Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 06:45

Le surnom d'Alain Barbetorte est vraiment singulier. A. de la Borderie écrit (Histoire de Bretagne, t. II, 387) qu'il lui fut donné « par ses contemporains ». La Chronique de Nantes, rapportant l'exode du jeune prince (éd. Merlet, p. 82), l'appelle Alanus, « qui postea cognominatus est Barbatorta ». Le terme postea (dans la suite), quoique vague, ne l'est pas au point de rendre inacceptable l'assertion de La Borderie : Alain, encore enfant quand il s'embarqua pour l'Angleterre, ne portait pas de barbe alors ; c'est évident. D'autre part, le qualificatif de Barbetorte ne détonne pas dans la riche série des sobriquets pittoresques appliqués par les hommes du moyen âge à divers barons : Herbert Éveille-chiens, Foulque Nerra, Thibaut le Tricheur, etc. ; il fait même penser à Frédéric Barberousse, le grand empereur. Seulement, s'il n'a jamais manqué de barbes rousses, y en eut-il jamais de « tortes », autrement dit de « tordues ». C'est sans motif sérieux, semble-t-il, qu'on a proposé d'expliquer « torte » par « frisée ». Le verbe torquere, dont torta est un participe, n'a jamais eu le sens de friser. L'explication ne serait-elle pas fournie par le texte des Mabinogion (J. Loth, Les Mabinogion, 2e édit., 1913, t. I, p. 279), où apparaît Ychdryt Varyvdraws, « dont le surnom signifie, d'après J. Loth, « barbe de travers ou à la barbe rude » ? Ce personnage « projetait sa barbe rouge hérissée par dessus les quarante-huit poutres de la salle d'Arthur ». Le surnom du libérateur de la Bretagne au Xe siècle se trouverait ainsi rattaché à une tradition celtique. Il se référerait en somme à une barbe « mal plantée ». Il faut se résigner à penser que, si Alain fut un vrai chef, remarquable par son audace et son courage, il fut un homme hirsute, pourvu par la nature d'une barbe à ébrécher les rasoirs ; on sait que ce devait être neuf siècles après lui le cas de Victor Hugo.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires