Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2016 3 17 /08 /août /2016 19:14

la Motte-Rouge. -Cette terre, qui n'a cessé d'être habitée jusqu'à nos jours, et dont le château, est de construction moderne, était, suivant un aveu du 7 juillet 1604, -« tenue en juveigneurie et parage de la sei gneurie de Montafilant , au Chemin-Chaussée. » -Elle était possédée , en 1423 , par Rolland de la Motte ; en 1538 , par François de la Motte (minu du 13 octobre); en 1570, par Jean de la Motte, écuyer, qui, le 20 novembre de celte année, présente un minu pour le rachat de Jacques de la Motte ; en 1604, par Jean de la Motte, écuyer, juveigneur de Montafilant ; en 1691, par Charles de la Motte, écuyer, également juveigneur de Montafilant ; en 1723, par autre Charles de la Motte (minu du 2 janvier), et en 1769, par Toussaint de la Motte, chevalier, sieur de la Motte rouge.

 

 

 


 

-Cette seigneurie avait droit de prééminence en l'église, avec banc, enfeu et chapelle privative ; elle devait pour cette cause à la fabrique, en 1542, quatre sous tournois de rente soussignants, escuyer Anthoine de la Motte, seigneur de la Motte Rouge, y demeurant,paroisse de Hénansal évêché de Saint-Brieuc, lequel nous a requis vouloir nous transporter audit lieu de la Motte-Rouge et de nous transporter aux églises de Hénansal, et de la Boüillie, tant qu'a la chapelle de Saint-Gilles, dépendant du dit lieu de la Motte-Rouge, ponr luy rapporter le présent procès verbal de l'écusson de ses armes situé aux dits lieux, a quoy nous serions accordé. Etant audit lieu de la maison et manoir de la Motte-Rouge, nous a fait monter en une chambre haute, étant sur la cuisine de la maison, où estant, le dit sieur de la Motte nous aurait fait remarquer au manteau de la cheminée de la dite chambre, qui est une pierre de taille, un écusson relevé en bosse, soutenu et porté par un cordon lequel écusson parait avoir été peint de sable à un frotté d'or, sans être gravé dans la dite taille; et dans les panneaux de la vitre de la cuisine et de la dite chambre avons pareillement remarqué y avoir deux écussons de pareille couleur et même étant fort effacés à cause de leur vieillesse et caducité et d'icelle maison, nous nous sommes transportés jusqu'au bourg du dit Hénansal, où estant, nous avions, de compagnie du sieur de la Motte, entré dans la dite église dans ia nef de laquelle, ledit sieur nous aurait montré un grand escabeau de bois, étant situé au haut de la dite nef. du coté de l'évangile, proche l'autel de saint Jacques, qui joint au pignon qui fait la séparation d'entre le choeur de la dite église et la nef d'icelle étant iceluy pignon soutenu de deux piliers et dans celuy, situé avis dudit escabeau, du côté du midy, nous a iceluy fait remarquer un écusson, coupé en fretté, dans ta taille du dit pilier, lequel écusson le dit sieur de la Motte nous a dit être le même que te précédent et qu'il dépend de la dite maison et manoir de la Motte Rouge Et dudit Hénansal nous sommes, tous de compagnie transportés jusqu'au dit lieu de la Boüillie et aurions entré dans icelle église de la Boüillie, où estant le dit sr de la Motte nous a montré pareillement un grand escabeau étant situé du côté de l'épitre, joignant le marche-pied du grand autel du dit lieu de la Boüillie, de l'autre côté la longère, du côté du midy de la dite église au-dessus duquel escabeau il y a deux chaises, lesquelles le dit sr de la Motte a dit dépendre du dit escabeau et lui appartenir, et a côté du choeur de la dite église, le dit sr de la Motte nous a montré une grande pierre tombale sur laquelle il y a un écusson relevé en bosse, de la hauteur de deux doigts lequel écusson est un fretté fort usé par vieillesse et dans la grande vitre de la dite église de la Boüillie avons pareillement remarqué qu'au panneau, le plus haut d'icelle du côté de l'épître, y est un écusson de sable au fretté d'or et dans une autre vitre étant dans la dite longère du corps de la dite église, du côté du midy. située Icelle vitre au-dessus dudit escabeau il y a pareillement deux écussons ; l'un jusqu'à la pointe d'en haut de la dite vitre et l'autre plus bas, étant de pareille couleur et métail que les précédents, sans qu'en icelles vitres il y ait autres armes ny écussons et de l'issüe, nous sommes, pareillement de compagnie,transportés jusques à ladite chapelle de Saint-Gilles, dépendant du dit lieu de la Motte Rouge, située près le grand chemin ferré qui conduit à la ville du Chemin-Chaussée a Saint-Alban et nous ayant, le dit sr de la Motte, fait entrer en icelle chapelle, nous a montré et fait voir au-dessus d'une fenêtre, située dans le pignon du soleil levant, proche le grand autel de la dite chapelle du côté de l'épître, un écusson à un fretté étant dans les tailles de la dite fenêtre, relevé en bosse d'environ trois bons doigts; ledit écusson supporté d'un gros cordon entortillé, de la même taille; et ayant sortis de la dite chapelle, le dit sieur nous a montré et fait voir, au haut du pignon de la dite chapelle, du bout vers le soleil couché, au-dessous du campannier où est situé la cloche de la ditte chapelle, un pareil écusson que le précédent, relevé pareillement dans la taille dudit pignon, de la hauteur d'environ trois bouts de doigts; lequel écusson est aussi un fretté entouré et supporté d'un gros cordon entortillé de la même taille. De tout quoy, le, nous requérant le dit sr de la Motte, luy avons rapporté le présent pros verbal des dites armoyries, pour luy valoir et servir où appartiendra. Par nous, notaire des cours et baronnies de la Hunaudaye, Montafilan, au sge du Chemin- Chaussée, avec submission y jurée, sous les seings dudit de la Motte et les nôtres. Fait tant aux dits lieux des églises de Hénansal, la Boüillie. que chapelle de Saint-Gilles, le 21e jour de novembre 1668, tant avant qu'après midy dudit jour ; ainsi signé Anthoine de la Motte, tostivin notaire et Francois Collet autre notaire avec paraphe. Fidèlement collationné et conpulsé à l'original en papier, représenté et apparu par messire Joseph Toussaint de la Motte, de la la maison de Dinan, chef de nom et d'armes, chevalier seigneur de la Motte-Rouge, auquel nous l'avons rendu, par nous, conseiller du Roy et son senechal en la sénéchaussée royale de Jugon, en présence du substitut de M. le procureur-général du Roy, en icelle, et de notre greffier qui a signé avec nous et le dit rester apposé le sceau de cette sénéchaussée.

A Jugon. Le 24 octobre 1774

Signé Neuvillègue,

scellé avec sceau à 3 fleurs de lys.

Bugnat greffier.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires