Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 19:06

Marie-Louise Ferré (X d) épousa ce 13 février 1736 Messire Jean-François Le Vicomte, Chevalier Seigneur de la Houssaye de la paroisse de Toussaint, ville et évêché de Rennes, Conseiller au Parlement de Bretagne. La jeune femme était âgée de trente-deux ans, le marié de quarante-six ans. Fils de Messire Jean-Pierre Le Vicomte, Seigneur de la Houssaye en Quessoy (voir Les possesseurs de la Houssaye en Quessoy)  et du Seurre en Hénon et de dame Françoise Courtoys. Son père était Conseiller du Roi au Présidial de Rennes. C'est en la chapelle de la Ville-es-Blancs qu'eut lieu la cérémonie en présence de Louise d'Epinoze, Dame de la Villesblancs, Angélique Ferré, Augustin Le Vicomte frère, Messire Joachim Ferré, Chevalier seigneur de la Salle Villesblancs, damoiselle Marie du Breil, demoiselle du Chalonge (voir Le château du Chalonge en Trévron) monsieur René Le Gentel avocat. Missire François Gesret désservant de Sévignac célébra la cérémonie. Ci dessous une écuelle couverte en argent, Rennes 1735-1736 par Jean-Baptiste Boullemer reçu en 1705. De forme circulaire, le corps uni est gravé, comme le couvercle des armoiries de la Famille Ferré de la Villesblancs (Paroisse de Sévignac). Elle s'agrémente de deux anses en forme de godrons rayonnants et de cavets, le couvercle à doucine est souligné d'une frise de godrons et se termine par un bouton orné d'un profil féminin reposant sur une terrasse rayonnante. Pds. 754 g. Long. 30,5 cm. Diam. 17,8 cm. Haut. 11,5 cm. Historique. Cette écuelle ayant appartenu à la dite dame Le Vicomte.

 

 

 

Détail des Armoiries ornant cette écuelle.

 

Anne-Jeanne-Louise Ferré Dame de la Ville-es-Blancs, épouse du Sieur Charles d'Acigné étant morte sans postérité en  1785, la seigneurie de la Ville-es-Blancs échu à Jean-Baptiste Le Vicomte, son cousin. 

 

 

«Mainlevée de la succession d’Anne ferré, dame de la Villes es Blancs, veuve de Charles d’Andigné, marquis de la Chasse, accordée à Jean-Baptiste Le Vicomte, comte de la Houssaye, président à mortier au Parlement de Bretagne. Sentence rendue par maître Kersanté, le plus ancien procureur de la juridiction de Beaumanoir-Limoëlan.»

 

Messire Jean-Baptiste-Marie-Anne-Renault Le Vicomte, chevalier, comte de la Houssaye, seigneur de Coetsurel, de la Villemorin etc., conseiller au Parlement de Bretagne, en 1759, président à moitier, en 1775. Il était né à Sévignac, le 21 septembre 1739, fils de Messire Jean-François Le Vicomte, chevalier, seigneur de la Houssaye,conseiller au Parlement de Bretagne, en 1731, et de demoiselle Marie-Louise de Ferré de Villesblanc. Jean-Baptiste Le Vicomte de la Houssaye épousa :

 

1° en Saint-Jean de Rennes, le 11 avril 1765, dlle Marie-Anne-Céleste de Saint-Pern du Lattay (voir le château du Lattay en Guenroc, ses possesseurs, page n° 2), née en 1748.

 

2° en Saint-Michel de Saint-Brieuc, le 7 juillet 1772, dlle Gabrielle-Marie-Anne de la Rivière, fille de messire Gilles-Jacques de la Rivière, chevalier, sgr de Beauchesne et de dlle Emilie Corentine le Ny de Coetudavel, née en cette paroisse de Saint-Michel, le 16 août 1754. De cette seconde union naquirent trois enfants :  Jean Baptiste Le Vicomte de la Houssaye (ci-dessous) Henriette Le Vicomte  de la Houssaye (qui transporta la Ville-es-Blancs dans la famille de Carné (ci-après) et Sophie Le Vicomte de la Houssaye qui transporta la Houssaye à la famille de la Nouë en épousant à Londres en 1798 Hilarion de la Nouë.

 

 

M. Le Vicomte émigra, avec sa seconde femme et leurs enfants en 1792 (voir Discours prononcé par le Président de la Houssaye, à l’assemblée constituanteSon fils, Jean-Baptiste-Marie Le Vicomte de la Houssaye, né à Rennes, le 23 janvier 1776, devenu sous-lieutenant au régiment du Dresnay dans l'armée royaliste, fut tué à Quiberon (voir Le Drame de Quiberon) le 12 thermidor, an III, deux jours avant son oncle,capitaine au même régiment. Celui-ci. Augustin-Jean-Marie,dit le chevalier de la Houssaye, naquit à Sévignac le 19 janvier 1742. Ancien officier des Mousquetaires du Roi, il émigra, en 1792, et devenu capitaine au régiment du Dresnay, ainsi que nous l'avons dit, il fut tué à Vannes, le 14 thermidor an III. De son mariage avec Mlle Marie Gratien. il ne laissait aucune postérité.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires