Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2012 6 21 /01 /janvier /2012 12:53

 

Le traité de Guérande

 

Un premier traité fut signé à Guérande en 1365 assurant le duché de Bretagne aux Montfort moyennant quelques dédommagements à la veuve de Charles de Blois. Le roi de France interposa son autorité de souverain pour la conclusion & la garantie de ce traité, le roi d'Angleterre et le prince de Galles souhaitèrent tout pareillement se porter garants du dit traité. Une fouille venue nombreuse composée de paysans et de gentilshommes environnait la salle où se tenait la conférence. Tous souhaitaient la paix.

 

 

Jeanne de Penthièvre

 

Monsieur Arthur Le Moyne de la Borderie dans son ouvrage retient les principales clauses de l'accord tenu entre les deux partis :

1° Jean de Montfort sera seul duc de Bretagne et possédera tout le duché comme le tenait le duc Jean son oncle *. Jeanne de Penthièvre y renonçant expressément et consentant que Jean de Montfort en fasse hommage au roi de France.

2° La maison de Penthièvre conservera tous ses biens, tous ses apanages en Bretagne, et en fera hommage au duc. Toutefois la veuve de Charles de Blois, qui avait si longtemps porté le titre de duchesse, est dispensée de cet hommage. Mais ses enfants et tous ses héritiers y seront astreints

3° Les Penthièvre posséderont de plus la vicomté de Limoges et en outre dix mille livres de rente assises sur les terres et domaines du comte de Montfort en France (Rethel, Nevers, etc.), sauf le comté de Montfort-l'Amauri.

4° Quant à la succession du duché de Bretagne, il fut stipulé que, tant qu'il y aurait des mâles du sang de Bretagne, nulle femme n'y succéderait, — et par conséquent, si la ligne masculine venait à faillir dans la maison de Montfort, le duché passerait aux Penthièvre

et Monsieur Le Moyne de la Borderie de poursuivre :

Le traité de Guérande ayant été ratifié par le roi du 22 au 31 mai 1366 (1), le duc aurait dû venir sans retard rendre au roi l'hommage du duché de Bretagne. Mais, entre le conseil du roi et le conseil du duc s'éleva une discussion, traitée sans doute par lettres et par mémoires, sur la forme et la qualité de l'hommage du duc. Selon le conseil du roi, le duc de Bretagne devait au roi l'hommage lige,(hommagium ligium); selon le conseil du duc il ne devait que l'hommage simple,(hommagium planum). L'hommage lige imposait au vassal envers son suzerain des obligations beaucoup plus étroites que l'hommage simple. Celui-ci n'impliquait guère d'autre engagement que de ne pas se rebeller contre le suzerain. Par l'hommage lige, le vassal s'engageait à servir et défendre le suzerain contre quiconque pouvait vivre et mourir; à obéir à tous ses commandements, à le servir de sa personne quand il le voudrait. Non seulement on rendait cet hommage à genoux, mais sans épée, sans ceinturon, dans une altitude fort humble. Pour l'hommage simple, le vassal était debout, gardait son épée, son ceinturon, mettait ses mains dans celles de son seigneur en le reconnaissant pour son suzerain et pour marque de fidélité, il le baisait. Le duc de Bretagne vint enfin à Paris et se présenta

 

***C'est-à-dire Jean III.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires