Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 13:11

Le nom même de « Bretagne », remplaçant celui d'« Armorique », remonte au moment où une partie des Bretons insulaires vint s'installer sur le continent, laissant la place aux Anglo-Saxons. Cette migration se situa pendant les Veme et VIeme siècles, et correspondit à l'évangélisation de la Bretagne par les « saints fondateurs », plus ou moins légendaires, venus d'outre-mer. On est mal renseigné sur cette époque lointaine, mais on imagine que dès lors les relations furent relativement fréquentes entre la Bretagne armoricaine et la « grande Bretagne » : elles s'étendirent en effet par la suite aux royaumes anglo-saxons, car c'est à la cour d'un de leurs souverains qu'un comte du Poher se réfugia, chassé par les incursions normandes. Le fils de ce comte, Alain Barbetorte, débarqua en Bretagne en 936, battit les Normands en 937 et se rendit maître de toute la péninsule armoricaine : il fut toujours considéré par les Bretons comme un héros national. Inversement, quand Guillaume le Conquérant attaqua l'Angleterre, il fut accompagné par de nombreux chevaliers bretons, qui se distinguèrent à Hastings, et auxquels il donna des terres dans le pays conquis. Le plus important de ces domaines fut le comté (ou «honneur») de Richmond francisé en «Richemond» ou «Richemont» près de York, dans le nord-est de l'Angleterre : ce comté fut attribué par Guillaume 1er à la maison de Penthièvre, mais il passa par mariage, en 1148, aux comtes de Bretagne de la maison de Cornouaille. Henri II Plantagenêt favorisa ceux-ci dans la seconde moitié du XIIeme siècle, et fit épouser à son troisième fils Geoffroi la fille du comte de Bretagne Conan IV, Constance (ci-dessous).

 

 

 

Richard Coeur de Lion roi d'Angleterre et Constance de Bretagne

 

 

Henri II put obtenir ainsi la garde féodale de la Bretagne jusqu'à la majorité de Geoffroi en 1181. Le fief breton, totalement encerclé par les possessions des Plantagenêts, paraissait ainsi devoir tomber dans leur domaine. Seigneurs bretons et anglais se trouvent associés dans les romans de la Table Ronde, et des relations commerciales commencent à se nouer alors entre la Bretagne et l'Aquitaine aux mains du roi d'Angleterre. Toutefois la Bretagne gardait son particularisme, et Geoffroi Plantagenêt ne gouverna pas toujours en bonne entente avec son père. Celui-ci profita de la mort de Geoffroi, en 1186, pour remarier Constance avec un seigneur anglais. Malgré cela Constance reprit la politique indépendante de Geoffroi, ce qui lui fit encourir l'hostilité de Richard Coeur de Lion; prisonnière de ce dernier en 1197, la comtesse confia son fils Arthur à la garde de Philippe-Auguste, malgré les protestations de Jean sans Terre. Philippe maria Arthur à l'une de ses filles et l'investit de la Bretagne, du Maine, de l'Anjou et de l'Aquitaine. Mais Arthur, capturé dans un combat, fut emmené à Rouen où il fut assassiné en 1203 de façon mystérieuse; les soupçons se portèrent sur Jean sans Terre et facilitèrent l'action du roi de France, qui maria Alix, demi-soeur d'Arthur, à Pierre de Dreux (surnommé plus tard Mauclerc), petit-cousin de Philippe-Auguste : la Bretagne se voyait ainsi doté d'une nouvelle dynastie comtale sous l'influence de la monarchie française. (Extrait  : les sources de l'histoire médiévale de la Bretagne en Angleterre, par G. Peyronnet)  

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires