Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 13:20

 

 

La cheminée de la Soraye par Frottier de la Messelière; armoiries des possesseurs du lieu :  de la Soraye, de Malestroit, de Coëtquen et d'Acigné

 

La terre de la Soraye en la paroisse de Quintenic fut possédée par la famille qui en adopta le patronyme et dont les armoiries étaient : « d'hermines à deux haches d'armes adossées de gueules ». Cette famille de la Soraye disposait de la seigneurie du même nom en Quintenic et leurs succcesseurs avaient aussi celle d'Uzel (voir Les possesseurs de la Houssaye en Quessoy). Les seigneurs de cette maison et leurs succésseurs disposient du droit de prééminence en l'église Saint-Pierre de Quintenic. Le premier dont le nom nous est parvenu fut Guillaume de la Soraye, l'un des participants à la Septième Croisade, l'an 1248 ; Géoffroy de la Soraye cité en 1256. C'est à travers son testament qu'il est mention dudit Geffroy de la Soraye, chevalier. Il demeure à la Soraye en la paroisse de Quintenic ; mais il a des biens en plusieurs paroisses, notamment à Saint-Alban et à Saint-Jacques de Hénansal, sur la voie qui conduit de Saint-Brieuc à Saint-Malo et Dol. Voici une disposition de son testament : A l'église (ecclesia) de Saint-Brieuc, XII deniers ; à la chapelle (capella) de Saint-Guillaume, XII deniers; à chacun des Sept-Saints de Bretagne, XII deniers ; à chacun de leurs sacristains (servientium),VI deniers. La Soraye distribue ainsi XII deniers à neuf églises. C'est à travers ce document qu'il est mention pour la première fois de l'église Saint-Pierre de Quintenic. Louis de la Soraye fut porte-bannière de Sylvestre de Budes, et il fut tué dans la guerre des Bretons en Italie en 1375.  Alain de la Soraye fut très-fidèle au Duc de Bretagne son Prince, & s'arma l'an 1420 pour sa délivrance de la prison des enfans de Charles de Blois (voir le complot de Margot de Clisson, page n° 2). Le nom d'écuyer Alain de la Soraye, figure avec celui de Jehan de la Soraye comme signataires du second Traité de Guérande à Lamballe le 28 avril 1381 (voir Guerre de Succession de Bretagne. Page n° 10 - Guerre de Succession de Bretagne. Page n° 7), Alain de la Soraye laissa de son mariage deux filles : Perronelle -voir ci-dessous & Isabeau de la Soraie, femme sans enfans de Messire Jean Vicomte de St Denoual Chevalier, laquel le testa au mois d'Avril 1479. A travers la généalogie de la famille Budes, voici quelques notes sur celle que le Sire Alain de la Soraye avait épousée : Isabeau, Dame de Marchaix & d'Uzel, épousa en premières nopces Messire Alain Sr de la Soraie, fils de Jean S.de la Soraye Chevalier, qui fut l'un des Seigneurs de Bretagne qui firent une ligue le 25. d'Avril 1379. pour le retour & pour le restablissement du Duc Jean de Bretagne, & qui depuis ratifia en la Ville de Lamballe le 28. Avril 1381 le traitté de Paix fait entre le Roy & le meme Duc. Son second mary fut Jean d'Avaurour, issu en ligne masculine des anciens Ducs & Comtes de Bretagne, oncle ou frère de Guillaume d'Avaugour, Sr de Kergroës dès l'an 1390 & qui l'an 1411. le 28. de May, rendit aveu en la Chambre des Comptes de ladite Seigneurie de Kergroes, qu'il declara tenir ligement du Duc de Bretagne, & en ramage & juveigneurie d'aisné des Vicomtes de Rohan. Ce Guillaume fut père d'une seule fille, Blanche d'Avaugour Dame de Kergroës, dont elle fit hommage le 28 Avril 1428 & en laquelle fût périe cette branche d'Avaugour, si elle n'avoit eté continuée par sa posterité. Elle épousa Jean de Belouan, & en eut Louis, Guillaume & Thomine de Belouan femme de Jean Guédas. Louis prit le nom d'Avaugour, avec lequel & sous l'authorité de Jean de Beloüan son père, & du consentement de Guillaume de Belouan S. de Villefié son frère, il donna trente livres de rente à ladite Thomine femme de Jean Guedas, par acte passé en la Cour de Chastelaudren le dernier Septembre 1464. dudit Louis font descendus les Seigneurs de Kergroës, du Bois de laMotte, de S. Laurens & de la Lohiere, & Guillaume son frère continua le nom de Bellouan fondu depuis cinquante ans en la Maison de la Fresnaye par le mariage de l'héritière dc Villefié. Jean d'Avaugour n'eut point d'enfans d'Isabeau du Marchaix. Perronelle Dame de la Soraie, d'Uzel, du Marchaix & de S. Denoual en partie, fille aînée de Alain seigneur de la Soraye, épousa Jean de Malestroit Chevalier Sr du Mesangés. Jean de Malestroit fils aisné de Hervé, laissa de  Perronelle Dame de la Soraye : 1° Jean de Malestroit Sr d'Uzel l'an 1471, 1480 & 1490 ; mort sans enfans. Jéhan de Malestroit est titré sieur de la Soraye et apparaît dans l'acte daté du 14 avril 1488, confirmant le mariage de la duchesse Anne de Bretagne avec Charles VIII.  2° Hervé de Malestroit -qui suit ; 3° Jeanne femme de Henry de Pledran ; 4° Isabeau de Malestroit Dame de Ploeuc, & 5° Louise de Malestroit Dame de la Chappelle, desquelles la postérité sera traittée après celle de leur frère, &  6° Gillette de Malestroit qui se maria fort âgée l'an 1504  avec Raoul de Landugen Chevalier S. de Saint Jouan, & n'eut point d'enfans. 1° Hervé de Malestroit S. d'Uzel, de la Soraye, du Marchaix & du Merange, en l'an 1526. épousa Marguerite de Beaumanoir fille de Gilles Vicomte du Besso (voir (voir La vicomté du Besso à Saint-André-des-Eaux - Les Vieilles-Villes à Plénée Jugon), & de Jacquemine du Parc Dame de la Motte du Parc & de Trebrit, et en eut Jacques Sr d'Uzel en l'an 1532. & 1534. & Françoise de Malestroit, qui porta tous les biens de sa Maison en celle de Coetquen (voir La maison de Coëtquen - Le château de Coëtquen à Saint-Hélen). A la page consacrée à cette dernière Maison, nous savons que le dit sieur de Coëtquen se nommait Raoul VI de Coëtquen fut Maréchal de Bretagne et Gouverneur de Dinan. Il fut mis à la tête de 50.000 hommes levés pour la délivrance du duc Jean V retenu captif à Chantoceaux par Margot de Clisson, duchesse de Penthièvre. Sa soeur Marie de Coëtquen épousa Jean, Sire de d'Acigné. Dès lors ce sont leurs descendants qui se retrouvèrent possesseurs de la seigneurie de la Soraye. En 1509, lors de la reconstruction du chevet de l'église de l'abbaye de Saint-Aubin des Bois en Plédéliac, sur une pierre couronnant le sacraire, qui fut dans cette muraille construit du côté de l'Evangile on lisait l'inscription suivante : L'an mil cinq cent neuf fut fait ce pignon tout neuf par le seigneur d'Uzel et de la Soraye. La maîtresse vitre dont les meneaux ont été restaurés, portait d'abord trois écussons, rappelant la famille du fondateur : 1° du côté de l'Evangile et du sacraire étaient les armes de Malestroit portant de gueules à onze besants d'or celui du milieu était en alliance de Malestroit et de la Soraye ce dernier d'hermines à deux haches d'armes, adossées de gueules, et le troisième du côté de l'Epitre en alliance des mêmes avec N. et Marcheix d'or à trois roses de gueules 2 et et d'hermines à une face de gueules.  

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires