Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 19:35

 

 

Autrefois les villes bretonnes étaient bâties de bois et de torchis. La roche la plus répandue, le schiste briovérien, ne se prête guère à la construction ; les carrières de granite ou de grès armoricain restèrent longtemps dépourvues de moyens d'évacuation. Aussi s'était-il créé une sorte de style urbain breton : maison en colombage à poutres apparentes ; remplissage de torchis appliqué sur de minces lattes de bois clouées aux pièces maîtresses ; légers encorbellements des étages (Rennes, Saint-Brieuc, Quimper, Quimperlé), ou même large trottoir entièrement couvert, le premier étage reposant alors sur des piliers de bois : cette disposition, appelée encavage à Fougères, rappelle les cornières des bastides du Midi ; on en trouve des vestiges à La Guerche-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine) et à Vitré. Le manque de place, dans un site urbain étriqué, -même lorsqu'il n'y avait pas de remparts, comme à Saint-Brieuc -exigeait des dispositions particulières : maisons étroitement accolées, chambres aux étages au-dessus des boutiques, existence d'une cour fermée intérieure (appelée lanterne à Morlaix) servant parfois de cuisine, franchie, aux étages supérieurs, par des ponts ď allée reliant les pièces situées de part et d'autre de ces cours (Morlaix, Saint-Brieuc, Fougères). Les incendies supprimèrent petit à petit ces pittoresques demeures. Fougères brûla quatre fois au XVIIe siècle ; le sinistre de 1720 à Rennes s'étendit sur 5 hectares ; les souffles des bombardements de la guerre de 1939-1945 disloquèrent les poutres vermoulues et pulvérisèrent le torchis. Alain Meynier : les maisons de Bretagne. 

 

 

Un arrêt du Parlement, du 17 mai 1571, prouve que, dès cette époque, il fallait une permission pour bâtir en pans de bois. Un édit du Roi, de 1607, les défend, notamment au rez-de-chaussée, et ceux en saillie au-dessus. On a néanmoins continué d'en construire, mais sur alignements et en consolidant les principaux assemblages par des bandes de fer. Une ordonnance, du 18 août 1667, rendue par les trésoriers de France, grands voyers de Paris, défend d'élever les façades des maisons en pans de bois de plus de huit toises de hauteur, et de les terminer en pignons de forme ronde, ou en pointe ; elle enjoint de couvrir les maisons en croupe de pavillon du côté de la rue, et, pour résister au feu, de revêtir les pans de bois de lattes clouées et de plâtre en-dehors et en-dedans. Ci dessous les villes bretonnes de Le Faou, Moncontour de Bretagne, Quimper, Dinan, Rennes, Dol de Bretagne, Le Croisic, Paimpol, Vannes, Lamballe, Josselin, Nantes, Morlaix, Auray, Tréguier, Chateaugiron, Pontivy, Vitré, Fougères, Malestroit, Bécherel, Rostrenen, Guingamp, Redon, Hennebont, Lannion, Pontrieux, Chateaubriant, Saint-Renan, La Guerche de Bretagne, Jugon, Quintin, Tréguier, Saint-Brieuc, Loudéac. (quelques clichés ont été réalisés par  Monumentum, merci à ce site consacré aux Monuments Historiques).

 

                 

 

 

*

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires