Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2017 6 01 /07 /juillet /2017 16:32

 

 

Galinée au Guildo vu par le vicomte Frotier de la Messelière et armoiries de ses possesseurs : des Cognetz, de Bréhand, Vivien de la Vicomté & Picot de Plédran

 

Quittant ces bords enchanteurs, nous traverserons la route conduisant de Matignon au Guildo pour nous rendre à Galinée. C'était la sentinelle avancée du pays de Lamballe près de l'estuaire de l'Arguenon. A la forteresse primitive avait succédé une imposante construction, en grande partie du XVIIe siècle ; elle fut endommagée par les anglais en 1758, un incendie la détruisit en 1851, une maisonnette vulgaire fut édifiée à sa place en 1865, il n'y reste d'intéressant que les portes de l'ancienne chapelle et une tourelle polygonale renfermant un escalier on a aussi conservé, dans la construction nouvelle trois écussons l'un aux armes pleine de la famille des Cognetz, un écartelé de Bréhand et des Cognetz, le troisième écartelé de Bréhand et de cantons restés frustes. Galinée appartint en effet à Perceval, sire des Cognets, marié vers 1280 à Jeanne de Matignon sa famille s'y perpétua pendant six générations, Gillette, leur héritière, porta Galinée, en 1580 dans la maison de Bréhant. Ce fut peu de temps après, sans doute, que fut commencé le château détruit en 1851, l'un de ses pavillons était si élevé que l'on disait comme point de comparaison « haut comme le dôme de Galinée ». Mathurin de Bréhand, mari de Gillette des Cognetz, commandait une compagnie de 500 hommes pour le roi François I" en Italie,lorsqu'il fut grièvement blessé en 1535, près de Turin, il mourut en 1538, à Galinée, des suites de cette blessure. Louis de Bréhand, son petit fils, se distingua aussi au service du Roi, qui le nomma gentilhomme de sa Chambre, en 1601, et Chevalier de son Ordre il fut tué aux guerres d'Allemagne en 1634. Jean, Baron de Mauron et Sgr de Galinée, fils aîné de Louis, fut doyen du Parlement de Bretagne, Conseiller d'Etat, et père de Maurille de Bréhand, possesseur des mêmes seigneuries, marié en 1654 à Louise de Quelen, dame de Plélo et de Saint-Bihy. Jean-René-François-Almaric, son fils, Comte de Mauron et de Plélo, Baron de Pordic, Sgr de Galinée, vendit cette ancienne chastellenie à Jean Vivien, sieur de la Vicomté, gentilhomme malouin de la Grande Vénerie de France, pour le prix de 80.000 livres. Ce nouveau seigneur et Laurence Le Fer, sa première épouse, construisirent en 1715, dans le jardin, la chapelle qui existe encore, sous le vocable de Notre-Dame de Pitié. Jean, remarié dans la maison de Boisadam, mourut sans postérité, Jeanne Vivien, sa soeur, épouse de Michel Picot de Beauchesne, hérita de Galinée son mari possédait déjà dans le pays le manoir du Boisfeillet, en Pluduno et la Baronnie du Guildo, en Créhen. Leur descendant direct, Monsieur Picot de Plédran, est encore propriétaire, en 1921, de Galinée. D'après les données fournies par le Vicomte Frotier de la Messelière.

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires