Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 07:59

En 1759, la paroisse de Plénée alors désignée "Plenest", compte environ 4.500 âmes, son bourg est situé à trois lieues de Lamballe,  à deux de Broons  et à une demie lieue du grand chemin de Rennes à Brest. C'est un pays bas, plat et aquatique. Le mal y fut transporté par le nommé François Macé qui en mourut le 7 novembre 1757, & qui l'avoit contracté dans une petite paroisse adjacente, nommée Tramain, composée de 642 âmes, dont 464 eurent cette maladie, & 86 en périrent.  Le nombre des morts auroit été beaucoup plus considérable sans les grandes aumônes que madame la comtesse de  Froulay & plusieurs autres personnes charitables y firent distribuer. M. Le Bret, intendant  de Bretagne, informé des ravages que faisoit cette maladie, me donna ordre le 4 Mars 1758 de m'y transporter avec deux autres personnes pour secourir les malheureux, arrêter le progrès de la contagion, & lui dresser un mémoire de ce que nous observerions. Le voici tel que j'ai eu l'honneur de le lui présenter.

 

 

 Symptômes

 

Cette maladie s'annonce par des symptômes qu'on peu diviser en deux classes. Les uns se trouvent toujours ensemble & dans tous les malades; je les nomme essenciels; les autres ne se rencontrent jamais tous à la fois dans les mêmes sujets, je les appelle accidentels. Ceux de la première classe sont un violent frisson qui dure plus pu moins long tems, un grand mal de tête avec des battements qui subsistent depuis le commencement jusqu'à la fin, suivi de chaleur, d'accablement,  comme si les malades étoient brisés, de difficulté de se mouvoir, du dégoût de tout alimen & de toute boissons, si ce n'est d'eau chaude & de cidre, d'un pouls petit,  fréquent, concentré, dur, intermittent, & d'une éruption cutanée qui paroît du premier au troisième jour . Ceux de la seconde classe sontt de deux espèces, les uns qui accompagnent ou suivent de près les signes essenciels; les autres plus rares , qui ne se remarquent qu'au bout de quelques semaines. Les plus fréquentes sont l'amertume de la bouche, les nausées, les vomissements, les diarrhées, les vers, douleurs  au creux de l'estomac ou sous le cartilage xiphoïde, au ventre qui augmente quand on le presse, oppression, mal de poitrine, de gorge, chaleur interne ou altération, langue noire, sèche, râpeuse, mal au col, au côté, au dos, aux lombes, à toutes les articulations & dans tous les muscles des des extrémités supérieures &  inférieures. Les signes les plus rares sont le flux de sang, vomissement de sang, hémorragie du nez, l'enflure des bras, des jambes qui  abcedent ou coulent sans suppurer,  des furoncles, surdité, fluxion sur les yeux ou sur les oreilles, qui change alternativement de côté, affoiblissement de la vue, ou aveuglement entier qui se guérit par l'enflure  & l'écoulement des jambes, très peu parotide (je n'en n'ai vu que deux) -sic.

 

Observation sur les symptômes

 

Les règles des femmes ont presque toujours apparu avant le 15 du mal. Les femmes enceintes ont toutes accouché pendant la durée du mal, à quelque terme que ce soit, d'enfans morts ou qui ont vécu très peu d'heures. L'éruption cutanée dégénère le plus souvent en gale, à cause de la démangeaison qu'elle excite, du défaut de linge, & de la mal-propreté des malades. Ceux qui n'ont m al qu'à la tête, aux extrêmités, au col, au dos ou aux lombes, n'ont ordinairement ni nausées, ni vomissemens, ni altération; la langue est un peu blanchâtre & humide. Ceux qui ont mal à l'estomac; ont des nausées et des vomissemens, les uns leur sortent le plus souvent par la bouche. Ceux qui ont le ventre tendu, souffrent beaucoup moins dans les extrémités.

 

Observation sur le sang

 

Celui qu'on tire les premiers jours est épais , visqueux, sec, d'un rouge écarlate, se coagulant promptement. Celui qu'on tire du huit au dix, est jaunâtre, conéeux, fluxionaire, marqué de tâches bleues; la férocité qui surnage quand il y en a , forme un coagulum transparent, comme de la gelée de viande, tandis que le dessous est très noir. Celui qu'on tire au bout d'un mois ou  six semaines, est bleuâtre,  verdâtre, noirâtre, ne se coagulant qu'avec peine, & formant avec la lymphe une espèce de bouillie; ou s'il n'y a pas de lymphe, elle est gélatineuse.

 

 

Observation sur les ouvertures des cadavres

 

Nous avons trouvé à la première ouverture tous les vaisseaux de la dure & piemere engorgée de sang, les substances corticales & médullaires du cerveau , parsemées d'une infinité de vaisseaux sanguins très rouges, & très dilatés, (celles du cervelet en avoient beaucoup moins). La partie inférieure des lobes du poumon du côté gauche, très noire & très engorgée de sang, les lobes du côté droit très flasques et très désséchés.  Toutes les ramifications des artères mésentériques supérieures & inférieures  remplie d'un sang noir & coagulé, les intestins un peu livides, et contenant beaucoup de vers. La seconde ouverture nous fit également voir tous  les vaisseaux des méninges remplis d'un sang noir & coagulé , un nombre prodigieux de vaisseaux capillaires sanguins & variqueux répandus dans toutes les substances corticales , & médullaires du cerveau, et du cervelet, le côté droit du poumon gangréné & purulent, du côté gauche, plus noir & plus  engorgé, mais moins purulent...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires