Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2016 7 05 /06 /juin /2016 06:30

 

Formation de Bosquen

 

 

 

 

 

L'ensemble essentiellement schisteux compris entre la Formation de Rochereuil et les siltites ampéliteuses à nodules fossilifères de la Formation de la Rabine, constitue la Formation de Bosquen. Les conditions d'affleurement ne permettent pas d'évaluer la puissance exacte de cette formation, qui doit être de l'ordre de 200 à 300 mètres. Ces faciès étaient inclus par les auteurs antérieurs, comme les Formations de Touvra et de Rochereuil, dans les "schistes et calcaires de Néhou" (Barrois 1894, 1895) ou les "phyllades et grauwackes de Villeneuve" (Pruvost & al. 1959). Affleurements La partie inférieure de la formation est bien visible dans le secteur de l'étang de Rochereuil (anciennes exploitations sur les bordures Ouest et Est) et dans la partie méridionale de la carrière de Guitternel . Cette partie de la succession affleure aussi dans la vallée de la Rieulle (Ouest de Sévignac) où elle surmonte la Formation de Rochereuil (moulin de la Rieulle d'en bas) et où elle comporte des niveaux fossilifères ("moulin de la Rieulle d'en haut"). En raison des accidents tectoniques une colonne lithologique complète ne peut y être établie. Plus à l'Ouest (carrières de Cornouailles, Nord-Ouest de Sévignac) des affleurements et anciennes exploitations sont rapportés, mais avec un certain doute, à cette partie inférieure. Il en est de même des carrières des Rochers, de Rochahue..., situées sur le flanc nord du Synclinorium, entre le Gouray et Rouillac. Dans la partie orientale du secteur étudié, la Formation de Rochereuil n'a pas été mise en évidence. Les Formations de Touvra et de Bosquen, toutes deux à dominante schisteuse ne peuvent, par conséquent, être différenciées d'après les seuls caractères lithologiques. Les faciès recueillis indiquent cependant que certains gisements (tranchée de la D.46 près de la Haie : Nord-Ouest de Saint-Jouan-de-l'Isle) d'âge eifelien, voire givetien sont à rapporter a la Formation de Bosquen. De même de nombreux affleurements situés aux environs du Gouray (Troherneuf) et jusqu'à St Jouan-de-l'Isle se placent d'après leur faune dans cette même formation. Contrairement à la partie inférieure bien exposée, les termes supérieurs de cette formation n'apparaissent qu'en affleurements ponctuels (Fig. 18) dont la position relative dans la colonne stratigraphique est uniquement fondée sur les données fauniques.

 

 

 

 

Caractères lithologiques et pétrographiques

 

 

 

 

Partie inférieure de la formation.

 

 

 

 

 

A l'Ouest une succession lithologique schématique a pu être établie dans le secteur de Rochereuil malgré l'existence de nombreuses failles et fractures au rejet difficile à apprécier. On observe ainsi au-dessus des quartzites de la Formation de Rochereuil : des alternances de schistes et de petits bancs quartzitiques, des schistes ardoisiers sombres, en dalles, qui contiennent quelques passées peu épaisses et discontinues de grès décalcifiés. Ces deux faciès sont fossilifères ; en particulier les schistes ardoisiers ont livré des fragments de végétaux. des alternances centimétriques à pluridécimétriques, plus ou moins régulières de quartzites clairs, de wackes verdâtres souvent compacteset de siltites sombres. Seules les wackes verdâtres décalcifiées ont livré des fossiles. La séparation entre classes modales est schématique car on observe des passées de wackes quartzeuses à l'intérieur de siltites ou des lamines silteuses dans les wackes quartzeuses (passages entre structures lenticulaire et madrée). Enfin, des siltites gris bleuté, compactes et assez ardoisières. A l'Est, dans la région comprise entre Broons et Saint-Jouan-de-l'Isle, cette partie inférieure de la Formation de Bosquen semble représentée uniquement par des schistes et grès décalcifiés. Il s'agit de siltites fines à grossières, argileuses, beiges à verdâtres contenant des passées plus grossières correspondant à des niveaux fossilifères décalcifiés. Elles contiennent aussi des nodules phosphatés peu nombreux et des intercalations de siltites sombres compactes siltites alors qu'à l'Ouest les niveaux semblant occuper la même position lithostratigraphique, correspondent à des siltites ardoisières et des alternances de siltites et sablites (arénites et wackes). Ces dernières possèdent une maturité de texture moyenne (sédiments submatures) alors que leur maturité de composition est bonne (absence de feldspaths et de fragments lithiques). Il serait toutefois prématuré d'envisager de réels passages latéraux de faciès dans la mesure où le synchronisme précis de ces différents termes est loin d'être démontré.

 

 

 

Abbaye de Boquen

 

 

Partie supérieure de la formation.

 

 

 

Le passage entre les parties inférieure et supérieure de la formation n'est jamais observable. - A l'Est du secteur étudié, le faciès schisteux se poursuit sans variation notable, si ce n'est par le développement de niveaux gréseux décimétriques vers la partie supérieure de la formation. - Plus à l'Ouest, entre Broons et Le Gouray, les schistes représentent le faciès dominant de cette partie de la formation ; ces siltites généralement argileuses, beiges à verdâtres, peuvent être représentées par un faciès ardoisier (Etang du Pont du Pélerin à l'Ouest de Margaro, Nord-Est de Radivel, Le Vauvert). Elles contiennent des niveaux de grès calcareux décalcifiés (Troherneuf, Cadeno...) généralement peu épais (décimétriques à centimétriques) et des niveaux à nodules phosphatés ; elles sont également accompagnées de sablites sombres et de quelques bancs quartzitiques parfois métriques. La succession est complétée par : des siltites à nodules argileux grisâtres ou gréso-micacés, et à balles phosphatées (Nord des Gresses). Ces sédiments fins, peu micacés, verdâtres à bleutés, contiennent des passées plus sombres à débit ardoisier et de petits niveaux d'accumulation de fossiles (Crinoides, Brachiopodes). Viennent ensuite des siltites bleutées talqueuses admettant quelques passées lenticulaires plus gréseuses et fossilifères. Enfin, la succession se termine par des grès micacés verdâtresde granulométrie variable, très fossilifères, dont la puissance ne doit pas excéder une dizaine de mètres. Les caractères pétrographiques des sablites sont généralement ceux de sédiments à bonne maturité de composition (feldspaths et fragments lithiques absents) contrastant avec une maturité de texture médiocre (fraction fine importante).

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens