Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2017 5 28 /07 /juillet /2017 16:18

 

 

Voici les notes que laissa Mathurin Monnier de cette chapelle Saint-André  :  « Bâtie sur un socle schisteux,  à l’ombre d’un if, en marge d’un chemin creux, elle porte la date de 1607 au dessus de sa porte latérale, et les armes des Le Mintier placées au-dessus de la corniche. On remarque aussi un œil de bœuf et la niche contenant la Sainte Vierge. Le toit a conservé ses vieilles ardoises épaisses, bel épis de faîtage représentant un christ en croix.  L’autel de pierre, où s’alignent des futailles, conserve encore son tabernacle XVIIe à colonnettes, à petites coupoles cernées d’une balustrade.  La porte nord montre une statuette mutilée, une deuxième statuette est placée dans le couronnement et appuyée sur l’autel, se tient la grande statue en bois de Saint-André dans la position de son supplice, l’ensemble a été barbouillé de lait de chaux. Un tirant peint traverse le petit bâtiment, la chapelle voit venir des pèlerins, ils prient pour obtenir la guérison de la coqueluche quand les enfants en sont atteints.  Après s’être recueillis devant l’image du Saint dominant les tonneaux, ils vont puiser de l’eau à la fontaine sacrée dans le pré voisin.  ».

 

 

 

Reconvertie en cellier, la chapelle de Saint-André ne manquait pas d’intérêt à la fin des années 1950, on y remarquait encore cette statue saint-André dans la position de son martyre ainsi qu'un épis de faîtage en terre cuite représentant un Christ en croix, sculpté en relief, la branche droite étant alors cassée.. Un visiteur contempla avec admiration la statue et le poinçon sculpté, et le fermier de l'endroit lui proposa d'accepter ces chefs-d’œuvre, ce que le visiteur déclina, argumentant qu'ils devaient orner la chapelle. Depuis, en voyant l'état des lieux se dégrader, l'amateur de patrimoine qui n'avait oser repartir avec la statue de Saint-André et l'ornement de faîtage, avait amèrement regretté de ne pas les avoir mis de côté. La chapelle de Saint-André, était situé sur les arrières du vieux manoir du XVIIe siècle. L'ensemble était jadis propriété de la famille Le Mintier. (voir Monseigneur Augustin Louis Le Mintier). Lorsqu'à mon tour je m'en fut photographier l'endroit il y a de cela une quinzaine d'années, déjà le mur Est du modeste sanctuaire était éventré, quant à la toiture elle était en partie détruite. Je remarquais l'autel en pierre, mais il était orphelin d'un piédestal, une petite niche avait été aménagée à la droite de l'autel de pierre qu'encadraient deux consoles. Il n'y avait plus trace d'aucune statue. Au fond de l'édifice, se dressaient une futaille, un tonneau et un van à grain. Quant à la fontaine où étaient plongé les enfants atteints de  la coqueluche, elle était envahie de broussailles. A présent, la petite chapelle de Saint André n'est plus qu'un souvenir ; elle n'aura pas connu comme celle de Saint-Cado, pareille résurrection. 

 

 

 

 

 

Ci dessus, acte de mariage de François Gesret et Françoise Bouvet le vingt-neuf juillet 1681.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires