Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 12:03

 

 

Pierre Ruello fut un des représentants du clergé, choisi pour siéger aux Etats généraux afin de représenter le Clergé du Diocèse de Loudéac. Pierre Ruello vit le jour le 26 février 1734 à Collinée, alors trêve ressortant de la paroisse du Gouray. Fils de honorables gens Yves Ruello et Claire Vetel, il fut porté sur les fonts baptismaux le jour même par honorables gens Henry Vétel et Julienne Godo, ses parrain et marraine. Missire Lesné désservant de Collinée précisait dans l'acte que tous étaient de la dite trêve et n'avaient signé. Pierre Ruello fit construire l'an 1756 cette remarquable bâtisse, dont la mairie de Collinée occupe actuellement les murs. Rentré en prêtrise, il devint professeur à Saint-Brieuc, puis exerça successivement au Gouray, à Moncontour et à Loudéac. On sait que sa désignation de représentant du Clergé de Loudéac suscita colère en cette ville dont il était prêtre depuis 1776. Mais, s'il prêta serment à la Constitution le 31 décembre 1790, il se rétracta cinq jours plus tard et devait comme la majeure partie de ses compatriotes Bretons choisir le chemin de l'exil vers Jersey. Il s'éteignit à Loudéac le 15 Messidor an XIII âgé de 70 ans. Voir acte ci-après.

 

 

La bâtisse Ruello 

 

Loudéac, 2 octobre 1791.

Il vient de se faire une insurrection à la fin de la grande messe, au sujet de M. Ruello, ci-devant curé de Loudéac, et qui va être remplacé au premier jour par M. Breton, député à l'assemblée constituante. Quelques mutins, que nous connoissons, ont fait dans l'église, aussi-tôt que la messe a été finie, la motion de savoir si on vouloit pour curé M. Breton ou M. Ruello. La majorité du peuple s'est déclarée pour celui-ci. Cela a occasionné une émeute. La garde nationale a tout de-suite couru aux armes pour l'appaiser ; mais comme elle n'est pas en force contre une ville qui contient près de 6000 âmes, on n'a pas pu s'emparer des mutins de crainte d'occasionner un carnage : mais on menace d'incendier Loudéac et de mettre tout à feu et à sang. Vous voyez, messieurs, que le moment est critique pour nous , et que nous n'avons d'autres ressources que dans la force. Il seroit aussi eussentiel que nous eussions 15 hommes de gendarmerie nationale à cheval. Signés, les administrateurs de Loudéac et officier municipaux réunis. Plusieurs voix : Le renvoi au pouvoir exécutif. Adopté.

 

 

Voici la biographie qui est consacrée à cet ecclésiastique : Le diocèse de Saint-Brieuc, durant la période révolutionnaire. 1896

 

M. Pierre Ruello, le recteur, né à Collinée en 1733, prêtre en 1759, était recteur du Gouray en 1766, et de Moncontour en 1773. Il est dit au registre rapportant son installation à Loudéac, en 1776, qu'il était aussi chef des missions diocésaines. M. Ruello avait de la science et il était au courant des affaires et c'est ce qui lui valut l'honneur d'être choisi par ses confrères pour les représenter, en 1789, aux Etats-généraux. M. Ruello s'oublia un instant dans ce nouveau poste ; il fit le serment de la Constitution civile du clergé, mais son erreur ne dura pas, il fit sa rétractation au bout de quelques jours. Par suite, obligé d'émigrer, il passa à Jersey, d'où il revint en 1801. Il reprit l'exercice de ses fonctions pastorales, et, en 1802, il fut de nouveau nommé à la cure de Loudéac, élevée au degré de cure de première classe. Les prêtres étaient rares à cette époque, la persécution en avait fait périr un grand nombre et rendu infirme un plus grand nombre encore ; le clergé ne se recrutait plus depuis dix ans. Dans cet état de choses, M. Ruello qui avait beaucoup de zèle, s'adonna tellement au travail qu'on dirait, en lisant les registres de son temps, qu'il était seul prêtre dans la paroisse. Il édifia de nouveau ses paroissiens par son zèle et sa charité qui furent admirables, surtout pendant une disette et une maladie contagieuse qui désolèrent le pays au commencement du XIXème siècle. Il était sans cesse occupé à procurer aux malades les secours de la religion lorsqu'il fut atteint lui-même de l'épidémie qui l'emporta à l'âge de 72 ans, le 2 juillet 1805. On n'a cessé de prier sur sa tombe et d'y porter les petits enfants, qu'au moment où a cessé d'exister le cimetière des Pritaux où il fut enterré.

 

 

Acte de décès de Pierre Ruello

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires