Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2016 5 21 /10 /octobre /2016 14:11

 

Hemyock castel qui fut propriété de la famille de Dynham

et armoiries du Lord Dynham

 

Olivier premier, vicomte de Dinan, époux de Ganna, et fils de Joscelin de Dinan (voir Les Sires de Dinan par Anatole de Barthélémy, page n° 1.) était présent à la Bataille d'Hastings, ce mois de septembre 1066. L'aîné de ses fils, Geoffroy de Dinan fut à l'origine de la fondation du prieuré de la Madeleine sis en sa cité de Dinan, mais aussi l'an 1122, assisté de son épouse Orieldis et de son fils aîné Olivier II accorda à l'ordre de Marmoutiers « deux manoirs que je tiens en Angleterre par don du roi Henry. » Henry Premier Beauclerc, le plus jeune des fils de Guillaume Le Conquérant récompensa ainsi le sire de Dinan pour ses services rendus. Anatole de Saint-Barthélémy qui a fournit une généalogie sur la Maison de Dinan écrit au sujet de Geoffroy premier de Dinan : «  Le secours qu'il prêta au duc de Normandie Guillaume le Bâtard, lorsque celui-ci entreprit la conquête de l'Angleterre, lui fit donner des fiefs par ce prince au-delà de la Manche; aussi en 1122 nous le voyons disposer de Notuella et de Helpefort en faveur de Marmoutiers : il avait aussi, probablement par suite d'une donation du comte Etienne à son père, ce qui devint plus tard la châtellenie de Jugon. L'histoire qui garde le silence sur les exploits de Geoffroi Jet, nous révèle seulement , sans donner de détails, qu'il eut avec Gilduin de Combourg des démêlées qui furent terminées par l'intervention de l'archevêque de Dol  La femme de ce seigneur se nommait Radegonde Orieldis ou Oriou» Mais le dit Olivier Ier de Dinan fut il réellement présent à la Bataille de Hastings, selon Michaël Jones, rien ne l'atteste à travers les actes contenus dans le Domesday book. En revanche, ce dernier de poursuivre : «  A l'évidence, tout indique plutôt leur introduction en Angleterre par Henri Ier, qui, avant son avènement en 1100, s'était constitué une suite importante parmi l'aristocratie locale du Cotentin et de la Bretagne du nord-est. Au nombre des Bretons qui apparaissent, à partir de ce moment, dans les documents anglais, nous trouvons des voisins de la famille de Dinan, tels que Alain FilzFlaald, sénéchal héréditaire de Dol (et ancêtre de la Reine Elisabeth II), Guillaume d'Aubigny, surnommé Brito, de Landal, et Brian FitzCount, un fils illégitime de Alain Fergent (le Felgan de Wace)... »

Alain Felgan vint el passage,

Ki des Bretunz out grant barnage;

De Peleit le filz Bertran .

E li Sire i vint de Dinan,

E Raol i vint de Gael

E maint Breton de maint Chastel,

E cil de verz Brecheliant,

Dune Bretunz vont sovent fablant,

Une forest mult lunge è lée,

Ki en Bretaigne est mult loée ;

La Fontaine de Berenton

Sort d'une part lez le perron;

Aler i solent venéor

A Berenton par grant chalor,

Et o lor cors l'ewe puisier

Et li perron de suz moillier,

Por ço soleient pluée aveir :

Issi soleit jadis pluveir

En la forest tut envirun,

Maiz jo ne sai par kel raisun

Là solt l'en li fées véir,

Se li Bretunz disent veir,

Et altres merveilles plusors ;

Aigres solt avéir destors

E de granz cers mult grant plenté,

Maiz li vilain ont deserté.

Là alai jo merveilles querre,

Vis la forest è vis la terre;

Merveilles quis, maiz nes trovai;

Fol m'en revins, fol i alai,

Fol i alai, fol m'en revins,

Folie quis, por fol me tins

 

Olivier II, Seigneur de Dinan Nord et de Montafilant épousa Agnorie de Penthièvre (voir (voir le premier comté de Penthièvre, page n° 3). Ce son eux qui furent à l'origine de la fondation du Prieuré de Jugon l'an 1109 (voir Histoire de Jugon, page n° 1 - Fondation du prieuré Saint Etienne de Jugon), mais aussi d'un autre Prieuré sis à Boquen en la paroisse de Plenest, avant de remplacer ce Prieuré de Boquen par une abbaye cistercienne fondée au cours de l'automne 1137 (voir l'abbaye de Boquen, page n° 1). Alain le frère cadet de Olivier II, reçut pour sa part en partage la Seigneurie de Dinan Sud et celle de Bécherel (voir La défense de Bécherel), mais selon Michaël Jones, il disposait également de propriétés dans les comtés de Bedfort, Cambridge, Cornouaille, Dorset, Hampshire, Huntingdon et Northampson. Josselin de Dinan -alias Josce, le troisième frère de Olivier II et de Alain, sire de Bécherel, fut également dotés de biens en Angleterre ; il laissa pour postérité deux filles : Sybille, mariée à Hugh  de Plugenet, et Hawise, mariée à Fouke FitzWarin. Olivier de Dinan, le troisième fils de Olivier II de Dinan et de Agnorie de Penthièvre, fut le fondateur de la branche anglaise de Dinan, dite de Dinham alias Dynham. Olivier de Dinan -alias Oliver of Dinham, naquit vers l'an 1121, il reçu les terres de son cousin Roland de Dinan, fils d'Alain, sieur de Bécherel, et se retrouva ainsi en possession d'un bien considérable : on cite l'imposant manoir de Hartland dans le Devon, mais aussi des biens dans le Somerset et le Cornwall. Après la mort d'Oliver of Dynham survenue vers l'an 1183, la filiation de cette branche se poursuivit à travers Geoffroy de Dinan -alias Geffrey of Dinham né vers l'an 1145 à Hartland dans le Comté de Devon. De son épouse prénommée Elisabeth, il laissait au moins deux fils : Olivier & Geoffroy. Olivier -alias Oliver of Dynham, fut du nombre des Chevaliers ayant assisté leur souverain Jean sans Terre l'an 1214, dans la difficile tentative de reconquête des territoires que son adversaire Philippe-Auguste avaient annexés à sa couronne. Ainsi disparurent sur le continent les débris de l'empire Plantagenêt, mais surtout la Normandie, perdue à jamais pour cet héritier de Guillaume le Conquérant.                                                     

 

 

Buckland Dinham dans le Somerset

 

Oliver of Dinham devait s'éteindre le 28 juin 1221 à Buckland Dinham dans le Somerset ; il laissait pour héritier de son bien un fils Geoffrey de Dinham. Geoffrey of Dinham reçut son héritage à sa majorité, lequel consitait en biens répartis à Hartland dans le Devon et Buckland Denham dans le Somerset. Ce chevalier s'éteignit le 26 décembre 1258. Les lourdes taxes imposées à ses sujets par le roi d'Angleterre Henri III eurent pour conséquences la rébellion d'une partie de la haute aristocratie, et cette coalition des Barons anglais était menée par Simon de Montfort, l'ancien conseiller du royal qui regardait son ancien protecteur comme un incompétent. Au cours de cette période mouvementée, le Sir Oliver of Dinham choisit pour position de défendre son souverain malmené. Il intervint ainsi à de multiples reprises au Pays de Galles et ayant été assigner à comparaître par décret royal au parlement, tout laisse supposer qu'il devint alors le premier Lord de la Maison de Dinham. Il fut chargé de la garde des propriétés royales de Exeter & Taunton (clichés ci-dessous) et se retrouva à la tête d'un important patrimoine. 

 

Oliver of Dinham épousa d'abord Isolda de Cardinan, puis Isabel de Courtenay, fille de Hugh de Vere, comte d'Oxford et de Hawise de Quincy. Isabel de Courtenay était veuve de John de Courtenay, fils et héritier de Sir Robert de Courtenay et Marie de Vernon. De l'union du Sire de Dinham et de Isabel de Courtenay naquirent au moins deux enfants : Josce -alias Gauzlin of Dinham, qui suit ; et Margaret of Dinham, mariée à l'âge de 15 ans avec sir William Asthorpe. Oliver of Dinham mourut en 1299, et son fils Josce le suivit deux ans plus tard dans la tombe. Il avait lui-même contribué à enrichir énormément le patrimoine de la Maison de Dinham, ayant épousé Margaret de Hydon, issue d'une richissime famille d'une partie du Devon. On pense que Josce of Dinham et son père et deux de ses sœurs étaient probablement morts de la peste noire. Josce of Dinham laissait son fils John à la tête de la branche des Dinan d'Angleterre. Celui-ci naquit en septembre 1294, et il fit aussi carrière dans les armes, tout comme ses aïeux. Selon Michaël Jones, il fut marié jeune avec une certaine Margaret dont on ne connaît pas le nom, il fut père de John qui suit. Mais ayant une vie agitée, le dit sir John of Dinham, premier du nom, entretint des liens avec une certaine Maud de Moleton qui lui donna plusieurs enfants illégitimes et à laquelle il légua à l'usufruit, le Manoir de Buckland Denham. Il s'en fut ensuite prendre part à un pèlerinage lointain, mais n'en revint jamais. C'était au cours de l'an 1332.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche

Liens