Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 14:05

Jean de Bretagne comte de Richmond (1306-1334).


 

Arthur II, le fils et successeur de Jean II dans le duché de Bretagne, n'hérite pas de l' « honneur » de Richmond, malgré une démarche personnelle en Angleterre et contrairement à l'usage attribuant par priorité le « comté » à l'aîné de la famille. Edouard Ier lui préfère Jean de Bretagne, également son neveu et le lils de Jean II, mais qui a vaillamment combattu dans les armées anglaises tant en Gascogne qu'en Ecosse et qui fait partie du conseil du roi. Pour ces raisons l' « honneur » lui est conféré, le 15 octobre 1306. C'est Edouard If, fils et successeur d'Edouard 1er qui, en mai 1308, exécute la décision de son père. Disons tout de suite qu'étant donné ses services à la royauté anglaise. Jean de Bretagne (en réalité Jean II de Richmond) négligera souvent les devoirs qu'il est tenu de remplir dans son « comté ». L' « honneur » de Richmond est éparpillé dans 7 comtés : le Yorshire, formant traditionnellement le noyau du « comté », avec 182 villae parmi lesquelles se trouvent Richmond, Bowes, Middleham et Gilling; le Lincolnshire, avec 47 villae, dont la ville importante de Boston (St Botulph), Pulbeck, Grinsby, Leadenham; le Norfolk, avec Swafham; le Cambridgeshire, avec Bassingbourn; le Sussex, avec Hastings; le Nottinghamshire; l'Hertfordsliire, avec Cheshunt (Cestrehunt). En outre, Jean de Bretagne possède de nombreuses autres terres, les anciennes terres de Jean de Bailleul, étrangères à « l'honneur », dans le Suffolk principalement, le Derby, le Rutland, le Northamptonshire, l'Huntingdonshire, le Bedfordshire, le Middlesex, le Northumberland, reçues en 1299. A part quelques terres exploitées directement par le comte : le bourg et le château de Richmond, une partie de Gilling, Bowes et son château et 9 autres villae, toutes les terres de l' « honneur » sont aux mains de tenanciers ayant des possessions très morcelées. Les modes de tenures se ramènent à quatre types principaux : la tenure militaire (fief à charge de service militaire ); la tenure ecclésiastique en franche aumône, très multipliée ; la tenure « en socage » (tenue libre, ni militaire ni ecclésiastique), surtout dans le Lincolnshire ; enfin, la tenure non libre des costumarii, censarii, cottarii. Les principales ressources matérielles du « comté » sont constituées par l'agriculture, l'élevage du bétail et des volailles, par un peu de sel, de tourbe, de fer, de plomb, par des forêts, des parcs à daims et à biches. Des moulins à eau existent en assez grand nombre. Les redevances sont payées parfois en nature. Le commerce des bourgs fournit un profit important au comte, à Richmond et surtout à Boston, qui possède des foires fréquentées par l'étranger. Du reste, le roi a concédé spécialement à Jean de Bretagne plusieurs foires dans l' « honneur ». En revanche, le comte paie à l'Echiquier une rente de 36 I. pour le Richmondshire (North Riding du Yorkshire) et une de 30 1. pour les terres du Cambridgeshire ainsi que de l'Huntingdonshire. Ces rentes ne sont pas toujours acquittées et le roi en fait quelquefois remise à Jean de Bretagne, qui, au surplus, est propriétaire de maisons à Londres, dont une près de St Paul 's cathedral, a une « maison » princière. une suite personnelle, des serviteurs. L'administration de l' « honneur » est répartie entre les officiers suivants : Le sheriff (vice cornes), agent du roi résidant à York ; Le sénéchal ou « steward », lieutenant du comte ; Les baillis, pour l'exécution de travaux et l'exercice de certains droits de justice et de police; Les prévôts, choisis par les communautés rurales parmi les vilains. Il y a plusieurs « cours-baron » pour les tenanciers libres, siégeant toutes les trois semaines ; Plusieurs « cours-coutumières » pour les vilains et probablement une court-leet (tribunal correctionnel) à Richmond. Toutefois, « malgré le grand nombre de ces administrateurs, les terres de Jean de Bretagne ne semblent pas avoir été très bien gardées pendant ses multiples absences ». Cela posé, revenons aux vicissitudes du « comté » sous Jean de Bretagne. En 1310, Jean obtient d'Edouard II la permission de léguer le titre de comte de Richmond, les châteaux de Richmond et de Bowes, avec toutes les appartenances en Angleterre, à son frère Arthur II, duc de Bretagne. En 1322, il reçoit du roi de nouvelles terres en dehors de celles dites de Bailleuil, données en 1299. A la fin de 1325, il abandonne au prince héritier Edouard (le futur Edouard III) l'« honneur » de Richmond et toutes ses autres possessions, moyennant une rente annuelle de 10.000 l. tournois assise sur les revenus du prince en Aquitaine et les coutumes de Bordeaux, St Macaire, et autres lieux. Vers mai 1326, pour « désobéissance » de son Edouard II confisque tous les biens de Jean de Bretagne, par conséquent le « comté » de Richmond. Dès le mois de décembre suivant, il lui restitue ces biens. Comme Jean de Bretagne se trouve en France, au service du roi, des « attournés » nommés par ce dernier administrent l'« honneur » et il en sera ainsi jusqu'à la mort du comte. En 1329, Jean de Bretagne donne aux bourgeois de Richmond leur bourg avec son marché, ses assises. Séjournant plusieurs années sur le continent et étant célibataire sans enfant, il cherche, en novembre 1333, après en avoir obtenu dès mai 1331 l'autorisation du roi Edouard II, à léguer le comté à sa nièce Marie de St Pol, veuve du comte de Pembroke. Il se réserve la jouissance des forêts et des avoueries d'église, mais cède à Marie, durant la vie de celle-ci, ses autres terres anglaises (terres de Balleuil), le tout pour une rente de 1.800 l. sterling. Il meurt à l'âge de 67 ans, le 7 ou le 17 janvier 1334, à Nantes, où il est enterré au couvent des Cordeliers. Il semble bien qu'à Jean de Bretagne puisse être attribuée la construction de la grande chambre, de la chapelle adossée au mur est joignant Scolland's hall, de la base de Robin Hood et de Gold Hole towers, de la majorité des remparts, enfin de la voûte du rez-de-chaussée du donjon au château de Richmond. ci-dessous

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires