n Aotrou ! Marv eo ma mouezh !" 

 

 

Amis, déplorez tous avec
- Malédiction au traître!
Moi, le destin de Pont-Calleck.
- O, toi qui l'as trahi, sois maudit!
Malédiction au traître!


Pont-Calleck, ce jeune marquis
Si beau, si courageux aussi !

Il était l'ami des Bretons
Appartenant à leur nation.

Au milieu d'eux il était né
C'est chez eux qu'il fut élevé.

Aux Bretons allait son amour,
A tous, mais non aux gens des bourgs.

Aux gens des bourgs et des cités
Qui sont du parti des Français.

S'en prenant, l'engeance méchante,
A ceux qui n'ont ni biens, ni rentes.

Aux pauvres qui n'ont que leurs bras
Pour garder les leurs du trépas.

Pont-Calleck avait le projet
D'alléger un peu notre faix.

Les citadins pris de dépit
Ont sitôt mis sa tête à prix.

Seigneur Marquis, à ta cachette! 
Sinon tu cours droit à ta perte!


II 

Voilà longtemps qu'il est perdu;
Que nul ne le trouvera plus.

C'est un gueux de la ville qui
Mendiait sa pitance a trahi;

(Car aucun paysan ne l'eût 
Fait même pour cinq cents écus.)

A Notre-Dame des moissons,
On nous envoya les dragons:

-Je voudrais savoir, dragons, si
L'on est en quête du marquis; 

-Oui, nous le cherchons; Pourrais-tu
Nous dire comme il est vêtu ? 

18.- Comme les paysans d'ici: 
Drap bleu semé de broderies ; 

Sa veste est bleue, son pourpoint blanc ; 
Guêtres de cuir, bragoù bouffants; 

Un chapeau de paille à ruban
Et de longs cheveux noirs flottants.

A ses côtés deux pistolets
Espagnols, à deux coups, tout prêts.

Des habits comme on voit partout.
Il en a de dorés dessous.

Et si vous me donnez trois louis
Je vous mènerai droit à lui.

-Pas même trois sous tu n'auras.
Des coups d'épée, je ne dis pas.

Pas un sou, pas même un kopek.
Mais mène-nous à Pont-Calleck!

-Pitié, dragons, au nom de Dieu,
Ne me faites point mal, messieurs!

Ne me faites point de mal! Grâce!
Je vais vous mettre sur ses traces:

Je crois bien qu'il dîne à l'école
Avec le recteur de Lignole. 

III 

Seigneur marquis, fuyez ! fuyez !
Car les dragons vont arriver ! 

Les dragons ont cerné la place:
Tuniques rouges et cuirasses. 

- Un dragon jamais n'osera
Venir porter la main sur moi.

Aux dragons l'usage interdit 
Les voies de fait sur les marquis. - 

A peine a-t-il dit que voilà
La porte qui vole en éclats.

Lui de saisir ses pistolets:
N'approchez pas, je vais tirer ! - 

Voyant cela, le vieux recteur
Se jette aux genoux du seigneur:

- Par le Christ, je vous en supplie,
Ne tirez pas, je vous en prie! - 

Entendant invoquer Celui
Qui pour nous patiemment souffrit, 

Le nom de notre doux Sauveur,
Il ne put retenir ses pleurs; 

Il maîtrisa son émotion,
Puis se dressa, criant: " Partons !"

Quand par Lignol on l'a mené,
Les pauvres paysans disaient: 

- Ces procédés sont inouïs:
Voilà qu'on garrotte un marquis! -

Comme il passait près de Berné,
Survint un groupe d'écoliers:

- Monsieur le Marquis, le bonjour:
Nous allons à l'école au bourg.

- Adieu, chers petits écoliers, 
Je ne vous verrai plus jamais!

- Mais où donc allez-vous, Seigneur?
Que vous ne rentriez? Un malheur?

- Je n'en sais rien, Dieu seul le sait:
Je sais que je cours un danger. - 

Il eût voulu les caresser,
Mais ses bras étaient enchaînés.

Un spectacle à faire pitié!
Les dragons eux-mêmes pleuraient.

Pourtant ils ont, on le devine
Des cœurs de pierre en leur poitrine.

A Nantes il fut déféré,
Il fut jugé, puis condamné.

Non point par ses pairs, comme il eût
Fallu, mais par des parvenus.

Lesquels à Pont-Calleck ont dit:
- Qu'avez-vous fait, Seigneur marquis?

J'ai fait mon devoir. Sans vergogne,
Vous, vous ferez votre besogne ! - 

IV 

Ce jour de Pâques, à Berné
Un messager est arrivé.

Salut à vous, gens du pays.
Le recteur est-il par ici? 

Il dit la messe. Allez-y donc
Et il doit en être au sermon. - 

Comme il montait en chaire, on lui 
A glissé dans son livre un pli: 

Mais c'est à peine s'il pouvait
La lire, tant ses yeux pleuraient.

Quel est donc ce nouveau malheur
Quelle est la cause de vos pleurs? 

Ah, si je pleure, mes enfants,
Vous allez pleurer tout autant:

Celui qui nous comblait de biens:
Nourriture, habits et soutien;

Et qui, comme moi, chérissait
Les pauvres du bourg de Berné,

Il est mort, aimant son pays,
L'aimant jusqu'à mourir pour lui.

A vingt-deux ans, il dut mourir!
Ainsi meurent saints et martyrs.

Ayez pitié de lui, Seigneur!
La Marquis est mort! Ma voix meurt!


-O toi qui l'as trahi, sois maudit !
Malédiction au traître ! 


 

Traduction site Marv Pontkalek (fr) - Free

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires