Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2017 1 20 /03 /mars /2017 14:32

Les ouvrages défensifs au cours de l'époque médiévale présentaient une entrée munie de pont-levis comme on peut encore l'observer au Fort-la-Latte en Plévenon (cliché Wikipédia), à la Hunaudaye en Plédéliac mais encore à Montmuran aux Iffs. De longues fentes verticales visibles de chaque côté de l'entrée d'un ouvrage défensif attestent que l'ouvrage était jadis muni d'un pont-levis. Abaissé au-dessus des douves, il permettait de gagner l'intérieur du site défensif, relevé, il en interdisait l'accès.

 


 

 

 

 

Des ouvertures irrégulières perçaient l'entrée au lieu. La porte piétonne, et la porte charretière. La première permettait le passage des piétons, comme son nom l'indique, la seconde, plus large était destinée aux charrettes, carrosses et calèches. Nombre de lieux en notre vieux terroir ont conservé pareils ouvrages, témoins de la période médiévale : Limoëlan à Sévignac, les Fossés à Plélan le Petit, Caeden en Plénée Jugon, Les Clos à Mégrit, au bourg de Plédéliac, la Ville-Morel à Broons, Hersardais à Plédéliac (cliché Le-Flohic), ville de Jugon. S'agissant de la Tisonnais en Sain-Maden, les possesseurs du lieu, attachés de juridiction, s'inspirèrent de l'architecture en vogue à l'époque médiévale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires