Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 13:23

 

 

Carte des Pagi en Armorique

 

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

 

En réalité quand on évoque la frontière entre Bretons et Francs, il est plus judicieux de parler des marches de Bretagne. Une limite imprécise existait à la période mérovingienne et René Cintré dans son ouvrage sur ces Marches de Bretagne, constate la présence du nombre de lieux baptisés guerche, terme désignant un poste fortifié. Il n'en n'a pas moins compté une trentaine dispersés dans les localités de Plélo, Trélivan, Iffendic, Saint-Helen, Broualan, Lanrigan, Melesse, Gahard, Vissèche, la Guerche de Bretagne, Bain de Bretagne, Sixt d'Alf, Béganne, Saint-Etienne de Montluc, Saint-Brévin, Brains, Monnières, et la Chevrollière pour la seule Bretagne historique. Ce qui atteste une présence franque en ces lieux. A l'image de Bazouge du Désert et de Louvigné du Désert, cette contrée était particulièrement stérile, d'autres région composant cette marche étaient recouvertes en partie de forêts. 

 

 

 

 

Carte représentant les lieux-dits guerche en Bretagne (attestant l'infiltration franque en Bretagne à la période mérovingienne)

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

Charlemagne envoya une première fois son sénéchal Andulf pour réduire les Bretons, en 786 ; la véritable conquête eut lieu en 799 par le comte Guy, gouverneur de la Marche Franco-Bretonne. Éginhard, annaliste de Charlemagne, s'exprime ainsi : « Charlemagne résolut d'envoyer une armée en Bretagne. Après l'invasion de l'île par les Angles et les Saxons, une grande partie des habitants occupait l'extrémité de la Gaule, les terres des Vénètes et des Curiosolites. Ce peuple soumis aux rois francs et leur tributaire, acquittait quoiqu'à regret le tribut imposé, Comme elle cessait de le faire, le grand-maître de la maison, Andulphe, eut bientôt raison de cette nation perfide. Il lui amena, à Worms, des otages et beaucoup de chefs bretons.» Rapprochez cette version du VIIIe siècle, de Gildas, de Gurdestin, de Grégoire de Tours et autres textes cités, et vous verrez que l'annaliste réunit toute l'émigration bretonne du Ve au VIIIe siècle dans ce court passage assez juste. La première mention de cette Marca Britanniae remonte aux premiers temps du règne de Charlemagne, soit vers 778. Il s'agissait du région militaire et non administrative. Les mauvaises relations entre Bretons et Francs furent cause de la mise en place de cette vaste contrée boisée et peu peuplée. Le chef militaire, marquis ou margrave était désigné comes, autrement dit comte. Mais sous Judicaël, le roi de Domnonée, des troubles se produisirent entre les deux peuples, et les troupes de Dagobert infligèrent dans un premier temps une défaite aux Bretons qui par soumission acceptèrent de payer tribu (voir la vie de saint Judicaël par Albert Le Grand). Quelques temps plus tard ils prirent leur revanche et cependant, le roi Judicaël ne profita pas de la situation, il fit preuve d'une si grande sagesse qu'il suscita chez saint Eloi, le conseiller du souverain mérovingien un grand intérêt. C'est lui qui organisa la rencontre entre les deux rois, rencontre qui se déroula vers l'an 636 en la villa de Clichy. La disparition de Judicaël, l'anarchie régna en Bretagne, et la situation dégénéra, elle fut propice à de nouveaux troubles frontaliers….C'est parce que les Bretons avaient refusés de payer tribu à l'empire franc que l'an 786 une première expédition eut lieu en Bretagne. Sans doute que la mort du comte de la Marche,  Hruotland alias Rolland, survenue à Roncevaux incita les Bretons à s'insurger contre les prétentions carolingiennes. C'est sous les ordres du sénéchal Audulf qu'eut lieu cette première intervention. La Marche de Bretagne fut ainsi réorganisée, comprenant les comtés de Rennes, de Vannes et de Nantes. Le comté de Rennes, qui confinait au Vannetais et au Nantais sur sa bordure méridionale, s'étendait au Nord jusqu'à l'Avranchin. Nous ne savons guère de lui qu'une chose, c'est qu'il était administré en 820 par le comte Rorgon. Rorgon troqua son comté de Rennes contre celui du Mans, en 834. Notons que ce comte était de la famille des Gauzbert-Gauzlen, probablement d'origine alémanique comme les familles alsaciennes du célèbre abbé Fulrad de Saint-Denis et de l'archichapelain Ebroin, évêque de Poitiers, avec lesquelles elle était apparentée. Le Vannetais, qui correspondait sensiblement à notre actuel département du Morbihan, était, comme lui, partagé à peu près par moitié en deux domaines linguistiques : à l'est, on parlait roman; à l'ouest, on s'exprimait en breton. Le Nantais était le comté du marquis ou préfet -le terme de praefectus est la traduction dans la langue savante de l'époque du mot barbare marchia. qui écorchait la gorge des gens frottés de latin. Nantes était à la fois la capitale du comté, la cité épiscopale du diocèse et le chef-lieu de la région militaire. Une révolte suivit de près suivant la coutume. Le comte Guy, gouverneur des Marches de Bretagne, reçut l'ordre de réduire les rebelles. Ayant réuni ses forces à celles des autres comtes ses collègues, ce général parcourut la Bretagne dans toute son étendue et soumit entièrement ce pays des Bretons que les Français n'avaient jamais encore jusque-là subjugué tout entier. Le vainqueur offrit à l'empereur à son retour de la Saxe, les armes des chefs sur lesquelles étaient gravés leurs noms, en signe de la soumission des princes du pays, de leurs vassaux et de leurs terres à l'empereur à son retour de Saxe. L'année de la mort de Charlemagne, les Bretons élevèrent à la royauté suprême un certain Jarnithim, désigné dans le Carlulaire de Redon sous le titre de Machtiern. Wido cornes, qui in Marca Britanniae preesidebat, unà cum sociis comitibus Britanniam ingressus, totamque perlustraos in deditionem accepit; et régi de Saxoniâ reverso arma ducum qui se dediderunt inscriptis singulorum nominibus praesentavit : nam his se ac terram et pôpulum uniusquisque illorum tradidit. Et tota Britannorum provincia, quod nunquam antea, a Francis subjugata est. Ce chef fut-il immédiatement remplacé, ou trouva-t-il la mort en combattant pour l'indépendance de son pays? l'histoire garde le silence sur ce point : -elle nous apprend seulement que deux ans après l'élection de Jarnithim, Morvan, comte de Léon, fut élevé au rang de chef des chefs Pentyern, sur lequel, dans un plaid, à Aix-la Chapelle, en 818, Lantbert, comte de la Marche de Bretagne, fut interrogé par Louis le Débonnaire. Eh bien ! dit César à Lantbert, que fait la nation qui t'avoisine? Honore-t-elle Dieu et sa sainte Église? A-t-elle unchef et des lois? Laisse-t-elle nos frontières en repos ? Cette nation, répond Lantbert s'est jusqu'ici montrée orgueilleuse, indomptable et sans loyauté. Tout ce qu'elle a de chrétien, c'est le nom. Quant à la foi, au culte et aux oeuvres, tout cela est bien loin d'elle, les soins de la veuve, des orphelins, il n'en reste plus rien. Les Bretons habitent les bois et vivent de rapines, à la manière des bêtes fauves. Morvan est leur roi, si toutefois on peut donner ce nom à qui ne gouverne rien. » L'empereur lui répond : Lantbert, les choses que tu viens de rapporter sont graves. Quoi ! une nation de fugitifs possède des terres dans notre pays, sans payer de tribut, et elle pousse encore l'orgueil jusqu'à attaquer nos frontières!... Cependant comme leur chef a reçu le saint baptême, il convient que je l'avertisse du sort qui le menace. (voir entrevue de Witchar & Morvan la Domnonée). Après 831, il n'est plus question que du Breton Nominoë dont la situation ne cessera de grandir à la faveur des pouvoirs de missus que Louis le Pieux lui confère. Jusqu'à la mort de cet empereur, Nominoë reste constamment fidèle à la cause de son souverain (voir) . Aussi, le biographe de saint Conwoion, qui n'est pas un moins ardent partisan de Nominoë que son héros, le pieux et actif abbé de Redon, est-il plein de considération pour le monarque franc dont Nominoë est le représentant officiel  (voir Nominoë, page n° 1 - Nominoë, page n° 2 - Nominoë, page n° 3 - Nominoë, page n° 4 - Nominoë, page n° 5 - Nominoë, page n° 6)

 

 (extrait de l'ouvrage de Léon Levillain La Marche de Bretagne, ses marquis et ses comtes)

 

 

 

Frontière de la Bretagne sous Nominoë en 843

 

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

 

 

Frontière du royaume de Bretagne sous Erispoë 851-857

 

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

 

 

Etendue maximum sous Salomon de Bretagne 863-867

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

Acquisition de 863, l'entre deux eaux, entre Sarthe et Mayenne

 

Acquisition de 867, comtés de Coustances et Avranches

 

 

Au Xe et XIe siècle.

 

 

 

 

Les places fortes de la Marche de Bretagne

Pour agrandir l'image, cliquez dessus

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires