Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 10:12

Au XVIIe siècle, on avait déjà vu présente à Plénée-Jugon une famille de chirurgiens (voir La famille Rochelle de Plénée-Jugon). Il y a quatre ans passés, nous avions abordé l'épidémie qui en 1758 avait ravagé le. terroir compris entre Lamballe et Dinan (voir L'épidémie de Plénée, page n° 1 - L'épidémie de Plénée, page n° 2 - L'épidémie de Plénée, page n° 3). Plénée avait été particulièrement touchée puisqu'elle avait perdu 392 paroissiens. En sachant que cette vaste contrée comptait près de quatre mille âmes, elle avait donc payé un très lourd tribu : soit 4 % de la population. C'est au cours de cette période qu'un dénommé Antoine Issaly, originaire du Quercy arriva en notre bonne vieille Province de Bretagne afin d'y poursuivre ses études en médecine. Antoine Issaly fut reçu à Rennes maître chirurgien pour Plénée-Jugon le 27 novembre 1759. Le sieur Antoine Issaly, de la paroisse de Saint-Germain de Bellaire en l'évêché de Cahors en Quercy était fils de Pierre Issaly, Maître-chirurgien et de Françoise Manié. Il épousa en l'église de Plénée le 11 juin 1759 Marie-Anne-Malterre.  -acte ci-dessous 

 

 

 

On sait que sa veuve Marie-Anne Malterre, épousa en 1775 François Cousté. Peut être une fois ses examens en poche, fut il sollicité par ses confrères afin de les seconder en donnant des soins précieux aux malades, il fut manifestement le bienvenu afin de suppléer ses confrères confrontés à ce véritable au cours duquel certains d'entre eux trépassèrent. C'est à ce personnage que la population de Plénée eut affaire quand une nouvelle épidémie la toucha de nouveau dès la fin de l'année 1773. Il s'agissait d'après les notes précieuses laissées çà et là d'une épidémie de typhus. Il est aussi mention de Jean Antoine Issaly, fils de maître Pierre Issaly, et de son épouse Françoise Manié. Ledit Jean-Antoine fut pour sa part reçu chirurgien, en 1774, à Rennes et désigné en poste à Plénée. On donne ce dernier fils et petit-fils de chirurgiens. Tout comme son prédécesseur Antoine -son frère, sa nomination après obtention d'examen arrivait à point nommé. Le sieur Bernard de l’Isle, qui vint seconder le sieur Issaly de Plénée, ne bénéficiait pas de la même confiance que celle témoignée à son confrère. En février 1784 à Plénée-Jugon  furent publiés les bans du mariage entre le dit Jean-Antoine Issaly  et  Perrine-Julienne Rebours -ci-après

 

 

 

 

Il eut au cours de sa carrière loisir de parcourir cette vaste paroisse de Plénée et fut témoin, comme nous l'avions vu de cet accouchement particulier qui se produisit l'an 1787 au lieu-dit de la Montforière (voir Accouchement de Plénée -  Un difficile accouchement à Plénée en novembre 1787....). La famille Issaly a laissé son emprunte au bourg de Plénée avec cette bâtisse des Hostieux Testart dite aussi Hôtel Issaly -ci après.

 

 

 

Jean-Antoine Issaly s'éteignit à Plénée-Jugon le juillet 1817 âgé de 74 ans. La filiation de cette famille s'est poursuivie à travers Antoine Issaly,  et Jean-Marie Issaly, fils de Jean-Antoine et de Perrine-Julienne Rebours.  Antoine épousa  à Plénée-Jugon, le 7 juin 1819 Demoiselle Hélène Veillet. Sur l'acte ledit Antoine Issaly est donné âgé de 28  ans (né le 4 février 1791), propriétaire demeurant le bourg de Plénée. De leur union naquirent sept enfants. C'est à Jugon que le sieur Antoine Issaly s'éteignit le 8 novembre 1838. Il exerçait la profession de greffier de paix. Le frère de Antoine, Jean-Marie Issaly naquit quant à lui en 1792, marié à Victoire Hamonic, leur fils Célestin exerça a profession de "docteur en médecine" à Plénée Jugon, c'est d'ailleurs à Plénée Jugon qu'il mourut le 31 juillet 1891 âgé de 67 ans. Il était marié avec Léone Gourdet.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires