Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2015 6 24 /10 /octobre /2015 07:33

La seigneurie de l'Isle, que les commissaires de la réformation de 1513 attestent être un fief noble et bien ancien, avec grand et beau domaine bien décoré, juridiction, justice, etc., appartenait en 1427 à Jean de l'Isle, en 1444 à Alain de l'Isle, en 1479 à Eustache de l'Isle, et en 1513 à Pierre de l'Isle, son fils et son principal héritier, noble, qui était aussi seigneur de la Chapelle-Blanche, trève de Saint-Jouan-de l'Isle. Mais cette famille seigneuriale semble tout à fait déchue dans le XVIIe siècle ; quelques uns de ses membres sont alors nommés dans les registres de la paroisse sans la qualification d'écuyer, ni même celle de noble homme, qui se donnait à tout notable, même roturier.

 

 

Baptêrme de Jeanne de l'Issle en 1627

 

Ainsi, on lit dans ces registres qu'une enfant, Jeanne de l'Isle, fille de Jean de l'Isle et de Julienne Peigné, fut baptisée le 7 juin 1627 ; que Jean de l'Isle tint, comme parrain, sur les fonts de baptême, deux enfants, en 1623 et en 1624 ; qu'un autre Jean de l'Isle fut, en 1695, parrain de Jean Peigné, et enfin que ce Jean de l'Isle, marié avec Marie Fayrier mourut en 1699 à l'âge de trente trois ans.

 

 

Acte de décès de Jan de Lisle en 1699

 

Cependant, il y a exception pour mademoiselle Jeanne Durand, dame de l'Isle et de la Fontaine, qui fut inhumée le 28 avril 1633 ; mais, si cette dame possédait encore la seigneurie de l'Isle, il est bien certain que, dès 1616 au plus tard, elle avait cessé de posséder celle de la Chapelle-Blanche. Comment cette famille était-elle tombée au rang des paysans et si peu considérée dans la paroisse qui porte le nom de ses ancêtres, et que ceux-ci avaient peut être fondée ? Il ne paraît pas possible d'en découvrir la raison. Ses armes, d'après Guy Le Borgne, sont de gueules à dix billettes d'or, 4,3,2,1.

 

 

Le manoir de l'Isle était situé soit où est maintenant la ferme de ce nom, sur le bord de la Rance, près de l'endroit où se rejoignent les deux bras de cette rivière qui s'est divisée environ un kilomètre plus haut, pour former une île, elle même, comme le dit l'annuaire Dinnanais de 1833, qui prétend aussi que le bâtiment principal était une grande tour. Mais cet annuaire n'indique pas les sources, où il a puisé ces renseignements.

 

Joseph Janvier

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires