Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 19:33


 

Le 11 mai 1790, les officiers municipaux de Quimperlé, en exécution des lettres patentes du 26 mars,de la même année, se présentèrent à Sainte-Croix, pour faire l'inventaire du mobilier et mettre les scellés sur le chartrier de l'abbaye. Il ne s'y trouvait plus que cinq religieux savoir : dom Guillaume-Paul-Yves de Malherbe, prieur, âgé de trente-sept ans; dom Emmanuel Fourmault, sous-prieur, âgé de soixante-trois ans ; dom Pierre Davaux, sénieur, âgé de quarante ans ; dom François Lésée, de Brest, âgé de quarante cinq ans; et enfin, dom Jacques-Joseph Molle, de Saint Pierre-sur-Dive, officier de la maison, âgé de vingt-six ans. Le chartrier de l'abbaye était dans un si grand désordre, que le prieur déclara qu'il eut fallu six mois à deux archivistes, pour en faire le classement. Quant à la bibliothèque qui occupait la chambre n° 7, du grand dortoir, elle contenait mille quatre volumes, dont deux cents in-folio. Les chambres de l'abbaye étaient fort pauvrement meublées à l'exception d'une des chambres de l'hôtellerie, destinée aux personnages d'un rang élevé, tels que le duc d'Aiguillon, qui y reçut plusieurs fois une hospitalité onéreuse pour les religieux. Il s'y trouvait un lit complet de damas rouge, une commode couverte de marbre, un trumeau, sept vieux fauteuils de damas et une petite table. L'argenterie de la communauté se composait de quatorze couverts, quatre grandes cuillers, une cuiller à potage, un huilier, deux salières et deux poivrières en argent, enchâssées dans du cristal, et enfin douze cuillers à café. On trouva dans le jardin dix orangers en caisse; dans l'écurie deux chevaux dans les greniers deux tonneaux d'avoine, et dans la cave environ un tonneau de vin tant blanc que rouge. Le trésor de l'église avait beaucoup souffert du gouvernement des derniers abbés. Il n'y restait plus que trois calices et un -ostensoir d'argent doré, une croix processionnelle d'argent, un bâton de chantre, deux chandeliers, deux paires de burettes avec leurs plateaux,une boite pour les saintes huiles, un ciboire, un reliquaire pour la Vraie Croix, une masse de bedeau et un bénitier, le tout d'argent. En 1791, le directoire du département eut le dessein d'établir dans l'abbaye des religieux, récollets au nombre de vingt, et à cet effet, procès-verbal des lieux fut dressé le 18 janvier par un ingénieur des ponts et chaussées. Mais il ne fut pas donné suite à ce projet. Les bâtiments de Sainte-Croix, sont actuellement occupés par la sous-préfecture, le tribunal, la municipalité, le presbytère, l'école communale et la gendarmerie. La maison abbatiale acquise de la nation en 1791, parla municipalité de. Quimperlê, est devenue depuis propriété particulière

 

 

 

 

Le 27 mai de la même année 1790, deux commissaires de la municipalité, firent l'évaluation des biens de l'abbaye. Elle s'éleva à la somme de 495,497 livres, deux sous, huit deniers, ainsi répartie :

Biens dans la municipalité de Quimperlé 93,825 livres

 

Paroisses circonvoisines   : 179,421 livres. 10 sous. 8 deniers

Seigneurie du Houzillé      : 110,000 livres

Seigneurie de Callac         : 92,000 livres 12 deniers

Prieurés non unis              : 20,000 livres

Total                                  : 495,4971 livres 22 sous.8 deniers.

 

Extraits de Histoire de l'abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé par Dom Placide Le Duc 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires