Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 juin 2016 7 12 /06 /juin /2016 12:38

 

Formation de la Rabine

 

 

 

Elle correspond à des siltites ampéliteuses à nodules qui surmontent les grès micacés fossilifères du sommet de la Formation de Bosquen, mais le passage entre ces deux formations n'est pas visible. Cette unité est peu puissante (quelques dizaines de mètres au maximum). Les conditions d'affleurement sont comparables à celles de la localité-type (la Rabine à l'Ouest de la Chapelle - Chaussée, Nord de Rennes) ; les affleurements sont peu nombreux et localisés. C'est au Nord de Rouillac que cette formation est la mieux représentée : - près du Château de la Moussaye de nombreux nodules se rencontrent à proximité de grès micacés du Frasnien inférieur, appartenant à la Formation de Bosquen. - Au Nord des Touchelles plusieurs gisements sont alignés suivant une direction N.110 - N120° jusqu'à la bordure de l'étang de Rochereuil. - Au Nord de Veauvert (Fig. 21-c) à proximité de schistes fossilifères (Givetien de la Formation de Bosquen, de nombreux nodules fossilifères témoignent en surface de l'existence de cette unité. Un gisement isolé a été découvert au Sud-Est du Gouray (Le Pré). Il constitue le point le plus occidental connu dans le Synclinorium du Ménez-Bélair. Les nodules fossilifères y sont rares. Par contre, ce gisement présente l'intérêt de se trouver à proximité du Groupe d'Eréac attribué au Carbonifère (cf. ci-après).L'existence de cette formation dans la partie occidentale du Synclinorium du Ménez-Bélair n'est actuellement marquée que par la présence de nodules à la surface des champs. Cependant, près du château de la Moussaye une tranchée de drainage a permis d'observer les siltites en place.

 

 

 

 

Caractères lithologiques et pétrographiques

 

 

 

 

Les faciès observés présentent une grande analogie avec ceux qui ont été décrits au Nord de Rennes (Babin & Paris, 1973) : ce sont des siltites ampéliteuses comportant quelques niveaux plus clairs et plus micacés, riches en nodules fossilifères. Ces faciès sont le plus souvent extrêmement altérés en argiles grises ou noires. Les concrétions fossilifères, de forme ellipsoïdale, ont une taille variable centimétrique à décimétrique. On peut en distinguer deux types : - des nodules sombres, très siliceux, lisses et patinés, à cassure esquilleuse, - des concrétions initialement riches en pyrite, prenant un aspect poreux par altération. Elles présentent une zonation externe parallèlement à la plus grande section. Ces deux catégories de nodules sont fossilifères, mais les nodules pyriteux livrent une faune plus riche. Dans les faciès kérabitumineux de Porsguen (Finistère) Babin (1961) a décrit des types de concrétions analogues.

 

 

 

Données paléontologiques

 

 

 

La faune récoltée est peu diversifiée et assez mal conservée (Babin & Régnault, 1978). Elle paraît identique à celle de la localité-type de la Rabine (Nord-Ouest de Rennes) et très voisine de celle des schistes kérabitumineux de Porsguen (Babin & al. 1976). Cette faune comprend en effet : des Bivalves : Buchiola cf. retrostriata, Buchiola sp, Posidonia cf. venusta, des Céphalopodes : Tornoceras, (Aulatornoceras), sp. Tornoceras simplex, Bactritides indéterminés, des Ostracodes indéterminables. L'absence apparente de Cheiloceratides dans cet assemblage faunique semblerait indiquer un âge Frasnien. Cependant, un spécimen provenant de la localité-type de la Rabine (synclinorium du Ménez-Bélair oriental) rapporté à Tornoceras sp. par Babin (in Babin & Paris, 1973), semble identique à des spécimens connus dans le Famennien inférieur de la Montagne Noire (communication orale M.R. House). Il se pourrait donc, vu la similitude existant entre les faunes des divers gisements du Synclinorium du Ménez-Bélair, que la Formation de la Rabine puisse être d'âge famennien inférieur dans la localité-type et dans la région étudiée. Les recherches de spores effectuées dans les siltites ampéliteuses pour préciser cet âge, n'ont pas abouti (restes organiques indéterminables -carbonification très importante).

 

 

 

Discussion

 

 

Dans le gisement de la Moussaye, immédiatement au Sud et en contact avec les siltites ampéliteuses de la Formation de la Rabine, apparaissent des siltites micacées beiges à intercalations gréseuses centimétriques : ces wackes quartzeuses fines mal classées constituent des bancs irréguliers lenticulaires. La position stratigraphique de ces faciès par rapport à ceux de la Formation de la Rabine, n'a pu être précisée compte tenu de la mauvaise qualité des affleurements et de l'absence de faune. Deux hypothèses peuvent être envisagées : - on peut considérer que la Formation de la Rabine occupe le coeur d'une structure synclinale, auquel cas ces faciès représenteraient le sommet de la Formation de Bosquen. Cette possibilité sera retenue pour la représentation cartographique des différentes unités dévoniennes bien qu'elle se heurte à l'absence apparente dans ces niveaux des faunes connues immédiatement au Nord dans des grès micacés. -il est également possible que ces schistes et grès surmontent la Formation de la Rabine, représentant ainsi le Dévonien terminal. Une telle superposition ne serait pas sans rappeler celle qui existe en Rade de Brest où les schistes à intercalations gréso-calcareuses de la Formation du Zorn succèdent aux schistes Kérabitumineux de la Formation de Porsguen. Dans le synclinorium médian armoricain, ces dépôts néodévoniens sont connus depuis le Finistère jusqu'au Nord de Rennes (Fig. 22) avec des caractères lithologiques et fauniques assez constants. Aussi paraît-il probable qu'une communication ait existé au Dévonien supérieur entre les régions occidentales (Rade de Brest) et orientales (Nord de Rennes). L'isolement actuel de ces témoins résulte vraisemblablement de disparitions tectoniques ou d'érosions anté-carbonifères et post-hercyniennes.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires