Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 18:00

 

 

Selon la tradition, saint Clair, l'apôtre des Nannètes, aurait jeté les premières semences de foi chrétienne sur le sol des Rhedons. Toutefois, la fondation de l'évêché de Rennes ne remonte pas aussi haut que celle du diocèse de Nantes. Le premier des évêques rennois dont l'existence soit attestée par l'histoire est Febediolus qui souscrivit, par procuration, au concile de Fréjus vers 439. Viennent ensuite Athenius qui assista aux conciles de Tours et de Vannes, en 461 et 465 ; saint Amand, dont Rennes possède les reliques, mais ignore absolument les actes; et enfin saint Melaine, le conseiller du roi Clovis, le prélat le plus influent au concile d'Orléans, en 511, auquel revient le double honneur d'avoir effacé, dans son diocèse, les dernières traces de l'idolâtrie et d'avoir converti au christianisme les habitants encore païens d'une grande partie de la Vénétie. Ci-dessous, la cathédrale de Rennes

 

 

L'ancien évêché de Rennes était circonscrit dans les limites que voici : au nord, il avait les mêmes bornes que le département actuel d'Ille-et-Vilaine, jusqu'auprès de Pleine-Fougères. De ce point la ligne de délimitation suivait un petit affluent du Couesnon, qui coule au sud de la paroisse; elle prenait, entre Trans et la Boussac, la direction du midi jusqu'à la forêt de Tanouart qu'elle laissait au nord; puis, descendant vers Hédé, elle venait rejoindre le Flusel, un affluent du Meu. Le cours de ces deux rivières dessinait la limite du diocèse jusqu'au confluent du Meu avec la Vilaine, sous Blossac: à partir de là, c'était la Vilaine qui bornait l'évêché, jusque vis-à-vis de Saint-Ganton et un peu au-dessus de Port-de-Roche. Ci-dessous, abbaye Notre-Dame-du-Nid-au-Merle à Saint-Sulpice-La-Forêt

 

 

De là, une ligne à peu près droite allait rejoindre la limite actuelle du département d'Ille-et-Vilaine, non loin de Saint-SuIpice-des-Landes. En avançant vers l'ouest, les bornes du département sont exactement celles de l'ancien diocèse, dont on a seulement détaché les trois paroisses de Fercé, Noyal-sur-Bruz et Villepôt, pour les réunir au département de la Loire-Inférieure. La délimitation orientale du département d'Ille-et-Vilaine, en remontant au nord jusqu'à Louvigné-du-Désert, reproduit exactement l'ancienne frontière du diocèse de Rennes, du côté de l'Anjou et du Maine. Il résulte donc de ce qu'on vient de lire que l'antique cité des Rhedons renfermait un territoire plus vaste que l'ancien diocèse de Rennes, et que celui-ci n'avait pas, à beaucoup près, l'étendue du diocèse constitué par le Concordat. En effet, à ce dernier l'on a ajouté non-seulement l'ancien évêché de Dol presque en entier, mais encore une bonne partie de l'évêché de Saint-Malo, c'est-à-dire les doyennés de Bécherel, de Montfort et des portions notables des doyennés de Guer et de Lohéac, sans compter le Poulet (Pou-Alet) et un certain nombre de paroisses du Poudouvre. Mais ce n'est pas tout : dans sa région méridionale, l'évêché de Rennes a conquis sur celui de Nantes la paroisse de Fougeray, et sur l'ancien diocèse de Vannes la portion de territoire située au nord du confluent de la Vilaine et de l'Oust. L'évêque de Rennes était, on s'en souvient, l'un des trois prélats de la péninsule armoricaine auxquels n'appartenait pas la seigneurie universelle de leur ville épiscopale. Voici quelle était l'étendue de son regaire, ou domaine temporel. Ce domaine se composait de deux membres: le regaire de Rennes et celui de Rannée. Le regaire de Rennes comprenait, outre le manoir épiscopal, quelques maisons dans la ville, le faubourg et un certain nombre de villages hors des barrières, les paroisses rurales de Saint-Grégoire, de la Chapelle-des-Fougerais, de Saint-Laurent, de Cesson, de Saint-Jacques-de-la-Lande, de Chartres, de Noyal-sur-Vilaine, de Chantelou, de Nouvoitou, de Bruz, et enfin de Poligné où l'évêque possédait un fief. Le regaire de Rannée se composait exclusivement des dépendances du manoir de ce nom et d'un certain nombre de maisons situées dans le bourg. La cour des regaires de l'évêque de Rennes était une haute justice comme toutes les juridictions séculières attachées aux évêchés bretons: les appels en ressortissaient directement au parlement de Bretagne. Hévin, dans ses questions féodales, fait observer que la justice temporelle des évêques était une éclipse de la souveraineté, et que c'est pour cela qu'on l'appelait régale. Indépendamment de tout ce qui a trait au droit de haute, moyenne et basse justice, attribué au regaire de Rennes, l'évêque possédait diverses prérogatives découlant de sa qualité de seigneur féodal. Il était, par exemple, seigneur châtelain de Bruz, de Rannée, de Saint-Jacques-de-Ia-Lande, et, à ce titre, fondateur des églises paroissiales de Bruz, de Saint-Jacques et de Rannée.  Ci-dessous, église de Rannée

 

 

L'évêque de Rennes avait un prévôt féodé, ou officier de police, chargé des exécutions de la justice des regaires. C'était à la seigneurie de Carcé, en la paroisse de Bruz, qu'était attaché cet office dont le titulaire était toujours de race noble. Avant de clore ce paragraphe, je dois rappeler une observation, déjà consignée plus haut, au sujet de la partie du doyenné de Bain située au midi du Samnon. Cette rivière, nous l'avons dit, marquait, avant le IXe siècle, la frontière méridionale de l'ancien diocèse de Rennes, car le pays nommé la Mée (Media) renfermait tout le territoire compris entre la Vilaine et l'Erdre, de l'ouest à l'est, entre la Loire et le Samnon, du sud au nord. Les paroisses du doyenné de Bain situées sur la rive gauche du Samnon dépendaient donc, à l'origine, de l'évêché de Nantes, dont la Mée, on s'en souvient, formait l'un des archidiaconés. Mais il est à présumer que l'annexion de ces paroisses à un autre diocèse s'accomplit pendant la période de guerre où les troupes des comtes et des évêques de Rennes et de Nantes en venaient si souvent aux mains dans les campagnes qu'arrosent le Samnon, le Cher, le Don et l'Isac, et qui formaient alors comme une sorte de territoire contesté. Quoi qu'il en puisse être, l'histoire atteste, du moins, que, dès le XIIe siècle, les paroisses de Pléchâtel, Messac, Bain, Saint-Sulpice, Ercé-en-la-Mée et Teillé, sa trêve, faisaient partie du diocèse de Rennes. Ci-dessous, Abbaye-de-Saint-Georges.

 

 

 

 

Subdivisions ecclésiastiques -Archidiaconés et doyennés du diocèse de Rennes.


 

On peut constater,à partir du XIIe siècle, la division du diocèse de Rennes en deux archidiaconés : l'archidiaconé de Rennes et l'archidiaconé du Désert. Le premier se composait de trois doyennés, plus tard réduits à deux par la réunion du doyenné de Vandel à celui de Fougères. Voici la primitive division de l'évêché, telle que la donne un ancien rentier du chapitre de Rennes, rédigé en 1450 :

I. Archidiaconatus Redonensis inter Aquas (archidiaconé de Rennes) :

1. Decanatus de Vitreyo (doyenné de Vitré);

2. Decanatus de Vandeloays (doyenné deVandelais);

3. Decanatus Filgeriarum (doyenné de Fougères). Ci-dessous, église, Saint-Exupère à Gahard (cliché Wikipedia)

 


 

Archidiaconatus de Deserto inter Aquas (archidiaconé du Désert) :

î. Decanatus de Albigneyo (doyenné d'Aubigné);

2. Decanatus Castrigironis (doyenné de Châteaugiron);

3. Decanatus de Bayno (doyenné de Bain);

4. Decanatus Guirchiae (doyenné de la Guerche). Ci-dessous, Moutiers, près de la Guerche de Bretagne.


 


 

Il résulte de ce tableau que chacun des archidiacres avait sous son inspection un certain nombre de doyennés ruraux. De l'archidiacre de Rennes relevaient les trois doyennés de Vitré, Vandel et Fougères; de l'archidiacre du Désert,les quatre doyennés d'Aubigné, de Bain, de Châteaugiron et de la Guerche. On trouve des archidiacres de Rennes mentionnés dans les actes de la première moitié du XIe siècle. Outre la juridiction sur les doyennés ruraux, chaque archidiacre avait une circonscription territoriale, qui formait son archidiaconé. Celui de Rennes renfermait vingt-trois paroisses. Borné au sud par le cours de la Vilaine, il s'étendait, vers le nord, jusqu'au Couesnon: d'où son titre « inter aquas.» Vingt-cinq paroisses étaient comprises dans l'archidiaconé du Désert, dont le territoire entourait la ville épiscopale non soumise à sa juridiction. Il occupait la portion occidentale du diocèse jusqu'aux limites de l'évêché de Saint-Malo. Ci-dessous, église Saint-Germain de Rennes. 

 

 

De même que l'archidiaconé de Rennes, celui du Désert avait des cours d'eau pour limites de plusieurs côtés : d'une part, la Meu, avec son affluent le Flusel ; d'autre part, la Seiche, qui, elle aussi, venait mêler ses eaux à celles de la Vilaine. Il est à croire que ces deux archidiaconés, l'un et l'autre bornés par des rivières (inter aquas), répondaient à d'anciennes subdivisions territoriales. Quelques mots maintenant sur les doyennés. Le doyenné de Vitré comprenait la portion occidentale du diocèse, sur les confins du Maine; borné au nord par le pays vendelais, il touchait, vers l'ouest, à l'archidiaconé de Rennes et au doyenné de Châteaugiron ; vers le sud, au doyenné de la Guerche. Il renfermait vingt-trois paroisses. Le doyenné de Fougères, auquel fut ajouté, vers le milieu du XVe siècle, le doyenné du Vendelais, était la subdivision la plus considérable du diocèse de Rennes, car il comptait soixante-trois paroisses. Avant la réunion des deux doyennés, c'est-à-dire dès le XIIe siècle, le Vendelais formait un doyenné distinct dont faisaient partie les vingt et une paroisses suivantes :

 

Vendel

Saint-Sauveur-des-Landes

Saint-Hilaire-des-Landes

Romagné

Javené

Chienne

Bille

Combourtillé

Parce

Luitre

Beaucé

Fleurigné

la Chapelle-Janson

Dompierre-du-Chemin

Princé

Châtillon-en-Vendelais

Montautour

Montreuil-des-Landes

Saint-Christophe-des-Bois

Izé

Mécé.

 

Ce pays, ce territoire vendelais, était, selon toute apparence, un pagus minor des temps anciens. Le Coglais et le Désert (qu'il faut se garder de confondre avec l'archidiaconé du même nom) formaient deux autres petits pagi dépendants aussi du doyenné de Fougères. Le Coglais occupait en grande partie le bassin de la Valaine (affluent du Couesnon), et possédait huit paroisses: Coglais, le Ferré, Montour, le Châtellier, Saint-Etienne-en-Coglais, Saint-Germain la- Celle et Saint-Brice-en-Coglais. Le Désert, placé à la pointe nord-est du diocèse, et qui, hors de ses limites, s'étendait aussi dans le Maine, comprenait les neuf paroisses suivantes : Louvigné, la Bazouge, le Loroux, Landean, Parigné, Villamée, Poilley, Mellé et Montault. Ces paroisses faisaient partie, au XIe siècle, de la Villicatio ou Viatura Lupiniaci. Le doyenné d'Aubigné, le plus petit ,de tous, renfermait dix paroisses : le doyenné de Châteaugiron, vingt et une; le doyenné de Bain, vingt; le doyenné de la Guerche, vingt-deux.On remarquera que les noms de presque tous ces doyennés, par exemple Vitré, Fougères, Aubigné, Châteaugiron, Bain, la Guerche, correspondent aux noms des principales seigneuries du comté de Rennes. Ci-dessous, église Notre-Dame de Vitré.  Extraits de La Bretagne, du Ve au XIIe siècle, par M. Aurélien de Courson


 

Diocèse de Rennes


 

Saint-Aubin

Saint-Etienne

Saint-Germain

Saint-Helier

Saint-Jean

Saint-Laurent

Saint-Martin

Saint-Pierre en Saint-Georges

Saint-Sauveur

Toussaints


 

Doyenné de Rennes

Acigné

Betton

La Bouëxière (prieuré-cure)

Broons

Cesson

Chasné (prieuré-cure)

Châteaubourg

Cornillé

Dourdain

Ercé-près-Gahard

Gahard

Gosné

Izé, Landavran, sa trève

Liffré

Livré

Mézières

Mouazé (prieuré-cure)

Saint-Aubin-du-Cormier

Saint-Jean-sur-Couesnon

Saint-Jean, Saint-Melaine, sa trève

Saint-Sulpice (prieuré-cure)

Servon

Thorigné


 

Doyenné de Vitré


 

Argentré

Balazé

Bréal (prieuré-cure)

Brielles

Champeaux

La Chapelle-Erbrée

Erbrée, Mondevert, sa trève

Etrelles

Marpiré

Montautour

Montreuil-sur-Pérouse

Le Pertre

Pocé

Saint-Aubin-des Landes

Saint-Didier

Saint-Germain-du-Pinel (prieuré-cure)

Saint-M'Hervé

Taillis

Torcé

Vergéal

Vitré-Notre-Dame

Vitré-Saint-Martin

Sainte-Croix


 

Doyenné de Fougères


 

Antrain

Baillé

Bazouge-du-Désert

Bazouge-la-Perouse (prieuré-cure)

Beaucé

Billé

La Chapelle-Janson

La Chapelle-Saint-Aubert

Le Châtellier

Châtillon-en-Vendelais

Chauvigné

Chesné

Combourtillé

Dompierre-du-Chemin

Le Ferré

Fleurigné (prieuré-cure)

Javené

Fougères-Notre-Dame de Rillé (prieuré-cure)

Fougères-Saint-Léonard

Fougères-Saint-Sulpice

Laignelet

Landéan (prieuré-cure)

Lécousse

Le Loroux

Louvigné-du-Désert

Luitré, La Selle-en-Luitré, sa trève

Marcillé-Raoul

Mecé

Mellé

Monthault

Montours (prieuré-cure)

Montreuil-des-Landes

Noyal-sous-Bazouges

Parcé

Parigné

Poilley

Princé

Romagné

Romazy (prieuré-cure)

Saint-Brice-en-Coglès

Saint-Christophe-de-Valains (prieuré-cure)

Saint-Christophe-des-Bois

Saint-Etienne-en-Coglès

Saint-Georges-de-Reintembault (prieuré-cure)

Sait-Hilaire-des-Landes

Saint-Jean-en-Coglès

Saint-Marc-Le-Blanc

Saint-Marc-sur-Couesnon

Saint-Ouen-des-Alleux (prieuré-cure)

Saint-Ouen-la-Rouërie

Saint-Sauveur-des-Landes

Selle-en-Coglès

Sens (prieuré-cure)

Sougéal

Le Tiercent

Trans

Tremblay

Vendel

Vieuxviel

Vieux-Vy

Villamée

 

 

 

 

 

 


 

Doyenné de la Guerche 

Arbrissel

Availles

Bais

La Celle-Guerchoise

Chelun

Coësmes

Domalain

Drouges

Eancé

Essé

Gennes

Martigné-Ferchaud

Moussé

Moutiers

Noyal-sur-Bruc

Rannée, La Guerche, sa trève

Retiers

Le Teil

Villepôt

Visseiche

 

Doyenné du Désert


 

Brecé

Bruz

Chartres

Châtillon-sur-Seiche

Chavagne

Cintré

Gévezé

L'Hermitage

Marcillé-Robert

Melesse

La Mézière

Moigné

Montgermont

Montreuil-le-Gast

Mordelles, La Chapelle-Thouarault, sa trève

Noyal-sur-Seiche

Noyal-sur-Vilaine

Parthenay

Le Rheu

Saint-Gilles

Saint-Grégoire, La Chapelle-es-Fougeretz, sa trève

Saint-Jacques-de-la-Lande

Vezin

Vignac

 

Doyenné de Bain

 

L'Alleu-Saint-Jouin

Bain

Bourgbarré

Bourg-des-Comptes

Brie

Chanteloup

Cornuz

La Couyère

Ercé-en-la-Mée

Laillé

Messac

Orgères

Pancé

Pléchâtel

Poligné

Saulnières, La Bosse, sa trève

Saint-Erblon

Saint-Sulpice-des-Landes

Le Sel

Thourie

Tresboeuf

 

 

Doyenné de Châteaugiron

 

Amanlis

Chancé

Chantepie

Châteaugiron

Chaumeré

Domloup

Domagné

Janzé : Saint-Martin

Saint-Pierre

Louvigné-de-Bais

Ossé

Nouvoitou

Piré, Le Bois-Trudan, sa trève

Saint-Armel-des-Boschaux

Saint-Aubin-du-Pavail

Sainte-Colombe

La Valette

Veneffles

Vern

 

Doyenné de Vendel

 

 

La Bazouge-du-Désert

Beaucé

Billé

La Chapelle-Janson  

La Chapelle-Saint-Aubert  

Châtillon-en-Vendelais

Chienné

Combourtillé

Dompierre-du-Chemin

Princé

Romagné

Saint-Christophe-des-Bois

Fleurigné

Javené

Lecousse

Luitré, La Celle-en-Luitré, sa trève

Mecé

Montreuil-des-Landes

Parcé

Saint-Sauveur-des-Landes

Vendel

 

Doyenné de Louvigné

 

Bazouge-du-Désert  

La Celle-en-Coglais 

Châtellier (Le)

Ferré (Le)

Landéan

Louvigné-du-Désert

Mellé

Montault

Parigné

Poilley

Saint-Brice-en-Coglais

Saint-Etienne-en-Coglais

Saint-Georges-de-Reintembault

Saint-Germain-en-Coglais

Saint-Jean-en-Coglais

Villamée

 

Doyenné d'Aubigné

 

 

Andouillé, Neuville, sa trève

Aubigné

Bazouges-sous-Hédé

Chevaigné

Feins

Guipel

Hédé

Montreuil-sur-Ille

Saint-Aubin-d'Aubigné

Saint-Germain-sur-Ille

Saint-Médard-sur-Ille

Saint-Symphorien

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires