Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 05:30


 


 

Dès les premières victoires remportées par les Saxons dans l'île de Bretagne, plusieurs princes de ce pays, violemment expulsés par les conquérants germains, étaient venus chercher un refuge sur le continent. Le territoire des Curiosolites reçut successivement plusieurs de ces exilés, parmi lesquels les anciens hagiographes nomment Fracan, Conothec, Conan et Riwal Ier. Celui-ci, le premier auquel fut attribué, dans l'Armorique, le titre de duc de Domnonée (Domnoniæ dux), habitait, à ce qu'il paraît, vers l'an 465, un manoir nommé le champ du Rouvre (Aula campi Roboris), qui s'élevait, non loin de la mer, au point de jonction des deux rivières de Gouet et de Gouedic. Le chef domnonéen (ce titre lui est donné dans la Vie de saint Guénolé, par Gurdestin) goûtait le repos dans sa nouvelle patrie, lorsqu'un jour l'un de ses serviteurs, tout effrayé, lui vint annoncer que des étrangers étaient débarqués sur son territoire.

 

 

 

Abbaye de Saint-Aubin des Bois à Plédéliac

 

A cette nouvelle, Riwal, redoutant sans doute quelque invasion de pirates, fit prendre les armes à ses serviteurs. Mais, averti bientôt que les nouveaux venus étaient des moines bretons, naguère descendus sur les bords du Jaudy, et que même leur abbé, nommé Brioc, se réclamait de lui comme d'un parent, le prince donna l'ordre de les traiter en hôtes. Introduit en effet dans la demeure de son cousin, Brioc y fut accueilli les bras ouverts, et, peu de temps après, le saint homme, ayant guéri Riwal d'une grave indisposition, reçut du tyern, en signe de reconnaissance, son propre palais. Telle fut l'origine de la ville de Saint-Brieuc, dont la cathédrale, selon une très-ancienne tradition, occupe l'emplacement même où les protégés du chef domnoné en bâtirent l'église de leur monastère.

 

 

Cathédrale de Saint-Brieuc

 

Ce monastère, comme ceux de Dol et de Tréguier, devint le centre d'une circonscription religieuse, peu étendue à l'originel, mais dans laquelle Brioc, qui avait été sacré dans l'île, exerça naturellement les fonctions d'évêque régionnaire. Nous ignorons absolument quels furent les premiers successeurs du saint prélat. Mais l'importance toujours croissante du nouveau monastère en fit nécessairement, la résidence fixe des saints personnages chargés, sous l'autorité de l'évêque de Dol, de gouverner cette partie de la Domnonée. Cela explique la facilité avec laquelle Nominoë put établir, d'un jour à l'autre, pour ainsi dire, des sièges réguliers à Saint-Brieuc et à Tréguer. On a parlé, il est vrai, de foudres lancées parle Saint-Siège à l'occasion de la transformation ecclésiastique opérée, de sa propre autorité, par le vainqueur de Charles le Chauve.

 

 

 

Abbaye de Boquen en Plénée-Jugon

 

Mais l'assertion n'a nul fondement dans l'histoire. Si l'on y voit, en effet, les Papes et les conciles condamner et l'érection de Dol en métropole, et la déposition irrégulière des quatre évêques déclarés simoniaques, et, par-dessus tout, l'expulsion inique d'Actard, on y chercherait vainement, je ne dis pas un anathème, mais un simple mot de blâme contre la fondation des nouveaux diocèses. L'évêché de Saint-Brieuc avait, dès lors, la mer pour limite septentrionale ; du côté du midi, il s'enfonçait, en forme de pointe, dans l'intérieur des terres. A l'ouest, le cours du Trieuc et du Leff séparait le diocèse de celui de Tréguier jusqu'aux abords de Quintin. De là partait une ligne qui, traçant quelques sinuosités dans la direction du sud-est, traversait la forêt de Lorges et allait joindre, au-dessous d'Uzel, la rivière d'Oust.

 

 

 

Ancien palais épiscopal de Saint-Brieuc

 

Celle-ci servait de bornes à l'évêché jusqu'à l'endroit où elle rencontre le Lié. Là commençait la frontière orientale du diocèse, laquelle suivait d'abord une ligne onduleuse à travers les landes du Menez, pour aller rejoindre, à quelques lieues au-dessous de Jugon, le cours de l'Arguenon qui, de ce point jusqu'à la mer, continuait la délimitation. Le diocèse de Saint-Brieuc renfermait, en 1516, quatre abbayes, cinq chapitres, treize prieurés, cent six paroisses, vingt trêves et quatre vicariats-cures.

 

 

Eglise Saint-Mathurin de Moncontour

 

Depuis la Révolution, l'évêché de Saint-Brieuc s'est agrandi d'une grande partie de celui de Tréguier et d'un certain nombre de paroisses de Saint-Malo, de Cornouaille et de Vannes. La seigneurie temporelle de l'évêque se divisait en deux juridictions : le regaire de Saint-Brieuc et celui d'Hénanbilhen. Le regaire de Saint-Brieuc comprenait la ville épiscopale et les paroisses de Plou-Fracan, Cesson, Trégueux et Langueux; le regaire d'Hénanbihen se composait de pièces de terre disséminées en diverses paroisses. L'évêque de Saint-Brieuc avait la haute justice dans toute l'étendue de ses regaires : les appels de sa cour, tant au civil qu'au criminel, se portaient directement au parlement de Bretagne

 

 

Abbaye de Beauport à Paimpol (Kerity)

 

Subdivisions ecclésiastiques.


 

L'évêché de Saint-Brieuc était divisé en deux archidiaconés : Goëllo et Penthièvre. L'archidiaconé de Goëllo (moins vaste que la seigneurie de ce nom. laquelle s'étendait dans le pays trécorois,) était limité à l'ouest par le Leff et le Trieuc, qui le séparaient de l'évêché de Tréguier ; puis, au-dessous de Quintin, par le cours de l'Oust, qui servait de frontière aux diocèses de Quimper et de Vannes. La partie méridionale de l'archidiaconé s'allongeait en pointe jusqu'à la jonction du Lié avec l'Oust. Le Lié qui, dessinait en partie la limite orientale, embrassait dans ses sinuosités la paroisse d'Allineuc et sa trêve l'Hermitage, et, laissant Lanfains en dehors, du côté du Penthièvre, il allait rejoindre le cours du Gouet jusqu'à la mer, qui formait la limite naturelle du Goëllo, en remontant vers le nord.

 

 

Eglise Saint-Martin de Lamballe

 

La Vie de saint Guénolé, par Gurdestin, atteste que, très-anciennement, existait, entre les rives du Gouet et l'embouchure du Trieuc, un pagus dont le nom latin (Velaviensis) correspond, sans aucun doute, à la forme bretonne de Wello ou Goëllo. Quant à l'archidiaconé de Penthièvre, séparé du Goëllo par le Gouet et le Lié à l'ouest, il embrassait tout le reste de l'évêché, moins le territoire dit entre Urne et Gouet, qui constituait le regaire de Saint-Brieuc. 

 

Le territoire d'Urne et Gouet embrassait les cinq paroisses de :

Saint-Brieuc

Cesson

Ploufragan

Trégueux

Langueux

 

 

Archidiaconé de Goëllo


 

Allineuc et l'Hermitage, sa trêve

Bréand-Loudéac

Cadélac,

Cohiniac

Étables

La Méaugon

Lantic,

Lannebert

La Prénessaye

Le Foeil

Loudéac avec Grâces et La Motte, ses trêves

Plaine-Haute

Pléguien

Pléhédel

Plelo

Pleriu

Plerneuf

Ploubaznalec,avec Lannevez et Perros-Hamon, ses trêves

Plouezec

Plouha

Piounez, avec Lanvignec et Paimpol, ses trêves

Plourhan

Plourivo

Plouvara

Pludual

Pordic

Quintin (V. Saint-Thuriau)

Saint-Donan

Saint-Maudan

Saint-Samson

Saint-Thelo

Saint-Thuriau de Quintin

Trégomeur,

Tréguide

Tréméloir

Tréméven

Trémuson

Tressignaux

Trévé

Tréveneuc

Uzel

Yvias.


 

Archidiaconé de Penthièvre.


 

Andel,

Bréhant-Montcontour

Gollinée

Dolo

Erquy

Hénanbihen

Hénansal

Hénon

Hillion

Jugon (Saint-Malo de)

La Bouillie

La Chèze

La Ferrière

La Malhoure

Landebia

Lanfains,

Langast

Langourla

Laurenan

Le Gouray

Maroué, avec Saint-Trimoel et Saint-Yves - de -la - Poterie, ses trêves Matignon (V. Saint-Germain-de-la-Mer)

Mérillac

Meslin

Morieux

Notre-Dame de Lamballe

Notre-Dame de Montcontour

Noyal

Plaintel et Saint-Brandan, sa trêve

Plancoët

Pléboulle

Plédeliac

Plédran et Saint-Carreuc, sa trêve

Pléhérel

Plémet

Plémy

Plénée-Jugon

Pléneuf

Plessala

Plestin

Plévenon

Pléven

Ploeuc et Gausson, sa trêve

Plouguenast

Pluduno

Plumieux et Saint-Etienne-du-Gué-de-l'Ile, sa trêve

Plurien

Pommerit

Quessoy

Quintenic

Ruca

Saint-Aaron

Saint-Alban

Saint-Cast

Saint-Denoual

Saint-Germain-de-la-Mer

Saint-Gilles-du-Mené

Saint-Goueno

Saint-Igneuc

Saint-Jacut-du-Mené

Saint-Jean de Lamballe

Saint-Lormel

Saint-Martin de Lamballe

Saint-Mathurin de Montcontour

Saint-Michel de Montcontour

Saint-Potan

Saint-Rieul

Saint-Vran

Tramain,

Trébry

Trédaniel

Trégomar

Yffiniac

 

Extraits de La Bretagne, du Ve au XIIe siècle, par M. Aurélien de Courson

 

 

 

Eglise de La Ferrière

Cette paroisse hébergeait l'Abbaye de Lantenac

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires