Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 18:02

 

III ) Le 8 juillet 1682, Mre Sébastien du Guémadeuc, évêque et seigneur de Saint-Malo rendit aveu au roi de France pour son évêché, nous trouvons dans sa déclaration, et dans les notes manuscrites du même temps, ce qu'était la seigneurie ou la baronnie de Saint-Malo de Beignon. L'évêque de Saint-Malo confessa d'abord tenir en franc régaire et fief amorty et estre seul seigneur patron, fondateur et supérieurdes églises et paroisses de S. Malo et S. Pierre de Beignon situées entre les fins et mettes de la juridiction royale de Ploërmel, sans y estre aucunement subjet, ni ses hommes et vassaux d'icelles paroisses desquelles tous les manants et habitans sont universellement ses hommes tenanciers et sujets avec obéissance à sa cour et juridition. Ce franc régaire se composait  : de la ville et paroisse de S. Malo de Beignon en entier, à devoir de quelque peu de rente en denier et à devoir de faner et de charroyer les foins  des prairies de la seigneurie. Du bourg de la paroisse de S. Pierre de Beignon  en leur entier et sans aucune exception, n'y ayant pas un pouce  de fief d'autre seigneurie à devoir de rentes en deniers et avoines comme minée, gallenée, crublée, devoir de fumage, charrois généraux et septimaux, quintaine ou bouhours, dîmes à la douziesme ; de plusieurs fiefs et rente en Mernel et dans cette paroisse, de la mouvance noble de la Châteigneraye, prévôté féodée de l'évêque, de la Guinebergère, du Pont-Rouault, du Corrouët, de la Périère, de la Pacaudaye, de la Vieuville, etc. ; en la paroisse de Maure, de la mouvance noble de Pellan et de la Lambardaye, et de plusieurs fiefs et tenues, en les paroisses de Lohéac, Guipris, Mauron, Guers et S. Lery, de plusieurs fiefs, sergentises, maisons, greniers, rentes, mouvances, etc.  De ce régaire dépendaient aussi les maladreries dont il est curieux de constater l'existence en plein XVIIe siècle :  Déclare ledit évêque de S. Malo tenir dudit seigneur Roi, la totale juridiction sur certaine nation et sectes de pauvres gens vulgairement appelés coquins et sur leurs villages qu'on appelle maladryes estant en plusieurs endroits et paroisses de son dit évesché particulièrement ès paroisses de Ploërmel, Guer, Campénéac, Caro, Mohon,Guilliers, Mauron, Guignen Ploualay, Plelan et autres. Enfin ; Beignon formait une baronnie pour raison et cause desdits baillages et fiefs amortys en franc régaire cy dessus mentionnés et déclarés confesse ledit évesque avoir droit de baronnie, juridition et justice haute, basse et moyenne qui s'administre et s'exerce par ses juges et officiers. Le chef-lieu de cette baronnie, résidence de l'évêque était le manoir épiscopal de Saint-Malo de Beignon, maison de franchise et immunités, avec ses appartenances et dépendances, droits, prééminences et libertés, chapelle, auditoire, prison, parc, estang, canaux, fontaines, jardins, colombiers et garennes près laquelle maison  et aux environs il y a cinq moulins, deux à vent et trois à eau, y compris le moulin à foulons, rabines et bois de fustaye, une métairie noble appelée la Ruaudaye...un four à ban, etc. La déclaration mentionne encore les divers droits seigneuriaux de l'évêque de Saint-Malo dans les paroisses de Beignon, notamment ceux de corvées et charrois, d'usage dans la forêt de Brécilien, de foires et de marchés, de quintaines et de bouhours, mais elle n'entre point dans les détails sur l'exercice fort original de ces deux derniers droits.

 

 

Bâtisse XVIe à Saint-Malo de Beignon 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires