Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 20:28

 

 

Nicolas-Victor Picot de Limoëlan qui, né à Nantes, le 18 juillet 1774, était en réalité le troisième fils de Michel-Julien, comme l'indique une lettre de lui à Chérin en date du 30 novembre 1786, C'est probablement lui dont la note de police ci-dessus indique qu'il mourut en Vendée. Il semble y avoir également eu deux autres fils, Charles-Michel et Félix-Marie qui seraient morts en bas-âge. Nicolas-Victor bénéficia d'un précepteur afin de recevoir des cours à domicile. A treize ans, il fut admis au compte du roi au collège de Vannes dont il sortit l'année suivante, en 1788, comme élève de troisième classe. Entré dans la Royale et ses campagnes sous Pavillon de l'état, Nicolas-Victor eut sa légende de chouan et de brigand. Ayant embarqué sur la frégate la Fidèle, sous Monsieur de Rosily, il croisait du côté de Quiberon et de Lorient avant de partir vers l'Isle de France. Son voyage dura près de deux ans. Sous la Révolution, Nicolas également emprisonné regagnait Limoëlan peu avant de retourner à la clandestinité, et, à ses sœurs encore détenues il écrivait : « Je viens d’entrer dans le château de Limoëlan, il est dans le plus grand désordre possible, les tapisseries ont été même ôtées,  si l’on y prend garde, l’on fera appareiller la maison. » Le 27 juin 1795, Nicolas Picot de Limoëlan faisait partie de ces 5500 hommes, qui sous les ordres de Puisaye débarquèrent à Quiberon, pensant venir à bout des troupes de Hoches. L’aide Anglaise promise par le ministre Anglais Pitt n’arriva jamais afin de seconder les troupes royalistes, et ce fut le désastre. On dénombra un grand nombre de victimes dans ce dernier camp, parmi elles : Nicolas Picot de Limoëlan. (voir Le Drame de Quiberon)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires