Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 05:59
Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Gaultier du Mottay évoque sur le terroir de Saint-Jacut-du-Mené la présence d'un menhir presque quadranguaire à la Touche. Hauteur : 4, 60 m, largeur 2 m. Un autre menhir renversé, non loin du premier, longueur : 4 m 70 m. Un dernier est visible à la Ville-au-Chevalier. L'allée-couvert du Rocher complète la liste du patrimoine hérité du Néolithique. Cette sépulture collective vieille de près de 5.000 ans est d'une longueur de 114 mètres.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

De la période romaine, la voie romaine reliant les civitas de Fanum Martis à Darioritum, autrement dit de Corseul à Vannes, s'étirait ici en Saint-Jacut-du-Mené depuis le Pont-Brien, Bransac, jusqu'au carrefour de la Hutte à Languille en Saint-Gilles-du-Méné. Au cours du XIXe siècle cette voie antique était encore bien conservée en plusieurs points. A la Ville-Chevalier, en 1992, P. Lamoureux et J. H. Clément, ont trouvé sur une surface de 175 m x 75 m, des tegulae, des éléments de pavage en schiste, des moellons, des scories, des tessons de céramique communes et sigillées, un mascaron en verre bleu représentant une tête de femme. (Sources : Centre Régional Archéologique d'Alet).

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Contrairement aux localités voisines le vieux terroir Jaguin, il n'y a aucune présence de croix monolithique, en revanche sur la Place de l'église se voit une pierre tombale remontant au Haut-Moyen-Âge. Elle est ornée d'une croix pattée dont les deux branches sont surmontées de deux autres croix, plus petites. (Sources éditions Le Flohic). Prieuré cure de l'Abbaye de Saint-Jacut-de-la-Mer (voir L'abbaye de Saint Jacut de la Mer, page n° 1), il semblerait que Saint-Jacut-du-Mené résulterait du détachement de la paroisse primitive bretonne du Gouray qui s'était elle-même constituée aux dépends de Plénée-Jugon et comprenait initialement la trêve de Saint-Gilles du Mené. Mais la partie de Collinée, située dans son prolongement, au sud de la Rance relevait jadis de Saint-Gouéno. La forme en Menez -montagne en breton fait sans doute allusion au fait que comme quatre localités voisines, celle de Saint-Jacut-du Mené est adossée à ce point qui culmine à près de 300 mètres d'altitude : la Hutte-à-L'Anguille, cet ancien carrefour gallo-romain.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

La paroisse émergente de Saint-Jacut-du-Mené, alors désignée S.Jacuti-de-Selmene au cours du XIIe siècle voit l'aménagement de deux défenses castrales : l'une est assise près du hameau bien désigné du Vieux-Parc. Il s'agit d'une enceinte quadrangulaire bordée de fossés noyés en douves. L'autre, dite le Château de la Couaille présente une motte ronde dans un étang. Lequel étang selon la tradition était propriété d'ue riche abbaye, sans nul doute celle de Saint-Jacut-de-la-Mer

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Première mention de la paroisse de Saint-Jacut du Mené le 9 juin de l'an 1163

 

« Alexander episcopus, servus servorum Dei, dilectis filiis Henrico, abbati monasterii Sancti Jaguti de Insula maris, ejusque fratribus tam presentibus quam futuris regularem vitam professis in perpetuam memoriam : desiderium quod ad religionis propositum et animarum salutem pertinere monstratur sine aliqua etiam dilationc complendum. Ea propter, dilecti in domino filii, vestris justis postulationibus elementer annuimus, et prefatum monasterium in quo divino mancipati estis obsequio sub Bcati Petri et nostra protectione suscipimus et presentis scripti privilegio communimus, iu primis siquidem statuentes ut ordo monasticus, qui secundum Deum et Beau Benedicti regulam in vestro monasterio noscitur institutus, perpetuis ibidem temporibus conservetur. Preterea quascunque possessiones, quecunque bona idem monasterium in presenciarum juste et legitime possidet, aut in futu rum, concessione pontificum, largicione regum et principum, oblacione fidelium, seu aliis racionalibus modis, vestro proprio nomine et adepcionc, firma vobis vestrisque successoribus et ¡Ilibata permaneant : in quibus hec propriis duximus exprimenda vocabulis : ecclesiam Sancti Salvatoris de Dinanno cum omnibus pertinenciis, ecclesiam Sancto Marie de Tremerreuc cum omnibus pertinenciis suis, eccclesiam Sancti Cadoci, ecclesiam Sancti Scoci, quidquid juris habetis in ecclesia Sancti Petri de Ploballeio, ecclesiam Sancti Petroci, ecclesiam Sancti Petri de Cherchen, quidquid juris habetis in ecclesia Sancti Petri de Corsot, quicquid juris habetis in ecclesia Sancti Petri de San Postan, ecclesiam Sancte Marie de Belenr, quicquid juris habetis in ecclesia Sancti Petri de Henan, insulam de Sancto Casto cum appendieiis suis, terram que dicitur Meurie in tref, ecclesiam Sancti Ylani, quidquid juris habetis in ecclesia Sancti Numenteri, ecclesiam Sancti Mauri, locum Meloci cum appendieiis suis, ecclesiam Sancti Jacuti de Selmene, ecclesiam Sancti Egidii de Tremeldero, ecclesiam Sanete Trinitatis de Porhoit cum omnibus appendieiis, Bodihac cum appendieiis suis, ccclesiam Sancti Leviani cum appendiciis suis, ecclesiam de Tremeler, claustrum Briaci cum omnibus appendieiis suis, locum Sancti Yvorelli cum appendieiis suis, quicquid juris habetis in ecclesia Sancti Michaelis de Quentonensi, ecclesiam Sancti Leobandi, ecclesiam de Botloi, villam Christi de Lequario cum omnibus pertinencis suis, ecclesiam de Penvennan, ecclesiam Sanete Marie de Lannion cum omnibus pertinenciis suis, ecclesiam Sancti Jacuti de Plegestin, duas partes decime de Lanmur, quicquid juris habetis in ecclesia de Plegano, ecclesiam Sancti Guingaloci, villam Christi de Pleyber cum appendieiis suis, ecclesiam Sancti Guemelli, ecclesiam Sancte Marguerite de Hisleam et ecclesiam de Lentona cum omnibus supradictarum ecclesiarum pertinenciis. Decernimus ergo ut nulli omnino hominum liceat prefatum monasterium temere perturbare, aut illius possessiones auferre, vel ablatas retinere presumat, seu quibuslibet racionibus fatigare, sed et ipsa bona et vita reserventur eorum pro quorum gubernacione et sustentacione concessa sunt usibus omnimodis, prefectura salva tamen sedis apostolice auctoritate et diocesanorum episcoporum canonica constitucione. Si igitur in futurum ecclesiastica secularisve personna hanc nostre constitucionis paginam sciens contra cam temere contraire temptaverit, secundo, terciove commonitu nisi presumpeionem suam congrua satisfactione correxerit potestate honorisque sui careat dignitate, reumque divino judicio existere et perpetrato iniquitate cognoscat, et a sacratissimo corpore et sanguine Dei et Domini Redemptoris Nostri Jesu Christi aliena fiat, et in extremo examine subjaceat ultioni, cunctis autem eidem loco sua jura servantibus sit pax Domini Jesu Christi quatinus et hic fructum bone actionis percipiant et apud districtum judicem premia eterne pacis inveniant , amen , amen , amen. -Signe et monogramme du Pape. - Ego Alexander Catholice Ecclesie episcopus. Ego tituli Sanete Crucis in Hierusalem ; ego Henricus tituli, Sanete cardinalis Anastasio tituli SS.; egoNerei Albertus et Achillei ; ego ……….tituli Sancte Anastasie ego Albertus, cardinalis presbiter tituli S. Laurentii in Lucina ; ego Guillelmus, presbiter cardinalis tituli Petri ad vincula ; ego Vubaldus, Hostiensis episcopus ; ego Bernardus, Portuensis et Sancte Rufine episcopus ; ego Gualterius, Albanensis episcopus; ego Jacintus, diaconus cardinalis Sancte Marie ; ego Oddo, diaconus cardinalis Sancti Nicholai in carcere Tuliano ; ego Ardicio, diaconus cardinalis Sancti Theodori ; ego Romulus, dia conus cardinalis Sancte Marie inviolate ; ego Johannes, diaconus cardinalis Sancte Marie in porticu ; ego Petrus, diaconus cardinalis Sancti Eustatii juxta templum Agrippe. -per manum Hermanni Sancte Romane ecclesie subdiaconi et notarii, II nonas junii, indictione XI Incarnacionis Dominice, anno M° C° lX° M°, pontificatus vero Domini Alexandri pape III, anno IV°. » (Ms. de D. Mars.)

 

Donation d'Alain de la Corbière. 1269

 

« Universis, etc., Alanus dictus Gautier, tune temporis presbiter de Gorreio, salutem in Domino. Noveritis quod, in nostra presencia constituti, Alanus de Lacorberia et Theophania uxor ejus non coacta, communi assensu et pari voluntate, et de assensu et voluntate nostra, titulo pignoris obligaverunt viro religioso abbati et conventui beate Marie de Boquian, Cist ord., Brioc. dioc., totam docimam suam sitam in Corberia et in Broussa, in parrochia nostra de Gorreio, et in parrochia de Sancto Jacuto du Mene ; et quicquid juris, possessionis, et proprietatis in ea habebant et habere polerant et debebant, totum pro toto, super octo libris moncte cursilis jam sibi persolutis ; tali condicione apposita quod quandocunquc persolverint dictam pecuniam dictis religiosis, dictam decimam suam quitara et liberam rehabebunt ; boc proviso ut semper ante Nativitatem boati Johannis Baptiste dicta decima redimatur, alioquin dicti religiosi fructus dicte decime percipient in autumpno proximo subsequenti quolibet anno, et nullo modo computabuntur in sorlem quandiu dicti religiosi ipsam decimam tenuerint obligatam, etc. Datum anno Domini m° cc° sexagesimo nono, mense decembris ».  (Arch. des Côtes-du-Nord.)

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Assurément ce n'est pas l'agriculture qui fit la richesse de cette paroisse, pourtant réputée comme aisée. Son territoire plein de montagnes renfermait une quanti prodigieuse de landes et peu de terres en taboure. Longtemps les landes occupait une superficie équivalent à plus de la moitié de la localité soit : partie labourable 451 hectares prés et patures, 120 ; bois 53 hectares ; landes et Incultes 901 hectares. Le minerai de fer y fut exploité comme en témoigne ce lieu dit les Fourneaux. On montrait encore à la fin du XVIIIe siècle en Saint-Jacut, les débris d'une fonderie de fer, et l'on citait les localités où l'on prenait le minerai qui alimentait cette usine. La culture du lin permit aussi à ce bon vieux terroir de tirer quelques richesses de la vente de la toile à travers une partie de l'Europe. A cette période médiévale il faut rattacher sur un talus cette croix Bellière (XVe), présentant un socle maçonné en granit et en schiste, monolithe chanfreiné, Christ naïf, jambes sectionnées. (Voir l'illustration de Gourbil sur la page illustrant le moyen-âge). Une léproserie fut fondée en cette paroisse de Saint-Jacut-du-Mené au cours du XVe siècle. Le 1er mai 1439, Etienne Rafenel, donne 6 sous de rente, à la Saint-Gilles, foire de Dinan, hypothéquée sur le pré Cadiou, joignant la maladrerie de Saint-Jagu-du-Mené (Inventaire de l'abbaye de Boquen.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

 

Tout comme ce fut le cas pour la vaste de paroisse de Plénée, c'est à la puissante Maison d'Avaugour, issue des Penthièvre -cadets de Bretagne, que fut confiée la défense de cette paroisse lors de la période féodale. Les registres de la noblesse de France portent qu'un des puînés fut Guillaume d'Avaugour, seigneur du Parc, qui prit le nom de cette terre, alors située en la paroisse du Gouray, en l'évêché de Saint-Brieuc. Ce Guillaume, d'après le manuscrit de la Bibliothèque de Nantes, était frère cadet de Henri IV, baron d'Avaugour, et troisième fils de Henri III, baron d'Avaugour. Aussi y a-t-il identité d'armes : d'Avaugour portait d'argent au chef de gueules ; du Parc a d'argent à triple jumelle de gueules, avec le cri de guerre : Honnour, honnour à du Parc d'Avaugour, car les jumelles ne sont autre chose qu'une double brisure. Le fils dudit Guillaume d'Avaugour, seigneur du Parc fut Alain Ier. du nom. Vivant, en 1270, il était marié avec Anneta. Alain du Parc, se trouvant en Chypre au mois d'avril 1249, avec Henri d'Avaugour, donna procuration pour traiter de son passage à Damiette au cours de la septième croisade à laquelle il prit part. La famille du Parc appartenait donc à une famille noble de toute ancienneté. Les possesseurs de la Châtellenie du Parc de Locmaria détenaient devoir de Quintaine. Le devoir de Quintaine -alias de Bouhours, ressortait des redevances féodales auxquelles étaient soumis dans nos campagnes tous jeunes mariés n'ayant pas eu d'enfant mâle l'année suivant leur mariage. Parfois certaines corporations étaient également soumises à pareilles démarches. Pour y participer les jeunes gens devaient s'équiper d'un cheval, et avec les autres participants, après une course éffrénée, ils devaient rompre une gaule contre un poteau aux armes du seigneur. Ceux qui échouaient étaient soumis à devoir s'acquitter d'une amende. Ce type de tradition se maintint jusqu'à la Révolution 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

La seigneurie du Parc de Locmaria, située au sein du duché de Penthièvre, ressortait de la Châtellenie de Moncontour (voir le site défensif de Moncontour, page n° 1), et disposait du droit de haute, basse et moyenne justice et son auditoire de justice se tenait à la Thiollaye. Elle détenait quelques fiefs dont ceux de la Brousse et de la Ville-Fillart.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Les autres terres nobles de Saint-Jacut-du-Mené étaient : La Goulière, Boni, Mené, et la Croix. La Croix appartenait à la famille en 1480 à Pierre Maupetit, ennobli, par Olivier Maupetit, porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ; en 1514, Jean Maupetit est donné possesseur de la Croix. Les familles Quetier et Cadier se partageaient avec la famille Maupetit les terres nobles de la paroisses. L'abbaye de Saint-Jacut de la Mer disposait encore du manoir noble de la Guerinais ainsi que du moulin à eau dit de Saint-Jacut, les deux autres moulins de la paroisse étant ceux du Parc et de la Herdière.

 

 

Ci dessus de gauche à droite armoiries Quetier, Maupertuit et Cadier.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Les montres nobiliaires de la paroisse de Saint-Jacut-du-Mené au cours des XVe & XVIe siècle.

 

 

Extrait de la Réfformation de l Eveche de St

Brieu Mil CDXXVII (1427)

 

St Jagu

 

 

Noble la déguerpie Guillaume Quetier

Jehanne Le Picart se disant aussi noble

 

St Jagu

 

Réfformation faite en laditte paroesse en febvrier

1443 néant

 

 

Réfformation de l Eveche de St Brieu

de l'an 1513

 

St Jagu

 

Brien Cadier Sr du Mené Jehan

Maupetit de la Croez Sr dudit lieu

La mesterie de la Ville Fleart appartenan au Sr du Parc

La mesterie de la Martinaye au Sr de la Villepierre

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

L'ancienne église de Saint-Jacut-du-Mené, dédicacée comme son nom l'indique, était en réalité une église succursale. Elle avait la forme d'un parallélogramme si on s'en refère aux écrits de M. Mathurin Monier, et se trouvait joindre le presbytère. Dès le moitié du XIIe siècle, ainsi qu'il l'a été évoqué ci-dessus, à travers la bulle du Pape Alexandre III, La paroisse de Saint-Jacut-du-Mené, alors Prieuré cure de Saint Jacut de en Mer -alias S. Jagut en l'Isle, cette paroisse disposait de son église ainsi que cette charte le mentionne ecclesiam Sancti Jacuti de Selmene. En outre, cette paroisse attachée à l'évêché de Saint-Brieuc disposait de sa trêve à travers Saint-Gilles-du-Mené. Mais déjà à travers un aveu rendu par l'abbaye de Saint Jacut de en Mer en 1574, le nom de son prieuré cure de Saint-Jacut-du-Mené n'était plus cité ce qui laisse supposer que les liens entre les deux paroisses avaient disparus. Quand fut fondée vers la fin du XVIe siècle la chapelle de Bon Secours, les pèlerins y affluèrent afin de vénérer Saint-Gildas. Cet afflux considérable de pénitents prenait part au pèlerinage qui les emmenait depuis le parvis de l'église jusqu'à cette chapelle. On ne voyait qu'étalages de provisions et tonneaux de cidre...Les mêmes étalages et les mêmes tonneaux qui étaient présents suite au droit de foire qu'obtint le puissant Sieur du Parc au cours du XVIIe siècle pour sa paroisse.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Deux gros piliers encadrent la porte ouest Elle supporte des statuettes. La statue de Notre-Dame de-Bon-Récort, enterrée durant la Révolution, la statue de Jésus priant et ce sacraire couronné d'une croix sont parmi les pièces les plus remarquables de l'édifice. L'ancienne église n'eut pas cette chance, les révolutionnaires dévastèrent l'édifice ne laissant que les murs : mobilier et statuaires avaient disparus. C'est pour cette raison qu'ue nouvelle église fut construite sous Louis-Philippe, M. Gaultier du Mottay visitant le bourg de Jacut du Mené écrivit ensuite qu'il valait mieux ne pas en parler de cette église.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Si le châtau actuel du Parc fut reconstruit sous Henri IV, en revanche la chapelle proche, remonte à la moitié du XVIIe siècle, une porte ogivale semble appartenir à un précédent édifice qui pourrait remonter au XVe siècle. Quelques croix ici et là ornent encore les talus.

 

« On m'a montré à Saint-Jacut, il y a environ vingt-cinq ans, un rocher isolé qui, vers son milieu, avait une dépression, et l'on disait que c'était la marque de la corde du bateau de saint Jacut. Saint Jacut, prince de Domnonée, premier abbé du monastère qui porte son non), Ve siècle (5 mars), est le patron de Saint-Jacut-du-Mené, de Saint-Jacut-de-Ia- Mer, de Saint-Jacut-sur-Ars ancien patron de Gicquelleau, il a des chapelles à Dirinon et A Plestin ». Paul Sébillot (petite légende dorée de Haute-Bretagne).

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené
Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

 

Juridiction du Parc-Locmaria et de Limoëlan

 

 

1775-1782 - Audiences des causes civiles tenues près du bourg de Langourla par maîtres Onfray, Guyomart, Urvoit, Rebours, avocats, exerçant les fonctions de sénéchal pendant la vacance de la charge. -Enregistrement des lettres : de notaire et procureur-fiscal accordées à maître Caresmel par messire Jacques-Claude Cleux, marquis du Gage, seigneur du Parc - de maîtrise, à Pierre Cochon, qui désire exercer la profession de chirurgien.-Appropriement : de deux pièces de terre acquises par Jeanne Pilorget et faisant partie du grand rôle de Langourla ; - d'une maison et de deux courtils, situés au village de La Ville-Burel, en Saint Jacut-du-Mené, et contenant trente vergées (la vergée étant de 3 ares 4 centiares), etc.

 

 

1775-1789. -Audiences des causes civiles tenues par maître Rebours, sénéchal.-Mandement de notaire et procureur accordé à maître Plesse, sieur de Beauvais. -Institution de sergents bailliagers chargés de faire la recette des rôles du Parc et de Limoëllan, dans la paroisse de Saint Jacut-du-Mené. -Acte de la présentation de l'aveu fourni pour les biens de la chapellenie de La Rochette par le tuteur des enfants de Jules-César de La Noue et de Rose de Langan Boisferière.- Information pour constater que Pierre Dieulangard a joui, pendant cinq années, d'une maison et d'un courtil situés au Chauchix, en Langourla, etc.

 

 

1777-1789. -Procédures. -Sentences rendues par le sénéchal : déboutant les sieurs Lasalle et Joly de leurs prétentions en qualité d'exécuteurs testamentaires de messire Lasalle, recteur de Saint-Jacut, la succession de ce dernier étant déclarée vacante et abandonnée ; - défendant à Mathurin Couillaux de troubler Laurent Colleu dans la champ Colleu, situé en Saint-Jacut ; -renvoyant hors de cause, par suite de la mort des principaux témoins, Jean Villeneuve et Perrine Turmel, sa femme, accusés de vols et d'assassinats. -Procès-verbal de descente d'experts pour constater les dégradations commises dans la métairie de La Hauteville, en Saint-Jacut-du-Mené, etc.

 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

 

Pendant la vacance de la charge de sénéchal, ce furent maîtres Onfray, Guyomart, Urvoit, Rebours, alors avocats qui exercèrent cette fonction. Messire Jacques Claude Cleux, marquis du Gage, seigneur du Parc lors des audiences des causes civiles tenues près du bourg de Langourla cette année 1779, accorda cette charge de sénéchal à Maître Caresmel. Un membre de cette famille, Pierre-Mathurin exerça la charge de notaire à Tramain de 1770 à 1781, à Plénée-Jugon en 1780 et au Gouray de 1782 à l'an VIII. En 1789, le Procureur Fiscal de la Châtellenie du Parc de Locmaria était Maître Pierre-Mathurin Caresmel, sans doute un parent des deux autres, et c'est sous sa présidence, dans la sacristie de la chapelle de Bonne Rencontre que les notables de la paroisse se réunirent, ce 5 avril 1789 afin de rédiger leur cahier de doléances et d'élire leurs députés à la sénéchaussée de Rennes. M. Caresmel sera élu député. La paroisse de Saint Jacut et sa trêve de Saint-Gilles étant alors éloignées de plus de deux  lieues des Grands Chemins, les habitants étaient exemptées du devoir de corvée, ceux ci n'étaient pas soumis au vingt jours d'astreinte. En revanche, la stérilité des terres du Mené, les récoltes étant médiocres, les habitants de Saint-Jacut du Mené demandèrent dans leurs doléances, que les landes fussent défrichées, ceci afin d'accroître la superficie des terres labourables. Hélas, ce n'est que sous Louis-Philippe, que ce souhait se réalisa, grâce à M. Hyppolithe Lemoine alors maire de la commune, secondé par M. l’abbé Boine, alors desservant; ceci afin de subvenir aux besoins des nécessiteux. Grâce à un système philantropique, les terres incultes furent données à des pauvres, à des mendiants, avec obligation pour eux, d'en payer la valeur fixée dans un délais de cinq ans. Les résultats furent très satisfaisants ; la population s'étant ainsi accrue et le nombre de familles dénuées de ressources diminua considérablement. Alors la commune de Saint Jacut du Mené devint l'une des plus riches de la contrée alentour. Sur le cahier de doléances de la paroisse de Saint-Jacut-du-Mené fut demandée l'interdiction de posséder des fuies à pigeon -le seigneur du Parc disposait près de son château de son colombier, mais également des garennes où étaient élevé les lapins sauvages, et les Juguins réclamèrent le droit de tuer tous ces animaux qui ravageaient leurs récoltes. C'est au début de l'année 1790 que Saint-Jacut du Mené mit en place sa première municipalité, M. François Pasturel fut élu Maire. La commune fut alors rattachée au canton de Langourla qui comptait outre Langourla, Eréac, Mérillac, Saint Jacut du Mené et Saint Gilles du Mené. Ce canton rejoignit comme huit autres cantons l'important district de Broons qui allait désormais remplacer les justices seigneuriales de l'Ancien Régime. En 1802 Collinée devint à son tour chef lieu de canton et remplaça ainsi celui de Langourla. La Constitution Civile ne reconnaissant pas l'autorité du pape ou des évêques, un certain nombre d'ecclésiastiques refusèrent de prêter serment à la Constitution et de lire en chair les décrets de l’Assemblée. Ce sera le cas pour Saint-Jacut-du-Mené, Jean-François Pasturel refusera de lire en chair la lettre -les élus s'en chargèrent, et ayant refusé de s'assermenter, il dut s'expatrier à Jersey comme la plupart des prêtres rebellles aux lois de la République. Jean-François-Michel Pasturel était né à Erquy, âgé de 61 ans lors de sa nomination à Saint-Jacut-du-Mené en 1791, ne souleva aucune difficulté. Du reste quand il fut exilé, il était décrit par les autorités comme de bonne conduite et montrant des dispositions pacifiques.

 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

 

La Constitution Civile ne reconnaissant pas l'autorité du pape ou des évêques, un certain nombre d'ecclésiastiques refusèrent de prêter serment à la Constitution et de lire en chair les décrets de l’Assemblée. Ce sera le cas pour Saint-Jacut-du-Mené, Jean-François Pasturel refusera de lire en chair la lettre -les élus s'en chargèrent, et ayant refusé de s'assermenter, il dut s'expatrier à Jersey comme la plupart des prêtres rebellles aux lois de la République. Jean-François-Michel Pasturel était né à Erquy, âgé de 61 ans lors de sa nomination à Saint-Jacut-du-Mené en 1791, ne souleva aucune difficulté. Du reste quand il fut exilé, il était décrit par les autorités comme de bonne conduite et montrant des dispositions pacifiques.

 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Quelques faits divers sous la Révolution :

 

 

Le 24 septembre 1791 comparaissaient devant la justice Jean Villeneuve âgé de 36 ans, et son épouse Perrine Turmel âgée de 32 ans. Le citoyen Villeneuve était débitant de cidre et marchand de vaches à la Hutte à l'Anguille, en la paroisse de Saint-Jacut-du-Mené. Le premier fait reproché remontait au 7 ou 8 octobre 1786, un fabriquant de liqueur Dinannais, quitta Moncontour avec sa monture, accompagné de son chien, quand vers les 5 à 6 heures, étant fatigué il décida de s'arrêter en cette maison isolée, située au milieu des landes. Après avoir donné de l'avoine à son cheval, Perrrine Turmel invita le marchand à se reposer. Ce qu'il fit après s'être abreuvé. Ayant apprit que le voyageur avait une bourse d'un montant de 1.800 livres, le dit Villeneuve et ses complices tentèrent de tendre un piège au voyageur en vain. Celui ci parvint à assommer l'un des bandits et s'enfuit en abandonnant son cheval. Devant la justice, Villeneuve nia tous les faits prétextant s'être rendu à la foire de Saint-Denis à Saint Méen ce jour là. Il fut toutefois reconnu du meurtre d'un marchand de bestiaux, à coup de hachot et avec la complicité de sa femme. Le cadavre ayant été caché dans une maie. Le même individu fut accusé aussi d'une tentaive de meurtre sur la personne d'un nommé Deshays, marchand de baromètres, originaire d'Auvergne ; d'avoir également tenté de supprimer un dénommé Brunet afin de lui dérober sa bourse de 300 livres ; d'avoir maltraité le nommé Joseph Tavet après lui avoir volé 48 livres ; d'avoir aussi violenté la veuve Onffray qui revenait d'une foire avec de l'argent, et d'avoir dérobé des vaches qu'il avait refusé de rendre. Des faits remontant parfois à près de dix ans, mais la justice exigea que le cabaret de la Hutte à L'Anguille et les alentours fussent fouillés afin d'y découvrit d'éventuels cadavres, mais les recherches ne donnèrent aucun résultat. (sources Gérard Huet -la tourmente révolutionnaire).

 

30 vendémiaire et 16 ventôse an VI. Vol à Plénée (lirions, dit Le Lièvre, laboureur à Langourla, acquitté ; Sorel. contumax. de Saint-Jacut-du-Mené : an V-an VI)

 

Tentative d'assassinat à Saint-Jacut (Villeneuve, cabaretier ; mis hors d'accusation) 31 décembre 1791

 

30 juillet 1791. Vol à Moncontour (Ermel, laboureur à Saint-Jacut-du-Mené ; mis hors d'accusation)

 

 

30 septembre 1791. Tentative d'assassinat à Saint-Jacut-du-Mené d'un fabricant de liqueurs de Dinan

 

Ci-dessous, actes de 1798 à 1809 émanant de l'étude de Maître Jean-François Plesse (l'aîné) notaire, dont l'étude était à Collinée. Les acts ainsi reproduits touchaient des habitants de Saint-Jacut-du-Mené.

 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené
Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

En ces longues soirées d'hiver, lors des veillées, au son de la vielle ou du violon, les anciens évoquaient leurs souvenirs d'enfance marqués à jamais par ces années sombres de la Révolution. Tous se souvenaient du massacre de la Mirlitatouille. Les Républicains étaient implantés dans les bourgs de Collinée, du Gouray, Plémet, Merdrignac ou Moncontour, en revanche la nuit tombée il fallait se montrer prudent, car les Royalistes vulgairement désignés les chouans, hantaient les landes de Saint-Gilles-du-Mené, de Saint-Gouéno et de Gomené. Les bandits profitaient de la situation confuse pour voler les malheureux voyageurs égarés, ainsi, un gars de Saint-Vran traversant la forêt de la Hardouinays, fut attaqué. Ou de ce dangereux bandit nommé Jean de la Hutte. Ledit Jean de la Hutte s'appelait en réalité Jean Villeneuve, il était marchand de vaches y était aubergiste. Aidés de plusieurs autres brigands, la nuit tombée, il égorgeait les voyageurs de l'auberge et s'emparait de leurs bourses.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Une nouvelle église fut donc construite après démolition de l'ancienne. Les travaux commcèrent en 1843, le plan retenu fut celui de l'architecte Lebreton. Le 4 avril de cette année là eut lieu la pose de la première pierre. Les travaux furent achevés l'année suivante. Une cuve baptismale octogonale à double bassin, fut placé dans une chapelle enluminée d'un vitrail moderne ; un bénitier orné de mascarons ; un bel aigle de lutrin XVIIIIe. L'autel de la Vierge est orné d'un tableau qui fut autrefois dans la chapelle de Bon Réconfort. Une statue de Saint-Laurent se tient au-dessus de la porte ouest, et celle de Sainte Philomène dans le bras nord du trasept. Les statues de Saint Jacut et de Saint Gildas furent acquisent afin d'orner l'entrée du choeur. D'importants travaux de restaurations eurent lieu en 1904, 1920, 1928 et en 1935 il fallut remplacer le clocher ruiné par la foudre. Le presbytère de Saint Jacut du Mené fut construit en 1857. En face se trouvait le cimetière à présent désaffecté.

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené
Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené

Le 24 octobre 1823, un arrêté agrandissait la commune détriment de sa voisine Le Gouray. Ainsi l'enclave de Bransard fut accordée à Saint Jacut. Vingt cinq ans s'écoulèrent et de nouveau, les élus décrétèrent de nouvelles limites à travers la loi du 10 août 1849 :  les villages de la Gouillère, de la Chênaie, de la Tiolais, de la Ruais, de la Haye et de la Roche devinrent lieux Jaguins. Voici le résumé de cette séance «Addition à la scéance du jeudi 9 août 1848. Rapport fait par M. de Séré, au nom de la deuxième commission des intéréts locaux, sur un projet de loi tendant à distraire la section des Bois de la commune de Gouray, pour la réunir à la commune de Saint-Jacut du-Mené (Côtes-du Nord). Messieurs, la section dite des Bois de la commune de Gouray, canton de Collinée, arrondissement de Loudéac, est séparée de son chef-lieu actuel par une distance de huit kilomètres environ ; pour s'y rendre, il faut traverser une forêt où des chemins mal ouverts sont fréquemment coupés par des ruisseaux qu'il est parfois presque impossible de franchir. La commune de Saint-Jacut-du-Mené, même canton, est bornée au nord par le territoire de ladite section ; elle n'en est séparée que par un faible cours d'eau. Le chef-lieu de cette commune est à une très-courte distance ; c'est là que les habitants de la section des Bois vont habituellement remplir leurs devoirs religieux, ils y ont même des bancs dans l'église. Nous insistons sur ces détails parce que là est la solution d'une question qui agite le pays depuis plus de sept années. Les autorités administratives du département des Côtes du Nord, se fondant sur la configuration des deux territoires et sur l'intérêt bien entendu de leurs habitants, ont proposé la distraction de la section des Bois du Gouray et sa réunion à Saint-Jacut. Le géomètre en chef et le directeur des contributions du département ont donné un avis conforme. Le conseil général, saisi quatre fois de cette affaire, a fini par prendre dans le même sens une délibération approfondie et sérieusement motivée. La commune de Gouray, sur un territoire de 3,367 hectares et sur une population de 2,219 habitants, ne perdrait que 374 hectares produisant 25 fr. de centimes additionnel et 293 habitants. La commune de Saint-Jacut, d'une population de 692 habitants, s'élèverait à 995. La limite naturelle entre les deux communes serait un chemin conduisant de Collinée à Langourla. Les principaux propriétaires de la section des Bois, possédant à eux seuls la moitié de son territoire, ont été invariables dans leur désir de voir réaliser la mesure projetée. Mais le reste de la population, soumis à des influences qu'on ne saurait contester, ont singulièrement varié dans l'expression de leur véritable pensée à ce sujet. Les conseils municipaux des deux communes se sont prononcés avec force dans un sens opposé : celui de Gouray pour le maintien de l'état actuel, celui de Saint-Jacut pour la distraction. En présence de ces faits, et convaincus qu'il est urgent de sortir d'une situation fâcheuse sous plus d'un rapport, nous devons nécessairement puiser notre décision dans des consi dérations d'un intérêt plus élevé et plus général. Nous les rencontrons dans l'opinion déjà mentionnée du conseil général et du préfet des Côtes-du-Nord. En conséquence, votre commission, à l'unanimité, vous propose d'adopter le projet de loi présenté par le Gouvernement, et ainsi conçu : Projet de loi. Art. 1er. La section dite des Bois, circonscrite au plan annexé à la présente loi par un liséré vert et par le tracé de la rivière de Rance, est distraite de la commune de Gouray, canton de Collinée, arrondissement de Loudéac, département des Côtes-du-Nord, et réunie à celle de Saint-Jacut-du Mené, même canton. - Art. 2. Les dispositions qui précèdent auront lieu sans préjudice des droits d'usage ou autres qu ipourraient être respectivement acquis. Les autres conditions de la distraction prononcée seront, s'il y a lieu, ultérieurement déterminées par un décret du président de la République ».

 

En 1873, deux foires furent acccordées à la commune de Saint-Jacut du Mené, l'une le 3e lundi de juin, l'autre, le 2e mardi de septembre.

 

Quelques notes sur le passé de   Saint-Jacut-du-Mené
Partager cet article
Repost0

commentaires