Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 11:58

 

Une vieille terre aujourd'hui oubliée dont une famille avait emprunté son pseunonyme : Chesnel, Maison qui portait pour armoires  : "de gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre croissants de même". Ces couleurs étaient aussi celles de la famille voisine du Bouays-Robert. Du reste, un des membres de cette famille, Olivier Chesnel cité en 1440, épousa Marie Dubouays, damoiselle du Boisrobert (voir Histoire de Trédias : le manoir du Boüays Robert), fille de Robert Dubouays et de Gillette de Langourla. Depuis cette alliance, on voit le Bois-Chesnel attaché à la maison du Boisrobert. Pour rappeler l'existence de ce manoir, il n'y a plus que quelques masures, un très beau puits et un petit bois, qui portent encore le nom de Bois-Chesnel.

 

 

Cette maison noble située assez près du Boisrobert, était, en 1513, la propriété de Bertrand Levoyer. Nob. escuier Bertrand Le Voyer, sr de Tregommarch (voir Baronnie de Trégomar), a une maison nomée le Bouais ; il a des rotures acquises. Plus, a led. Gilles du Bouais une maison nob, nomée la Paumerais (voir Le manoir de la Pommeraye en Trédias). René du Boüays, écuyer, seigneur du Boüays-Chesnel en Trédias  et de La Bégassière en Yvignac, fut maintenu noble d'ancienne extraction en Bretagne le 18 mars 1669, marié au Hinglé le 12 février 1652 à Servane Dibart, fille de Jacques Dibart, écuyer, seigneur le La Villetanet (voir La famille Dibart de la Pyrie au Hinglé, page n° 1), et de Françoise Gaignet  

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires