Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 08:55

I° Droits et usages singuliers de la féodalité en Bretagne

 

Ces droits étaient de natures fort diverses et peuvent être classés en quatre catégories : Droits et usages ayant pour objet de conserver le souvenir de quelque concession ou de quelque grâce faite par le seigneur à son vassal. L'on n'avait pas, au moyen-âge, une confiance absolue dans l'écriture; aussi chercha-t-on longtemps à prouver les contrats par le témoignage verbal. On faisait, par exemple, assister de jeunes enfants à la vente ou à la donation d'une terre, puis on leur tirait les oreilles ou on leur donnait, au contraire, des friandises, et l'on s'assurait ainsi de leur témoignage pendant toute leur vie. Souvent aussi, pour préserver de l'oubli une convention ou une grâce, on instituait une cérémonie qui devait se répéter annuellement ; mais, à la longue, le souvenir s'en effaçait néanmoins presque toujours, et la cérémonie subsistait sans que personne put en indiquer l'origine. En voici quelques exemples :


 

Le service du villain d'argent.

 

 

-Le tenancier du fief de la Johelais devait au seigneur de Coislin, dans la seigneurie de Pontchàteau, le dimanche après la Saint-Jean-Baptiste, une pièce d'argent figurant un homme à genoux et tête nue, « vulgairement appelé le villain d'argent ; » interrogé sur le motif de cette remise, le tenancier devait répondre : « Pour avoir désobéi et desservi notre seigneur . »


 

L'âne du prieur de Saint-Biaise.


 

-Le prieur de Sainl-Blaise, pour la jouissance d'une prairie appelée Pré aux Bittes, devait fournir au seigneur de Machecoul, à l'Ascension et à la Pentecôte, deux faix de jonc vert portés sur un âne ferré à neuf des quatre pieds et conduit par quatre hommes ayant chacun une paire de souliers neufs à simple semelle; une amende de soixante sous et un denier était encourue si l'un des hommes n'avait pas des souliers à simple semelle, si un clou manquait à la ferrure de l'âne, ou si l'animal tombait sur les ponts ou dans la cour, ou y commettait quelque incongruité. Cette cérémonie était de nature à égayer grandement les spectateurs, c'était une fêle véritablement populaire; aussi le sire de Retz, dont dépendait Machecoul, afféageant plus tard son grand four à ban, se contenta d'une simple rente de douze livres, avec deux boites de jonc dans les mêmes conditions que celles de Saint-Blaise.


 

Le droit de grenouillage.


 

-Ce droit consistait à faire frapper l'eau avec des bâtons pour imposer silence aux grenouilles ; il était fort rare en Bretagne. Il existait pourtant au profit de l'évêque de Saint-Brieuc ; certains vassaux, pour la jouissance de deux maisons, devaient, la veille de la Saint-Jean, pendant vêpres, frapper les eaux d'un ruisseau, à Saint-Brieuc, en disant : « Grenouilles, taisez-vous, laissez Monsieur dormir. »


 

La tranche de pain de Moëlien.


 

- le seigneur de Moëllien, près de Brest, devait au seigneur de Kervent et du Plessis-Porzai une tranche de pain de seigle posée sur une charrette attelée de deux taureaux et qu'il conduisait lui-même, en costume d'apparat, mais chaussé de sabots et coiffé d'un bonnet de laine. Ce singulier droit, dont le seigneur de Kervent accordait, du reste, presque toujours dispense, avait probablement pour origine un refus d'obéissance du vassal.

 


 

II° -Droits et usages qui ont surtout le caractère de fêtes et de divertissements populaires.


 

Plusieurs des cérémonies qui viennent d'être décrites pourraient être rangées dans cette catégorie; l'on peut citer en outre :


 

Les rosières.


 

-On les retrouve assez fréquemment. A Saint-ldeuc, le lundi de la Pentecôte, les jeunes garçons devaient faire une rose en bois peint armoriée des armes du seigneur, et après avoir salué le seigneur et lui avoir présenté la rose, ils la remettaient à celui d'entre eux qu'ils désignaient pour roi, et celui-ci en faisait don à la jeune fille de son choix.


 

-A Paramé, la même cérémonie avait lieu le jour de l'Ascension, mais c'était le seigneur qui nommait le roi des jeunes gens. Les danses et les chansons des nouvelles mariées.


 

-A Montfort, le jour, de la Saint-Jean, le seigneur de Tréguil devait remettre devant le cimetière un chapeau de fleurs de chèvrefeuille aux officiers du comte de Montfort, cux-ci le portaient sur la Motte-aux-Mariées, où le procureur fiscal eu couronnait successivement toutes les nouvelles mariées depuis un an ; celles-ci devaient danser, chanter une chanson et embrasser le seigneur ou son procureur fiscal, ou payer un


 

-Le sire de Châteaugiron avait droit, le Ier mai, sur le lieu des Ourmaux, à une ceinture de bergère et à une chanson.


 

-Au faubourg Saint-Hélier de Rennes, les femmes mariées dans l'année devaient sauter du mur du cimetière dans le chemin, en chantant :

Si je suis mariée, vous le savez bien ;

Si je suis heureuse, vous n'en savez rien.

Ma chanson est dite, je ne dois plus rien.


 

La procession de la Drague et le duc d'Autour.


 

-Le mardi et le mercredi après la Pentecôte avait lieu à Rochefort-en -Terre une cérémonie appelée le Jet au duc, dans laquelle un sujet, nommé le Duc d'autour, devait promener une drague et son poulichot ; la drague était un mannequin imitant grossièrement un dragon : la fête était accompagnée de danses et de libations.


 

-Des processions analogues avaient lieu à Sérent et à Marzan.


 

Les redevances de fleurs et de bouquets, à Donges, Dol, Moutforl, Vitré, etc.


 

Le brûlis des filasses.


 

-A Rochefort, le duc d'Amour devait aller chercher dans toutes les maisons, le lundi de Pâques, les lins et chanvres qui n'étaient pas encore broyés et teilles, et les brûler à la cohue pour punir de leur paresse les mauvaises ménagères ; la dernière mariée devait assister à celte exécution et chanter une chanson nouvelle.


 

-Le même droit existait à Bécherel et dans plusieurs autres localités. Toutes ces cérémonies avaient lieu, on le voit, pendant la belle saison, ce qui prouve encore mieux leur caractère de fêtes populaires.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires