Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2017 7 18 /06 /juin /2017 19:10

 

 

 

Notre-Dame de Hirel avec armoiries de ses fondateurs : Boisriou & Montauban

A l'entrée du bourg de Ruca se trouve une chapelle vénérée, Notre-Dame de Hirel, fort belle construction du XVIe siècle. Elle dut être fondée par les seigneurs du Boisgerbault : Bertrand de Boisriou & Jeanne de Montauban, unis en 1460, , dont les statues agenouillées accompagnent celle de la Vierge. Celle-ci tient sur le bras gauche l'enfant Jésus, portant un livre ouvert, et lui présente, de la main droite, un chapeau de roses. L'édifice offre de belles fenêtres de style flamboyant, la porte méridionale est décorée d'un heaume cime d'une tête d'oiseau ou d'animal fabuleux dans un vol. Les murs du chevet Sud sont percées d'une fenêtre au remplage de style flamboyant. Dans la nef, une pierre tombale porte les emblèmes d'un prêtre, avec la date de 1582. Edifice rectangulaire, inachevé dans son plan primitif, auquel a été ajouté plus tardivement un appendice séparé de la construction ancienne par un arc diaphragme. La première partie fut achevée en 1548. Trois fenestrages du choeur se composent de deux, trois et quatre meneaux. Le tympan est garni de gros reliefs. Porte latérale en anse de panier. Au-dessus de la porte principale et de l'oculus, un clocheton formé d'une pyramide à quatre pans entourée de frontons, domine l'avant nef. L'origine de la construction de cette chapelle est rattachée à une légende. Celle-ci rapporte qu'une femme pieuse gardait des moutons quand elle découvrit une Vierge. Elle la ramena chez elle, mais la statue revint à sa place. La chapelle fut donc bâtie à cet endroit, par les fées en une seule nuit. Elles avaient l'intention de la faire plus grande et de la joindre à l'église de Ruca. La nuit suivante, elles allèrent au Port-à-la-Duc chercher les pierres qu'il leur fallait pour cela. L'une d'elles revenant avec son fardeau rencontra sur le chemin une pie morte. Elle ne savait pas ce que c'était, et elle s'adressa à une bonne femme qui passait sur la route. Qu'est-ce que cet oiseau qui ne bouge point

-'Est eune pie morte, répondit la bonne femme.

La fée surprise demanda

-Mais, est-ce que nous mourrons tous ainsi

-Vère, ben sûr.

Quand la fée entendit cela, elle dénoua son tablier et jeta sa « devantelée » de pierres, puis elle courut bien vite dire à ses compagnes de ne pas continuer, parce qu'elles mourraient toutes comme la pie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires