Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 16:51

 

 

 

Généalogie de la Motte, Bertho et Sauvaget

 

Cargouët, vaste construction, en grande partie du XVIe siècle, mais augmentée d'un gros pavillon à la Mansart flanqué d'une tourelle dite « des Chouans », soit qu'il y demeure des chouettes, soit en souvenir du rassemblement des insurgés royalistes sur la lande voisine de Meslin. Cargouët fut apporté par Gillette de la Motte à noble Alain Bertho, son époux, vers 1542. Leur fils, Mathurin Bertho, en fit aveu au château de Lamballe, en 1534, et le transmit à son fils aîné Jacques, qui possédait ce manoir en 1603 et 1627. René Bertho, fils de Jacques, fut aussi Sgr de Cargouët, siégea onze ans comme Conseiller au Parlement de Bretagne et mourut sans hoirs de son corps en 1644. Sa soeur et héritière, Olive Bertho, le porta, par alliance, dans la maison des Sauvaget des Clos, dont les armes de gueules à la croix pattée d'argent, décorent les voûtes de la chapelle voisine de Notre-Dame de la Rivière, en Pommeret.


 

Titre de Bertho communiqué avec la Lande de Caslan

Transaction faite le vendredi 3e du mois de Mars 158I, entre nobles homs Mathurin Bertho, Sgr de Cargouët et de Vauvert, demeurant au manoir seigneurial de Cargouët, paroisse de Mcslin, fils aine et héritier principal et noble de feus nobles homs Allain Bertho et demoiselle Gillette de la Motte, sa femme, Sgr et dame de Cargouët, de Vauvert, de Mathurine, de la Villejosse et des Hayes, d'une part, -et demoiselle Ollive Bertho, sa soeur, femme de Gilles de la Lande, Ecuyer, Sgr de Caslan, demeurant audit lieu, paroisse de Pléboulle, par laquelle transaction, pour terminer les procès et différents meus entre lesdites parties, sur le partage, en noble comme en noble et en partable comme en partable, demandé par ladite dame de Caslan, dans la succession desdits feus Sgr et dame, ses père et mère, dont les immeubles montaient à lu somme de 3.000 écus sol de rente, et les meubles a celle de 20.000 écus, contre laquelle demande ledit Sgr de Cargouët ayant allégué que lesdits biens étoient de beaucoup moindre valeur, et que lesdites successions étoient de gouvernement noble et avantageux, et comme telles avoient été régies de tout temps noblement et avantageusement selon l'assise du comte Geffroy, savoir les deux tiers à l'aîné et le tiers aux juveigneurs, les fils à viage et les filles par héritage ; -laditte dame avoit obtenu une provision de 5oo livres tournois, revenant a 166 écus deux tiers, dont ledit Sgr de Cargouët avoit interjette apel ; -lesdites parties, de l'avis de nobles homs Charles de Saint-Guétas, Sgr dudit lieu, chevalier de l'Ordre du Roi, nobles homs Jean Maupetit, Sgr de la Villemaupetit, gentilhomme ordinaire de la Chambre du Roi, pensionnaire de Sa Majesté, et nobles homs Thomas Poullain, Sgr du Val et de Beuzidel, ayant reconnu que lesdites successions étoient de gouvernement noble et avantageux, et que les noms, maisons et alliances d'où procédoient lesdits biens, s'étoient toujours gouvernés noblement et avantageusement ; savoir: dame Jeanne de Cargouët, fille de Perot de Cargouët ; dame Jeanne du Marcheix, fille de Messire Bertrand du Marcheix ; Mcssirc Pierre de Largentaye, chevalier ; Messire Alain de la Motte, chevalier, sorti des maisons de Lorpheel et de Vauclerc; auxquelles avoit succédé Messire Pierre de la Motte, chevalier, et après lui Messires Guillaume et Gui de la Motte, aussi chevaliers, qui s'étoient alliés avec dame Jeanne du Chattault, fille de Bertrand, Sgr du Chaffault et dame Marie de Rochefort ; dame Jeanne La Vache, dame de la Touche-à-la-Vache, de la Guéronnaye et de Molttigny ; dame Françoise de Malestroit, mariée audit Messire Guillaume de la Motte, chevalier ; Georgine Le Voyer, fille de la maison de Trégonmar, et dame Jeanne de Miniac ; -il est convenu que ledit Sgr de Cargouist donneroit entre autres choses a ladite dame de Caslan, sa soeur, pour le droit, part et portion qu'elle pouvoit prétendre dans lesdites successions, le nombre de 3o perces de froment de rente, mesure de Lamballe, à prendre sur les terres, maisons, métairies et dépendances de la Villehuslin, avec une dixme appelée la dixme de Cargouët. Cet acte passé dans la ville de Lamballe, et reçu par Jean Morel et Mathurin Boschier, notaires royaux de la cour de Rennes et de Lamballe.


 


 

Eglise Saint-Martin à Lamballe :

« Dans le pavé du choeur, transept sud, dalle funéraire, timbrée d'un écu, portant inscription en bordure : Cy gist noble et vaillant Mathurin Bertho, Seigneur de Carcouet, Vauvert, des Haies, Maritaine, Cramagnan, Pré-Faruel, (le reste effacé). XVe siècle. »

 

Notes et illustrations laissées par M. H. Frotier de la Messelière, autres notes de  M.  P. Berthou

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires