Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 16:08

 

Il serait extrêmement désirable qu'aucuns travaux de restauration aux monuments historiques du Morbihan n'eussent lieu sans que la société archéologique, qui les a classés comme tels dans son ces travaux.C'est pour satisfaire à ces vues, en ce qui touche les travaux projetés aux belles verrières de l'église de Beignon canton de Guer, arrondissement de Ploërmel, que je viens entretenir un moment la société de cette église, de ses vitraux, et des travaux qu'on projette d'y exécuter. L'église de Beignon est, comme celle de Saint-Malo-de-Beignon, pleine dusouvenir des évêques de Saint-Malo, qui portaient le titre de barons de Beignon, parce que la baronie de Beignon était réunie à leur évêché. Cette église présente dans sa construction plusieurs caractères des dernières époques ogivales. Mais elle est éminemment remarquable par les verrières qui la décorent, et qui sont probablement un don des évêques de Saint-Malo. Elles paraissent appartenir au XVIe siècle. J'ai  visité cette église le 15 avril 1856. La disposition des meneaux de la fenêtre qui éclaire la chapelle nord fait ressortir le style général, qui appartient à la dernière époque du style ogival : elle est de la nature de celles qu'on a appelées fenêtres flamboyantes. En effet, ce caractère provient surtout du réseau qui remplit le tympan et qui est formé de lignes ondulées prismatiques, présentant quelque analogie avec une flamme droite ou renversée. J'ai remarqué aussi aux angles qui résultent du croisement des transsepts avec la nef et le choeur, des sculptures en bois assez fines. Représentant des anges et d'autres personnages. Le vitrail le plus beau et le plus complet se trouve au fond du transsept gauche, regardant le nord. La fenêtre se compose de trois travées qui, indépendamment des trois compartiments du tympan, renferment chacune six compartiments. La travée gauche montre, en bas, Salomon qui tient un livre et son sceptre : les noms sont généralement écrits en lettres gothiques, soit sur des banderoles, soit  dans un angle du compartiment; au-dessus de Salomon, Ezéchias, puis Joram ; au-dessus il y a plusieurs compartiments dont je ne puis indiquer les personnages avec d'autant plus de motifs qu'il y a beaucoup de lacunes. La travée du milieu porte, en bas, Jessé avec la devise suivante, inscrite en gothique sur une banderole : Egredietur Virga de radiée Jesse. Au dessus de Jessé parait David avec sa harpe. Plus  haut, mais un peu sur la gauche, Osias, et sur la droite Josaphat. Les personnages des compartiments supérieurs sont frustes. Enfin, la travée de droite est consacrée dans le même ordre aux rois Roboam. Abias,  Joathan, etc. La partie supérieure du vitrail, le tympan triangulaire, représente la Vierge-mère avec l'Enfant Jésus; tout autour et surtout au-dessous, à droite et à gauche, se trouvent des anges jouant de divers instruments. Les personnages sont de grandes dimensions : car chaque compartiment est un carré de 50 centimètres de côté. Les couleurs sont de la plus belle eau et du plus vif éclat. Ce vitrail, comme tout le monde l'a déjà compris, figure la généalogie de Jésus-Christ, en partant du père de David, de Jessé, duquel devait naître le Christ suivant la prophétie d'Isaïe : Egredietur Virga de radiée Jesse. Quant aux noms que je n'ai pu désigner aux neuf compartiments supérieurs, etc., pour compléter la généatogie continue de Jessé jusqu'à Jésus-Christ, en supposant quelques noms doublés, comme pour Osias et  Josaphat. Il m'est difficile de donner les raisons de l'ordre dans lequel ces noms se succèdent dans le vitrail. Car l'ordre généalogique est : Jessé, David, Salomon, Roboam, Abias, Aza, Josaphat, Joram, Osias, oathan, Achab, Manassès, etc. Je crois devoir ajouter que celte verrière ressemble beaucoup, comme dimension et comme beauté, à la verrière de l'église de Férel, canton de la Roche-Bernard, qui représent aussi l'arbre de Jessé. Le vitrail de l'est, placé derrière le maitre-autel, et qui est en bon état, quoique moins complet et moins parfait, n'en est pas moins fort remarquable. Dans le tympan on aperçoit : 1° le Père éternel avec ses attributs ordinaires ; 2° plus bas et à gauche, Jésus-Christ portant sa croix, et aidé par un personnage qui m'a paru être, non Simon le Cyrénéen, mais un ange ; à droite, un homme qui parait étendu dans la béatitude, peut-être saint Etienne, premier martyr. Au-dessous du tympan et dans le carré du vitrail, il y a quatre travées : dans les cartouches supérieurs il y a beaucoup de lacunes. Dans un cartouche à droite parait un soldat debout. Au-dessous, on trouve de compartiment en compartiment, en marchant de gauche à droite, 1° le baiser de Judas ; 2° le jugement devant Pilate ; 3° le crucifiement ; 4° l'ensevelissement. Puis en descendant d'étage en étage; 5° Jésus-Christ donnant sa mission à saint Pierre ; 6° saint Pierre prêchant ; 7° saint Pierre guérissant les malades. Dans ce cartouche, je  trouve la date encadrée à part (1540); 8° autre miracle de saint Pierre; 9° crucifiement de saint Pierre la tête en bas. A la suite, il n'y a plus que des débris de vitraux indescriptibles. Il est probable, d'après cela, que l'église elle-même est sous le vocable de saint Pierre, ou que saint Pierre était le patron du donateur. Il y a dans la nef une autre croisée, en deux morceaux, contenant aussi des débris de vitraux. On  distingue l'archange saint Michel terrassant le démon, la Vierge, etc. Le vitrail de l'est placé derrière le maître-autel est solidement attaché, et rien ne parait menacer sa conservation. Mais il n'en est pas de même de celui du nord qui , soit par des mouvements dans la maçonnerie, soit par le jeu propre aux panneaux de verre, est susceptible de tomber par parties considérables d'un moment à l'autre. Déjà plus de trente verres manquent, et plusieurs panneaux sont plissés par l'affaissement général ; l'effondrement n'attend plus peut-être que la rupture de quelques barres de fer plus ou moins oxidées, ou un coup de  vent de nord-ouest. ..

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires