Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 11:15

 

Gurthiern, fils de Da, naquit en Cambrie, vers le milieu du sixième siècle, mis, confronté aux combats qui faisaient rage en cette île, avec ses deux compagnons, il gagna la Domnonée Outre-Manche, puis l'Île de Groix en terre Armoricaine.

 

 

Document Wikipédia

 

Là, grâce à l'accueil et à la générosité du Comte Gradlon, Guthiern fonda en cette terre de Cornouaille, au confluent de deux rivières, une abbaye en ce lieu depuis connu sous le nom de Quimperlé. Voici la légende de la fondation de cette abbaye bénédictine dite de Sainte-Croix. Albert le Grand pense que la fondation eut lieu vers l'an 550. Comme le souligne Dom Placide Le Duc : «  on ne trouve point la succession des abbés après saint Gouziern, si ce n'est que l'on veuille s'arrester à la vie de saint Goueznou, évêque de Léon » -mort vers l'an 675. Et notre auteur de poursuivre : « saint Goueznou estant allé avec son frère saint Majan visiter saint Gorbasius qui faisait bastir un monastère, au lieu où de présent est la ville de Quimperlé, et qu'il nomme abbé, Dieu le retira de ce monde par un étrange accident. Saint Gouesnou, considérant la structure de ce monastère, vint à louer son monastère, dont saint Majan excellent architecte avoit conduit le dessein. L'architecte qui conduisoit le bastiment du monastère de saint Gorbasius en prist une si furieuse jalousie qu'il laissa tomber un marteau sur la teste de saint Goeznou, comme si c'eust esté par hazard, et luy offensa si fort la teste, qu'il en mourut. Si cela se doit entendre de noire monastère de Quimperlé, voilà le seul souvenir qui nous en reste après saint Gouziern. Cet ancien monastère fut ruiné par les courses des Normands, qui désolèrent toute la province vers la fin du IXe siècle. Albert Le Grand met ce grand ravage en 878; et en la vie de saint Vial, il marque expressément qu'ils ruinèrent Kemperlé. » Le Comte de Cornouaille Alain Canhiart releva les bâtiments l'an 1029 (voir Généalogie des rois, comtes et ducs de Bretagne par Dom Morice). Pour assurer la fondation de l'édifice, le Comte de Cornouaille disposait de Belle-Île ainsi que de terres assises  au confluent de l'Elé et d'Idol, près de l'endroit jadis nommé Amaurot, tout près du monastère. Lors du fondement, il fut fait appel à  un saint homme nommé Gùrloés, qui était alors prieur claustral de l'abbaye de Saint-Sauveur de Redon. Celui ci fut assisté de son abbé appelé Gavallon. Ainsi fut fondée l'abbaye Sainte-Croix de Quimperlé, et Placide le Duc de poursuivre :  «  Cet acte fut passé en présence d'une illustre compagnie. Le comte, fondateur y signa; la comtesse Judith, sa femme; Orscand, son frère, évesque du diocèse; Cavallon, abbé de Redon; Guethenoc et Guerec, tous deux frères du comte ; Alfred, fils d'un autre Alfred (ce seigneur m'est inconnu, mais je croy que c'est le mesme qui donna par après Cadège); Guégon et Huelin. Ces deux derniers me semblent parents, et le dernier est constamment seigneur de Hennebond; et à voir que les plus nobles du Kéménet-Heboë, signent dans ses actes,' je croy qu'il est de la maison de Guernéné-Rohan. Il y a encore quatre seigneurs qui signent : et enfin Hugonnan et Uelogon, moines.». MXXVIII coenobimn Sanctoe-Kemperelegii ab Alano Cornugalliae comite aedificatur atque inibi Gurloesius Abba ab Orscando pontifice benedicitur

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires