Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 13:20

Voilà pour les chapelles. Parlons maintenant des fontaines et des lieux dits Sept-Saints


 

VIII. - A Bulat-Pestivien, à deux cents mètres du bourg, les fontaines dites des Sept-Saints. Il y a sept fontaines contigues;chacune d'elles est surmontée d'une niche vide. On ne garde pas souvenir d'une chapelle dite des Sept-Saints. Rien d'étonnant, puisque les fontaines sont à deux cents mètres de l'église de Notre-Dame où pouvait être autrefois un autel des Sept-Saints. Quoiqu'il en soit, pas un des nombreux pèlerins de Notre-Dame (fête le dimanche qui suit la fête de la Nativité) ne manquerait à visiter les fontaines. Quels sont ces saints ? Les pèlerins ne les nomment pas. La pensée des Sept-Saints de Bretagne se présente naturellement à l'esprit. -Remarquons que les fontaines sont sur la route de Tréguier à Rostrenen, autrefois route de Tréguier à Vannes.


 


 

IX. -A Locmaria-an-hent, dont nous avons parlé plus haut, dans la chapelle contiguê à la fontaine des Sept-Saints, on voit un tableau ancien, sans aucun art, mais qui, pour nous, ne manque pas d'intérêt. Il représente, comme celui de Brest, le martyre des sept fils de sainte Félicité ou de sainte Symphorose. Il est bien clair que ici, comme à Brest, quand on eut perdu les noms des Sept-Saints anciennement honorés, quand le nom de Sept Saints de Bretagne n'eut plus de sens, et qu'on effaça les deux derniers mots sur le rentier dont nous avons parlé, on chercha au martyrologe sept saints pouvant être unis dans un culte collectif.


 


 

X. -Dans la commune de Glomel, trêve de Trégornan, une métairie nommée les Sept-Saints. On n'a pas gardé souvenir d'une chapelle des Sept-Saints ; mais on ne peut guère douter que le village ne prenne son nom du voisinage d'une chapelle depuis longtemps disparue, consacrée sous ce vocable. Un vénérable curé mort octogénaire, en septembre 1800, après avoir passé cinquante-sept ans à Trégornan, avait cette pensée et professait une dévotion particulière pour les Sept-Saints, entendant par ces mots, on n'en peut douter, les Sept-Saints bretons. Le site des Sepl-Saints est à peu de distance de la voie romaine de Carhaix à Vannes. Ajoutons, pour être complet, que plusieurs fragments de chemins gardent encore le nom de chemin des Sept-Saints Il s'en trouve dans le Morbihan: ces tronçons peuvent être les restes des voies romaines conduisant autrefois les pèlerins de Vannes à Quimper, Est à Ouest, ou des voies descendant de Dol et Alet sur Vannes (Nord-Est au Sud-Ouest) par Saint-Jean de Brévelay. -D'autres chemins du même nom peuvent conserver le souvenir de voies antiques conduisant aux églises principales stations du pèlerinage. Je ne puis indiquer la situation de ces fragments de chemins. Je rappelle seulement que, en 1310, nous avons trouvé en Trédias un chemin des Sept-Saints, introuvable de nos jours. Ainsi, sans doute, est-il de beaucoup d'autres. Résumons ce que nous venons de dire. Sans parler des chemins gardant encore le nom des Sept-Saints, voilà dix lieux, chapelles, fontaines ou villages dits les Sept-Saints. Dans tous ces lieux, les vrais noms des Sept-Saints de Bretagne ont été oubliés, et dans un seul, à Erquy, ils ont été restitués, et seulement depuis peu d'années.

 

 

 

Chapelle des Marins à Erquy construite

à l'emplacement de la chapelle des Sept-Saints de Bretagne

 

 

Dans quatre endroits, à Erdeven, Conquereuil, fontaine de Bulat-Pestivien, village de Glomel, on se contente de cette dénomination de Sept-Saints sans rechercher le nom de chacun des Sept. Dans trois autres lieux, pour suppléer aux noms oubliés, on a demandé à l'histoire les noms de sept saints qui pussent être raisonnablement l'objet d'un culte collectif. A Brest et à la fontaine de Kermaria-an-Hent, les sept saints sont les frères martyrs, fils de sainte Symphorose ou de sainte Félicité Romaine. Au Vieux-Marché ce sont les Sept-Dormants d'Ephése. A Yffiniac c'est la fantaisie ou des dévotions particulières qui ont dressé une liste de saints, parmi lesquels plusieurs étrangers à la Bretagne, et dont un seul, saint Pabu (Tugdual), à sa place parmi nos Sept-Saints de Bretagne. A Kergrist-Neuliac et aux environs on donne aux Sept-Saints, réputés frères, un nom de famille Merec ou Mairel. Voilà un premier résultat de notre enquête aux lieux gardant le nom de Sept-Saints ; mais il y a des lieux qui ne gardent pas ce nom, et où se retrouvent, par tradition, des listes de saints réunis non dans un culte collectif, mais dans un souvenir commun. Ces listes comprennent d'ordinaire sept saints ; et c'est ce nombre de sept qui m'autorise,je crois, à faire mention de ces listes. Les noms qu'elles comprennent sont les noms de patrons de paroisses ou de saints réputés fondateurs de la foi chrétienne aux environs. -Ici, vous le voyez, nous sommes en pleine légende. D'après notes laissées par J. Trévédy : Les Sept-Saints de Bretagne et leur pèlerinage.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires