Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 14:07

La famille du Vergier à laquelle appartenait L'Abbé Louis du Vergier, remontait à Henri du Vergier, donné témoin dans un accord entre l'abbesse de la Joie et Hervé de Léon en 1221. On découvre également d'autres membres de cette famille :  Pierre du Vergier, rendait hommage au vicomte de Rohan en 1396 ; Henri du Vergier fils du précédent, vivait en 1426, il épousa Thomine du Boterff, et en eut pour fils : Henri du Vergier, marié quant à lui à une dénommée Anne de Leslayet ; on parle également de Pierre du Vergier, cité avant 1438. Cette Maison portait pour armoiries « de gueules à deux bandes de vair ».

 

 

Cette famille était en possession des Seigneuries dudit lieu et de Penfrat, paroisse de Lesbin-Pontscorff, -de Locoziern et de Ménéguen, paroisse de Caudan, -de Kerhorlay, paroisse de Guidel, -du Moustoir, -de la Villeneuve, -du Pou, paroisse de Plouay, -de Kervénozaël, paroisse de Guiscriff. Cependant quand on étudie les résultats de l'enquête effectuée menée par le Sieur Malescot .sur la filiation de cette Maison lors de la réformation de la noblesse de Bretagne devant la chambre de la réformation, le 15 avril 1669, quelques divergences apparaissent. Extrait des registres de la Chambre establie par le Roi pour la reformation de la Noblesse du pays et duchez de Bretagne, par lettres patentes de Sa Majesté du mois de janvier 1668, veriffiees en Parlement : Entre le Procureur General du Roi, demendeur, d'une part. Et messire Paul du Vergier, chevalier, sieur de Meneguen, conseiller du Roi et senechal de la jurisdidion royale d'Henebond, y demeurant, en la ville dud. Henebond, evechez de Vannes, ressort dud. Hennebond, faisant tant pour lui que pour messire Mathurin du Vergier, son fils aine, deffendeurs, d'autre part. Veu par la Chambre : L'extrait de comparution faite au Greffe de lad. Chambre, le 26e Mars dernier 1669, contenant la déclaration de Me Olivier Piriot, procureur, de vouloir soutenir pour lesd. deffendeurs les qualitees d'ecuyer et de chevalier par eux et leurs predecesseurs prises et porter pour armes : De gueules à deux bandes de vair. Filiation et généalogie de l'ancienne maison et famille defd. deffendeurs, inférées dans leur indudion ci après dattee, par laquelle il est articullé que led. fieur du Meneguen est sorti cadet, il y a plus de deux siecles, de la maison noble du Vergier, en la paroisse de Lesbin-Pontscorf, décorée de prééminences et autres droits, et laquelle est une prevotee feaudee du siege royal d'Hennebond, qu'il est duement aine et chef de nom et d'armes de lad. maison, la branche des aines étant finie en Clémence du Vergier, mariée au sieur de Kermorguer, et ses predecesseurs, fortis juvigneurs de lad. maison, s'etablirent en la terre noble de Locouziern, qu'ils auraient eu en partage et touiours demeurée en fa famille, et que led. Mathurin du Vergier, ecuyer, sieur dud. lieu, est fils aine noble et presomptif héritier dud. messire Paul du Vergier, deffendeur, de son premier mariage avec dame Marie d'Arazen ; que led. Paul du Vergier est fils aine, héritier principal et noble de Jean du Vergier, ecuyer, et de dame Jeannete Rogon, seigneur et dame en leur temps desd. maisons de Meneguen, Locauzierne et autres lieux ; que led. Jean etoit fils unique de Jacques du Vergier, ecuyer, et de dame Marie des Portes, seigneur et dame de Locouzierne et dud. Meneguen ; que led. Jaques du Vergier, ecuyer, etoit fils aine, héritier principal et noble de Henri du Vergier, fixieme du nom en deffendant, et de dame Anne des Portes, sieur et dame de Lecouzierne, du Meneguen et du Moustoir ; que led. Henri, sixieme du nom, etoit fils aine, héritier principal et noble d'autre Henri, cinquième du nom, et de dame Marie de Kerpuns, sieur et dame de Locouzierne et du Meneguen ; que led. Henri, cinquième du nom, etoit fils aine, héritier principal et noble d'autre Henri, quatrième du nom, de son mariage avec dame Marie Lucas, sieur et dame de lad. maison de Locouzierne ; que led. Henri, quatrième du nom, etoit aussi fils, héritier principal et noble d'autre Henri du Vergier, ecuyer, troisieme du nom, de son mariage auec dame Anne de Stanguingant, sieur et dame de Locouzierne et autres lieux; que led. Henri du Vergier, troisieme du nom, etoit fils aine, héritier principal et noble d'autre Henri du Vergier, deuxième du nom, et de dame Amice de Leslai, sa compagne ; que led. Henri, deuxième du nom, etoit fils aine, héritier principal et noble d'autre Henri du Vergier, premier du nom, de son mariage avec dame Thomine le Baillif ; et enfin que led. Henri du Vergier, seigneur dud. lieu, etoit frère juvigneur de Jean du Vergier, héritier principal et noble dud. Pierre du Vergier, seigneur dud. lieu, et oncle de Silvestre du Vergier, dernier seigneur du nom de lad. maison du Vergier, comme ayant été père de lad. Clémence du Vergier, mariée aud. sieur de Kermorguer, ou le nom de cette tige principale auroit finie….  Le 25 ou 26 avril 1450, Gilles de Bretagne (voir Gilles de Bretagne, page n° 1 - Gilles de Bretagne, page n° 2)ayant été étranglé au château de la Hardouinays (voir Le château de la Hardouinaye en Saint Launeuc), Louis du Vergier, alors abbé de Boquen (voir l'abbaye de Boquen, page n° 8), vint à la tête de ses religieux enlever le corps du prince. Geofiroy de Beaumanoir et plusieurs gentilshommes du voisinage assistèrent à la cérémonie funèbre, qui se fit avec le plus de pompe possible. Olivier de Méel, Jean de la Chaise et les autres satellites d’Arthur de Montauban prièrent les gentilshommes de vouloir bien déclarer qu'ils étaient absents du château lors du décès du prince, Olivier de Méel étant à l’église et les autres a la chasse; mais les gentilshommes ne furent point dupes de ce grossier artifice, et ils refusèrent de faire la déclaration qu’on leur demandait. L'abbé de Boquen fit mettre une tombe d’ardoise sur le lieu de la sépulture de Gilles, avec la figure de ce dernier en relief de bois. Ainsi finit le jeune et fier prince qui avait donné à la Bretagne tant de belles espérances, qu’une vie pleine d’épreuves et une mort prématurée l’avaient empêché de réaliser. François Alexandre-Aubert de La Chesnaye nous fournit aussi une généalogie de cette Maison du Vergier : Henri de Vergier, écuyer, seigneur de Locouziern, fut maintenu dans sa noblesse par ordonnance des commissaires du Roi en Bretagne, du 17 Janvier 1538. II fournit au Roi le 15 Juin 1557 une déclaration des maisons & manoirs nobles de Locouziern & du Meneguen, situés dans la paroisse de Saint Caradec, près de Hennebond. Henri du Vergier, son fils, seigneur de Locouziern, du Monstouer, & fut père, par sa femme Anne des Portes, de Jacques du Vergier, qui suit, & de Louis & de Jean du Vergier, qui tous deux ont fait postérité. Jacques du Vergier, sieur du Meneguen, eut pour femme Marie des Portes, mere de Jean du Vergier, écuyer, marié en 1615 avec Jeanne Rogon, dont naquit Paul du Vergier, seigneur du Meneguen, sénéchal de Hennebond, créé chevalier de l'ordre du Roi en 1661. père, par sa premiere femme Marie d'Arassens, de Mathurin du Vergier, écuyer, sénéchal de Hennebond, déclaré noble & issu d'ancienne extraction noble depuis l'an 1438 par arrêt des commissaires de Bretagne, du 15 Avril 1669. Il épousa en 1675. Jeanne le Clerc, dont il eut, Paul-René du Vergier, écuyer, seigneur du Poux, marié le 5 Novembre 1707. avec Anne de Lamivi, dont naquit, entr'autres enfans, le 11 Juillet 1710. Vittor-René du Vergier du Poux de Meneguen, reçu page du Roi dans fa grande écurie le 25 Avril 1727.

 

 

Mention de Paul du Vergier, Ecuyer Sieur du Meneguen, Conseiller de Sa Majesté, Sénéchal au Siege Royal de Hennebond en Bretagne 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires