Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 20:21

 

 

Le marquis de Picot était fils de François-Louis Picot, écuyer, sieur de Beauchesne, né le 21 avril 1705, et de Marie-Raphaëlle du Fresne. François-Louis Picot était seigneur de la Motte-Pilaudel et des Grand et Petit Gué. Il a rendu foi et hommage pour ces différents fiefs à Julien-Ferdinand Girault, et Guillaume Eon, co-seigneurs de la Bellière. par deux actes passés devant Collin, notaire à Châteauneuf, le 18 décembre 1751, à François-Denis Beaudouin de la Villéane, seigneur de Gouillon, par un troisième acte passé devant le même notaire le même jour, et à Emmanuel-Félicité de Durfort, duc de Duras, comme mari de Louise-Françoise-Maclovis-Céleste de Coétquen, marquise de Coëtquen, par deux actes passés devant : Michel, notaire à Pleudihen, les 19 août 1752 et 29 janvier 1754. Le 24 octobre 1751, ce même François-Louis Picot avait épousé, à Cadix, Marie-Raphaëlle du Fresne, qui était fille de Bertrand du Fresne, IIe du nom, fils de Bertrand du Fresne, Ier du nom, sieur du Bois-Sauvage, dont l'ancienne noblesse a été reconnue par jugement rendu au tribunal de Dinan, en Bretagne, le 21 mai 1696, par suite d'un arrêt du conseil-d'état du roi du 4 avril précédent, et d'après un autre arrêt de la chambre de réformation de la noblesse de Bretagne du 5 septembre 1669. François-Louis Picot était fils de Michel Picot, lVe du nom, écuyer, sieur de Beauchêne, né le 31 janvier 1651, et de Françoise Joliff sa première femme, qu'il a épousée à Saint-Malo le 5 mars 1698. Ce Michel Picot, IVe du nom, a épousé, en secondes noces, par contrat du 30 mai 1705, Marie Vivien. Il avait pour frère Pierre Picot, IIe du nom, écuyer, seigneur de Closriviére, écuyer de la grande écurie du roi, qui, de son mariage avec Julienne Eon, a eu pour enfants, 1° Michel-Julien Picot, écuyer, seigneur de Closrivière, qui a été marié, le 2 août 1752, avec Thérèse Trublet de Nermont, fille de Joseph Trublet, écuyer, sieur de Nermont, et d'Hélène Trublet, et qui a en pour fils Michel-Alain Picot de Closrivière, écuyer, seigneur de Limoëlan (voir la seigneurie de Limoëlan à Sévignac et ses possesseurs, page n° 1 - Un gentleman-farmer breton au XVIIIe siècle : Michel-Alain de Limoëlan (1734-1793) par André Rayez), né le 18 juillet 1754, et Pierre-Joseph Picot de Kéhériac, écuyer, né le 29 juin 1755, et décédé sans postérité

 

 

 

 

Pierre-Joseph Picot de Clorivière dit de Kéhériac

-père de Clorivière

 

et trois filles : Marie Picot de Clorivière, morte à deux ans Jeanne-Rose-Michelle Picot de Clorivière -ci après & Thérèse Picot de Clorivière, en religion soeur Gonzague. Le lieutenant André-Joseph-Marc Desilles ou des Isles, possesseur de la Fosse-Hingand  (voir Quelques malouinières) était né à Saint-Malo le 11 mars 1767. Son père, Marc-Pierre-François Guiller des Isles, originaire de Briqueville, diocèse de Coutances (Normandie), capitaine au régiment de Limouzin, avait épousé le 7 février 1765, à Saint-Malo, Jeanne-Rose-Michelle Picot de Clorivière, de la famille des Picot de Limoelan. Il en avait eu quatre enfants: Jeanne, qui épousa M. Dufresne de Virel, André, le héros de Nancy (portrait ci-dessous), Marie-Thérèse, mariée à M. d'Allerac, et Angélique-Françoise, la soeur bien-aimée d'André, qui épousa M. Roland de la Fonchais, et mourut sur l'échafaud à vingt-quatre ans, gardant fidèlement un secret dont la révélation l'aurait sauvée ;

 

 

 

 

2° Julien-Étienne-Marie Picot. écuyer, sieur du Buc; 3° Marie Picot, qui a épousé, le 4 janvier 1715, Louis de Mascrany, marquis de Paroy, en Champagne, seigneur de Château-Chinou, d'Hermé, de Pervol et de ViIlers-sous-Saint-Leu, maître des requêtes honoraire et président au grand-conseil, père de François-Marie de Mascrany, marquis de Paroy, comte de Château-Chinon, dont la fille, Adélaïde-Louise de Mascrany, a épousé, en mois d'octobre 1780, Jacques, marquis de Clermont-Mont-Suint-Jean, lieutenant-général des armées du roi de Sardaigne, grand'-croix de l'ordre de Saint-Maurice et de Saint-Loutre de Sardaigne, maréchal de camp au service de France, et député aux états-généraux de 1789. Le même Michel Picot, IVe du nom, de son second mariage avec Marie Vivien, a en Michel Picot, Ve du nom, écuyer, né le 14 janvier 1712, qui a épousé, le 25 avril 1755, Marie Picot, sa cousine, fille de Michel Picot, VIe du nom, écuyer, sieur de Prémenil, né le 17 décembre 1685, et de Jeanne Elisabeth Nouel, fille de Jean Nouel, seigneur des Antons, et de Marie-Françoise Loquet. Michel Picot, VIe du nom, avait pour sœur Pélagie Picot, mariée avec Henri Baulde, écuyer, sieur du Val, et était fils d'Étienne Picot, IIe du nom, écuyer, sieur de Préménil, né le 28 mai 1650, et de Perrine le Fer, dame du Préolos; lequel Étienne Picot était fils puîné de Michel Picot, IIe du nom, écuyer, sieur de Malabry, et de Bertrane Groult, mariée en 1615, et qui était fille de Jean Groult, sieur de la Ville-Alix, et de Servane Yvan. Michel Picot, Ve du nom, a en pour fils, 1°. Michel-Marie Picot, écuyer, né le 15 mars.1754, et décédé sans postérité; 2°Jean-Marie Picot, écuyer, né le 21 décembre 1755, marié en 1769, avec Èlisabeth-Charlotte-Gillette Loquet de Granville, dont sont issus Michel-Jean, vicomte de Picot, seigneur de Plédran (voir Le château de Thaumatz en Saint Maudez), chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, marié avec Aménde de Fontenay ; Charles-Michel, baron de Picot, chevalier du même ordre, et seigneur de Gallinée, marié avec Victoire de la Houssays, et Marie-Jeanne de Picot, mariée, le 30 août 1803, avec Prégent Brillet, comte de Villemorge, issu d'une ancienne famille d'Anjou, originaire de Bretagne, chef de bataillon honoraire, chevalier de l'ordre royal et militaire de Saint-Louis, maire de la ville d'Angers, et membre de la chambre des Députés; Étienne-François Picot, écuyer, né le 4 mai 1759, mort en bas âge; 4° Charles-César, chevalier de Picot, seigneur de Boisfeuillet et de Trogueudy, marié avec N.... de Larmandis, d'une ancienne et illustre maison de Périgord. Michel Picot, IV‘ du nom, aïeul de Bernard-François-Bertrand de Picot, était Fils de Michel Picot, IIIe du nom, né le 16 février 1620, écuyer, sieur de Closriviére, et de Marie Joliff, dame des Fontaines, lequel Michel Picot de Closrivière était fils de Michel Picot, IIe du nom, écuyer, sieur de Malabry, né en 1578, et de Bertrane Groult, déjà nommés plus haut. Michel Picot, Ile du nom, était fils de Michel Picot, ler du nom, né le 30 mai 1556, et de Jeanne Corbin, qui vivait encore en 1616. Michel Picot, Ier du nom, était issu d'Alain Picot, né le 6 octobre 1550, et de Guyonne Le Breton; lequel Alain Picot était fils de Guillaume Picot, IIIe du nom, seigneur de la Briantais, et de Perrine ou Pétronille le Fer, sa première femme. Ce Guillaume Picot a épousé, en secondes noces, Julienne des Granges. Il était fils d'Étienne Picot, Ier du nom, et possesseur du fief de la Barbotaie dès 1515, lequel était issu de Pierre Picot, Ier du nom, compris, en 1481, au rôle des nobles et tenant fief de la ville de Saint-Malo, marié avec Denise Rolland. Pierre Picot, ler du nom, était fils d'Olivier Picot, nommé dans deux montres et revues générales des nobles de l'archidiaconé de Dinan, des 15 juin 1477 et 8 janvier 1479. Olivier Picot était fils de Guillaume Picot, IIe du nom, sieur du Portail, et d'Olive Guignen. Guillaume Picot, IIe du nom, était fils de Guillaume Picot, ler du nom, et de Bertrane Bezart. Enfin Guillaume Picot, ler du nom, était fils de Thomas Picot, originaire d'Ecosse, qui, s'étant établi à Dinan, y épousa Jeanne ou Jamette Vincent, et, con jointement avec elle, fit, en l'année 1344, une fondation dans la chapelle de Saint Julien et Saint-Antoine, qui leur appartenait en l'église paroissiale de Saint Sauveur de cette ville. (Extrait de la généalogie de la famille Jullien, originaire de Bourgogne)

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires