Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 19:34

 

 

Le Vaumadeuc et les armoiries de quelques uns de ses possesseurs.

 

Evoquant la baronnie de la Hunaudaye, un ancien rédacteur à la chancellerie parlait brièvement du Vaumadeuc en Pléven : « Non loin du château de la Hunaudaye, dont les ruines sont en Plédéliac, tandis que le Vaumadeuc est en Pleven, ce manoir, encore habitable et habité, servail de rendez-vous de chasse aux sires de la Hunaudaye. C'était le Meyerling de la baronnie, mais en plus petit, et sans que le moindre drame ait ensanglanté les pages de son histoire. Il a toujours ses trois étangs et ses taillis que le sanglier visite à ses heures. Sa façade n'a de remarquable que la porte d'entrée et des fenêtres Renaissance avec cordon de granit. A l'intérieur, son escalier en pierres de taille et ses superbes cheminées où flambent, l'hiver, de véritables troncs d'arbres, rappellent le XVIe siècle et l'existence facile d'autrefois. » C'est à l'orée de la forêt de la Hunaudaye, que vivait une noble dame : Madeleine de la Croix, Dame de la Parvile -Parvillé, Paroisse de Plérin, Evesché de Sainct-Brieuc. Celle-ci ayant épousé François Madeuc (voir Maison de Guémadeuc par Jean Le Laboureur), le puissant seigneur aménagea l'endroit devenu depuis le Vaumadeuc, ses successeurs obtinrent fourches patibulaires, la seigneurie de Vau Madeuc détenait le droit de Haute justice. Outre le Vaumadeuc, elle disposait également des terres des Bourgs Heussas (voir Le retranchement des Bourghensais à Pléven et la motte castrale de Guénault en Plorec) et de la Puralaye. La Maison de Guémadeuc fournit d'autres membres àcla terre de Pléven ; Lancelot, marié à Jeanne de la Houssays fille de Messire Eustache et dame Jeanne de Rostrenen, de la dite Maison en Saint-Maden (voir la Houssaye en Saint Maden et ses possesseurs); mais aussi Louis du Guémadeuc, qui était sieur dudit lieu en 1575. C'est sa fille, Claudine du Guemadeuc qui transporta la seigneurie du Vaumadeuc à la puissante famille de la Moussaye. En effet celle ci devint l'épouse de messire Jean de la Moussaye, seigneur de Carcouët en la paroisse de Plestan. Laquelle famille de la Moussaye-Carcouët était issue d'une branche cadette de la Maison de la Moussaye en Plénée-Jugon. Le Vaumadeuc passa ensuite par alliance aux familles Le Forestier, puis aux Le Rebours dont les armoiries étaient : « écartelé aux 1 et 4 : d'argent à deux chevrons de sables ; aux 2 et 3 : fascé d'argent et de gueule. » Ecuyer François Rebours et Dame Marie-Charlotte Riaud, étaient titrés sieur et dame du Vau-madeuc, deux de leurs filles devinrent sœurs de la Charité à Dinan puis à Vannes en 1693. Au cours du XVIIIe siècle, Messire, Jacques de Lorgeril, transmit le manoir à sa fille Marie-Anne de Lorgeril, mais en 1764 cette dernière vendit le domaine à Jean-Baptiste Minet de Villepaye, alors capitaine de la Hunaudaye. Celui-ci fut inhumé le 2 novembre 1780, dans la chapelle prohibitive du Vau-Madeuc, en l’église de Pléven par le prieur de l’abbaye de Saint Aubin des bois, il était âgé de 79 ans. Madame de Collobel née de Talhouët possédait le lieu au XIXe siècle, puis les Urvoy de Clos-Madeuc, qui vendirent cette terre aux Tresvaux du Fraval, d'où elle est passée par alliance aux du Breil de Pontbriand.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires