Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 février 2016 7 21 /02 /février /2016 14:40

c

 

C'est à travers la revue nobiliaire qu'apparaît dès le début du XVe siècle, la famille Ferré. Robert Feré est mentionné en la paroisse de Sévignac, en 1428, puis en 1449, les commissaires dépêchés pour l'évêché de Saint-Malo : J. Gibon, auditeur des Comptes & Piere du Parc, procureur de Jugon, mentionnent parmi les feudataires de Sévignac : Me Robert Feré, de la Villesblancs (voir Le château de la Ville es Blancs à Sévignac). Et nos deux commissaires ajoutent : Le mesme, au bourg de SévignacMais c'est lors de l'enquête effectuée en 1475 par les Commissaires Henry de Queblen, auditeur des comptes et Bertrand du Val, Maitre des requestes de l'hotel, qu'est apportée cette précision : Me Robert Feré, a la maison de les Villesblancs, qui fut autres fois à G. de la Motte, sr de la Guerine, et est noble d'ancieneté, mais Piere Feré y a environ 27 ans y adjousta plusieurs terres et métairies qu'il a faict exempter de fouages. La famille Ferré disposait pour armoiries : « D’argent à la fasce d’azur, accompagnée de trois  molettes de même. » Il est cependant difficile d'apporter plus de précision au sujet de cette Maison, quant à sa présence sur la terre de la Ville-es-Blancs.

 

 

Manifestement, G. de La Motte seigneur de la Gueurine en Trémeur dont il est mention, pourrait être Guillaume de La Motte, fils de Alain et époux de Isabeau du Chastelier. Celui-ci fut capitaine de Saint Malo, et, il fut de ceux, avec son père qui suivirent Arthur de Richemont, frère du duc Jean V, dans sa lutte contre les Anglais, mais ce 7 mars 1425, ils furent tués lors du siège de Saint James de Beuvron (voir histoire de Trémeur : manoir de la Gueurine). Est-ce par alliance où par acquêt que la Maison Ferré hérita de cette terre de la Villes-es-Blancs, pour l'heure, il est difficile d'y répondre. Ecuyer René Ferré est le premier membre connu au sein de cette famille, il vivait en 1389. Son fils Jacques, exerçait la charge de Auditeur des Comptes de Bretagne, il fut également secrétaire du duc et conseiller maitre en la Chambre des Comptes en 1420. Selon René Mathurin Marie Pocard du Cosquer de Kerviler le dit Jacques Ferré serait le même personnage que celui évoqué à travers les titres de Dom Lobineau : Maistre Jacques Ferré Phisicien LXXX. liv. bouche à court. deux chevaux à livrée. Jacques Ferré était marié à Guillemette du Margaro (voir le Margaro en Rouillac). De leur union furent issus :

 

Robert Ferré III a), évoqué ci-dessus ainsi que Pierre Ferré III b).

 

III a) Robert Ferré fut chanoine de Rennes, il est cité en cette qualité en 1484 & 1490. Sans doute assista-t-il ce 19 décembre 1490 à la bénédiction nuptiale donnée par Messire Guibé, à l'occasion du mariage par procuration entre la duchesse Anne de Bretagne et l'empereur Maximilien d'Autriche. Robert Ferré mourut sans postérité.

 

III b) Pierre Ferré, Chevalier, Seigneur de la Ville-es-Blancs vivait en 1450, il avait été nommé Sénéchal de Rennes en 1466, puis Ambassadeur du duc de Bretagne François II, auprès de la Cour de Londres. Il fut ainsi du nombre des dix sept personnalités bretonnes dépêchées en Ambassade extraordinaire auprès du Roi Edward IV, le duc François II de Bretagne en effet, face à l'hostilité de Louis XI roi de France se rapprocha ainsi du souverain anglais. C'est lui qui « adjousta plusieurs terres et métairies » au domaine des Ferré, notamment la seigneurie de la Garaye en Taden (voir le château de la Garaye en Taden & La Garaye en Taden). En tant que Sénéchal de Rennes, il est cité à de multiples reprises dans les mandements du duc Jean V, il fut ainsi invité à comparaitre le 5 septembre 1464 à Chinon avec quelques autres responsables, pour traiter des différents l'amiable. Ayant un jour une sentence à rendre dans une affaire, un débat s’engagea entre l’un de ses confrères et lui : «…à Nantes le 10ème jour de juillet 1461…touchant le cas de Jehan d’Espinay, lequel a cognu avoir commis pluseur  faulsonneries savoir est ledit maître du Breil de Nantes que ledit d’Espinay doit estre pilorise, savoir une foiz en cette ville de Nantes, et une autre foiz en cette ville de Rennes…maître Ferré est de l’opinion qu’il doit estre pilorise ou eschale à Nantes et qu’il doit suffire… ». Maitre Pierre Ferré s'éteignit en 1487 et fut inhumé en l'église de Sévignac dans laquelle la famille Ferré disposait d'une chapelle et d''un droit d'enfeu. Gaultier du Mottay dans son inventaire des églises et chapelles publiait cette note au sujet de l'église de Sévignac : Dans le pavé, du côté nord de l'évangile, tombeau de Pierre Ferré, sénéchal de Rennes, sr de la Ville-ès-Blancs, mort en 1466 (voir La vieille église de Sévignac). Maitre Ferré avait épousé Olive d'Angoulvent (voir Coëcouvran en Yvignac & La famille d'Angoulvent), dont il eut au moins deux fils et deux filles : Gilles Ferré (IV a), évoqué ci-après ; Jean Ferré (IV b)  qui s'établit en Poitou ; Anne Ferré (IV c) mariée à François Gouyon dont elle eut au moins deux enfants à savoir, Jean Gouyon et Catherine Gouyon ; Jeanne Ferré (IV d) épousa Tristan de Kergu (voir La famille de Kergu à Mégrit

 

Gilles Ferré (IV a) -En 1480, sous l'étendart de Coaiquin (Coetquen) comparaît pour la paroisse de Taden, Gilles Ferré sieur de la Garaye, percevant 160 livres de revenu, il est excusé comme appartenant à une compagnie d'ordonnance. Gilles Ferré  signa le 8 août 1488 la capitulation de la ville de Dinan. Bertrand d'Argentré évoque la prise de Dinan et y cite nombre de personnalités dont le sieur Ferré :  L'armée des François de ce pas marcha à Dinan, conduite par le Vicomte de Rohan envoyé & commis par le Seigneur de la Tremo uille: dedans estoit messire Amaury de la Moussaye sieur dudit lieu, accompagné de ses gentils-hommes Thomas de Quebriac, sieur dudit lieu, Jean Chesnel sieur de Malechat Lieutenant du Capitaine, messire Roland du Breil sieur de Raiz Sénéchal de Rennes, Messire Guillaume Lavalec Alloué, Charles du Breil procureur de Dinan manians les affaires de la ville, messire Bertrand de Quédilac, sieur de Caden, messire Gilles Ferré sieur de la Garaye, Guyon de Vendel sieur dudit lieu, Pierre de Plouër sieur de Plouër, Guillaume le Gac sieur du Plellis, Guillaume de la Bouexiere sieur de Montfort, Alain du Boisadam, Olivier de Perineuc, Briand de Plumaugat, Jean de Tremogon, Pierre de Lespinay sieur de Villegillouart, Guillaume de la Bouexiere sieur de Launay-Baudoin, messire Betrand de Porcon, Gilles Hingant, Jean Ruffier, du Cobas et plusieurs bourgeois, comme Guillemet Cholet, Charles Chauchart, Pierre Bourneuf , Alain de S. Cire, Pierre Lambert, Thomas Picot, & autres, lesquels sommez par le Vicomte de Rohan de rendre la ville au Roy, accorderent par composition, qu’elle seroit mile entre les mains dudit seigneur, qu’il commettoit à la garde d’icelle telle personne que bon luy sembleroit & feroient les habitans le serment au Roy…Gilles Ferré comparaissait encore en l'an 1513 pour la paroisse de Taden : -Gilles Ferré, chevalier, seigneur de la Gueraie, tient maison, bois ancien et trois metairies nobles, et une autre nomée la Tousche-Cheurel, roture, et 15 journaux; il demeure à ladite Gueraie. Il avait épousé vers l'an 1490 Françoise du Breil, dame du Pin en Saint Carné, de Launay Quinart en Saint-Jouan-des-Guérets et de Plumaugat. Françoise du Breil était fille de Charles du Breil, Seigneur du Pin en St-Carné, de la Bouexière, de Plumaugat et de Plumagat en Ploubalay et de Ethaisse de Champagné (voir Généalogie de la Maison du Breil, par Ludovic de Magny, page n° 2).

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires