Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2013 4 01 /08 /août /2013 15:01

 

 

st Riveul d'après le vicomte Frotier de la Messelière

 

 

La maison noble de Saint Riveul est située dans la paroisse de Plénée (anciennement Plenest). Mieux vaut éparger le temps que de la décrire. Cette seigneurie relevait directement du Roi; elle était en partie sujette à rachat, et l'autre partie en était exmpte. Elle devait payer à la recette  de Jugon, chaque année, au terme de Noël, une rente appelée mangière de onze sous un deniers avec amende faute de paiement. Elle avait moyenne et basse justice, et sa juridiction s'exerçait tant en l'auditoire de la cour de Jugon que dans ceux des paroisses de Plénée, du Gouray et de Tramain. Le fief ou baillage du Gouray s'étendait dans le Gouray et dans Collinée. Parmi ces rentes qui étaient dues au seigneur de Saint Riveul dans ce baillage, il y  avait une paire de gant qui se payait en l'église de la paroisse du Gouray, le jour de Noël, et en l'endroit de la  grand-messe, entre l'élévation du Saint-Sacrement". Faut il entendre par ces mots que les gants devaient être remis au seigneur de Saint Riveul entre l'élévation de l'hostie et celle du calice ? Ce moment ne me semblerait pas bien choisi, c'est peut être plutôt entre la consécration des saintes espèces et l'élévation qui se fait immédiatement avant le Paster. Parmi les vassaux de ce fief on trouve Gilles Haydurand, sieur du Fresne, et Julien Tardivel, sieur des Murs. Jacques du Rocher avait dans l'église paroissiale de Plénée, comme seigneur de Saint-Riveul, trois tombes et un banc qui lui avaient été octroyés du consentement de l'évêque de Saint-Brieuc et de tous les paroissiens de Plénée. La  pièce que voici, citée par MM. Geslin de Bourgogne et A. de Barthélémy, qui l'ont trouvée dans le cabinet Cornillet, mentionne un très ancien propriétaire de cette seigneurie.
"Mai 1253.- Maitre Guillaume d'Avignon, official de l'archidiacre de Penthièvre, fait savoir que Gebert de Sancto Rivoul et Guillaume Gebert son neveu, ont renoncé à leurs prétentions sur le moulin que l'abbaye de Boquen avait à Plumecheval."

La liste des autres seigneurs de Saint Riveul, que je puis établir d'après mes recherches, commence à Jehan Le Court, seigneur de Saint Riveul et de Perquenen, qui vivait en 1522 et en 1531. Sa famille portait d'azur à l'aigle éployé d'or, avec la devise : Li droict chemin est li court. Rolland Le Court possédait les mêmes seigneuries en 1540 et en 1545. On trouve ensuite, en 1551 et 1556, Gilles Durand mari de Guillemette Le Court, "sieur et dame de Saint Riveul, de la Vigne, de Perquenen"; puis en 1563, Jehanne Durand, mariée à Charles Bouan, sieur du Chalonge, de la Grignardais, etc.

 

     Durant

 

Armoirie Durant

 

C'est donc par des mariages que la seigneurie fut transmise des Le Court aux Durand et de ceux ci aux Bouan. Jeanne Durand étant morte, Charles Bouan, reçut, en 1571, un aveu au nom et comme tuteur de Jean Bouan, sieur de Saint Riveul et de Perquenen, qui demeura propriétaire de ces seigneuries jusqu'en 1608 au moins. Depuis 1618 jusqu'en 1657, le seigneur de Saint Riveul se nomma François Bouan, soit que ce fût un seul personnage, soit qu'il y en ait eu deux successivement car celui qui existait à a dernière date était fils d'un autre François Bouan.

 

bouan

 

Armoirie Bouan

 

François Bouan, marié à Julienne ou Hélène du Perrier, vendit Saint Riveul, le 10 avril 1657, pour 27.000 livres en principal, à Jean du Rocher, sieur de la Haye et du Dilly, qui le posséda jusqu'à sa mort arrivée entre 1665 et 1668. Sa veuve Esther Doudart, acheta la seigneurie des Touches à la famille Leffroy et qui fut vendue judiciairement le 31 mai 1672. Cette seigneurie avait droit d'enfeu et de sépulture prohibitive à tous autres dans la nef de l'église de Plénest, ledit enfeu séparé et appelé la chapelle des Touches, avec droit d'escabeau et d'accoudoir, d'écussons et d'armoiries dans la vitre du côté du midi.     

 

 

Rocher_du

 

  Armoirie du Rocher

 

 

Dans la seconde année après l'acquisition de cette terre, en 1674, Marie Esther Doudart étant morte, ses biens meubles furent vendus à l'encan à Rennes, rue Vasselot, vis-à-vis de la maison neuve des Carmes, dans laquelle cette dame avait trois chambres garnies. Cette vente fut faite à la requête d'Isaac Gouiquet, sieur du Tertre, tuteur des enfants mineurs de Jean du Rocher et d'Esther Doudart, qui héritèrent de celle ci sous un bénéfice d'inventaire. Le fils aîné de Jacques du Rocher, qui succéda à son père comme seigneur de Saint Riveul, fut cependant plusieurs années de sa minorité sous la tutelle d'Isaac Gouiquet. Le premier de sa famille, il prit les titres de chevalier et de comte de Saint Riveul et des Touches, que ses descendants gardèrent; cependant son fils et premier successeur reçut en 1758, une lettre d'un procureur à la Chambre des comptes nommé Bidou, dont je conserve l'orthographe, et dans laquelle on lit : "Quand à La qualité de Chevalier porté Dans notre arrest D'hommage Elle n'est D'aucune conséquence cependant puisqu'elle ne vous Est pas dûe, il ne faut pas la prendre Dans votre aveu". Jacques du Rocher passa plusieurs années au service du Roi en qualité d'enseigne des vaisseaux de Sa Majesté et de capitaine commandant cent soldats de la marine : il y était en 1691. Il se rendit, en 1694, acquéreur de la seigneurie de la Garde, en la paroisse de Saint Judoce. C'est lui qui parait avoir acheté aussi la seigneurie de la Ville Breheu, dont on voit qu'il était aussi propriétaire en 1735. Sa demeure ordinaire était à Dinan. Sa femme, nommée Claude Le Chauff, fille de Guillaume Le Chauff, sieur de Beaunais, descendait des seigneurs de la Motte-au-Chauff, château situé dans la paroisse de Saint Coulomb, près de Saint Malo, de la famille desquels un membre va fournir sujet d'une courte disgression. Le 9 mai 1532, jour de la fête de l'Ascension, l'on célébrait aussi la fête de Saint Nicolas dans une chapelle dédiée à ce saint, et qui était près les moulins de mer, soit en la paroisse de Saint Coulomb, soit en une paroisse voisine, et cette fête était l'occasion d'une assemblée dans ce lieu. Jean Le Chauff, jeune gentilhomme âgé de vingt ans, qui demeurait avec son père à la Motte-au-Chauff, lieu de sa naissance, se rendit en pèlerinage à cette chapelle. Lorsqu'il eut accompli sa dévotion et pris son repas, comme il y avait des danses et plusieurs "joyeusetés" autour de la chapelle, il se mit à danser. Puis, après avoir dansé, s'être égayé et fait bonne chère, Jean Le Chauff se mit en chemin pour s'en retourner à la maison de son père. Comme il s'en allait, des gens qu'il rencontra lui dirent que Jean Bardoul de la Bardoulaye, Geoffroy Huguet du Plessix et un autre s'étaient querellés entre eux, Bardoul et le troisième avaient fort blessés Huguet, qui était tombé presque mort dans un chemin. Jean Le Chauff, à cette nouvelle, fut très peiné et courroucé, parce que Huguet et lui étaient très liés d'une grande amitié, "fréquentans, beuvans, mangeans et couchans souvent foys lun avec l'autre tant aud lieu de la Mote au Chauf que ailleurs". Ces amis étaient, en outre, cousins nés de germains.Jean le Chauff, qui était fort échauffé de vin, s'étant dirigé vers l'endroit où on lui avait dit qu'était Huguet, le trouva tombé à terre et fort blessé. La vue de son cousin, de son grand ami "navré presque à mort" le poussa à suivre les meurtriers, qu'il atteignit à la distance d'un trait d'arbalète : "Bardoulaye, cria-t-il, voyez là un gentilhomme qui se plaint de vous". -"Quel est ce gentilhomme ?" demanda Bardoul. -"C'est mon cousin Plesseix". Ces paroles n'étaient pas prononcées que Le Chauff dégaîna; Bardoul dégaîna de même, et le combat s'engagea. Le résultat fut que Bardoul reçut une blessure dans le côté droit de la poitrine, s'écria qu'il était mort et passa en effet de vie à trépas dans ce même jour, après avoir reçu la bénédiction d'un prêtre. Jean Le Chauff, craignant la justice, s'expatria; mais ses parents obtinrent pour lui du roi François Ier des lettres de grâce données à Chateaubriant dans le mois de mai 1532. Ces lettres, qui m'ont fourni le sujet de ce récit, sont dans les archives de la famille du Rocher de Saint Riveul. Jacques du Rocher mourut le 28 décembre 1739, et son fils aîné, François-Marie du Rocher, fut après lui seigneur de Saint Riveul.  Ci dessous acte de décès Messire Jacques du Rocher seigneur de Saint Riveul, paroisse Saint Malo de Dinan.

Celui ci, né en 1695, se maria, en 1726 avec Françoise Jeanne de la Haye, fille unique de Vincent de la Haye, lequel était frère du comte de Plouër. Comme la fiancée, qui était orpeline, demeurant au château du Bois de la Motte, paroisse de Trigavou, chez son oncle par alliance M. de Cahideuc, la bénédiction nuptiale leur fut donnée dans la chapelle de ce château par messire Pierre du Rocher, sieur abbé de Saint Riveul, recteur de Saint Judoce, qui était frère de Jacques du Rocher. Ci dessous acte de mariage daté du 30 juillet 1726 à Trigavou.   

 

IMG_1325

 

Françoise Jeanne de la Haye, dame de Saint Riveul, était fille d'une cousine germaine d'Angélique Pépin, femme du président à mortier marquis de Marboeuf, cette amie de Madame de Sévigné dont celle ci recevait l'hospitalité à Rennes, et qui mérita de recevoir de l'illustre épîstolaire cet éloge : "C'est une femme qui m'aime, et qui en vérité a de bonnes qualités, et un coeur noble et sincère." madame de Marboeuf, qui survécut à ses deux fils, mourut le 19 mai 1734 dans un âge très avancé; son testament, par lequel elle déshéritait sa famille, fut annulé, de sorte que Madame de Saint Riveul hérita d'elle pour un sixième de l'estoc maternel; l'illustre Mahé de la Bourdonnais se trouvait au nombre des héritiers de l'estoc paternel; on trouve aussi parmi les héritiers dans le même estoc l'un des abbés de Melleray, dont le chanoine Guillotin de Corson parla dans le Congrès de l'Association Bretonne à Ancenis, en 1894; c'est Thomas Boulain, chanoine de Saint Malo. M. et Mme de Saint Riveul vendirent à l'un des cohéritiers la part qui leur appartenait de la succession, pour 5,000 livres; et ce prix; joint à 30.000 livres qu'ils obtinrent ensuite de la succession d'une demoiselle de la Hautonnière, leur servit à acquérir la terre du Plessix Gautron *, qu'ils achetèrent en 1742. 

 

 Plessix Gautron à Sévignac 

 

Des certificats du greffier des Etats de Bretagne nous apprennent que François Marie du Rocher de Saint Riveul assista aux Etats à Rennes en 1750, 1752, 1754, 1756 et 1762/ Dès 1707, il avait assisté à ceux qui s'étaient tenus à Dinan, mais le certificat ne mentionne pas qu'il y ait eu voix délibérative comme dans les autres, c'est qu'il n'avait alors que douze ans. François Marie du Rocher de Saint Riveul avait, en 1767, une pension de 150 livres sur l'Etat du duc de Penthièvre; et, la même année, son fils Jean Victor, chevalier de Saint Riveul, capitaine au régiment d'Aquitaine, en obtint une de 100 livres du même duc. François Marie mourut en 1778, et sa veuve en 1785. Les archives de la seigneurie de Saint Riveul font connaitre qu'ils laissèrent après eux trois fils, dont l'aîné, qui fut leur héritier principal portait les noms d'Henri-François-Jean. Né dans le mois de mars de l'an 1730, ce nouveau seigneur de Saint Riveul avait épousé Anne Bernardine Roger de Campagnolle. Il assista aux Etats à Rennes en 1786, puis on ne le retrouve plus qu'émmigré à Jersey; c'esr là qu'il mourut le 5 janvier 1810. Par son testament il institua légatairesde ses biens deux gentilhommes et deux prêtres émigrés comme lui, mais non sans leur avoir fait connaitre verbalement ses intentions, qu'ils accomplirent fidèlement, si ce n'est que l'un des gentilhommes semble avoir refusé le legs par scrupule pour la légalité; c'était un fidéi-commis : les légataires n'étaient qu'exécuteurs testamentaires; le fils d'Henri de Saint Riveul et le fils de sa fille furent ses héritiers. Anne Bernardine Roger de Campagnolle était morte aussi à Jersey le 4 janvier 1800. Le premier frère puîné de Henri François Jean de Saint Riveul, Jean Victor du Rocher, chevalier de Saint Riveul, né le 12 novembre 1733, devint capitaine commandant de grenadiers au régiment d'Aquitaine et chevalier de Saint Louis. Les seigneuries de la Garde, des Vieilles Cours et de la Ville Bréheu lui appartinrent. La Révolution le fit émigrer, et c'est à Saint Hélier (île de Jersey) qu'il mourut le 7 novembre 1809. Le second puîné, qui se nommait Emmanuel-Marie, né le 4 décembre 1734, vicomte de Saint Riveul, sieur de la Ramerais, fut capitaine des vaisseaux du Roi, chevalier de Saint Louis, puis chef de division commandant la cinquième escadre en 1786. Le 7 juin 1788, il commandait la station de l'Inde. Dix ans après, en 1798, il fut nommé chef d'escadre par Charles-Philippe, frère du Roi, lieutenant général du royaume au nom de Louis XVIII. Il mourut en Angleterre en 1800; le quatrain que voici fut fait pour être gravé sur sa tombe :

 

Son coeur de l'amitié fut le parfait modèle;
Il cultiva les arts; il pratiqua le bien.
A l'honneur, à son roi dans tout les temps fidèle,
Il vécut pour la gloire et mourut en chrétien.
 

 

Ces deux puînés paraissent être restés célibataires; en tout cas, ils n'ont pas laissé de postérité. Leur aîné, Henri François Jean, dernier seigneur de Saint Riveul, fut père de dux enfants, dont l'un, le camarade de classe de Châteaubriant, portait les noms d'André François Jean. Né au château de Saint Riveul le 21 avril 1769 *, ce jeune gentilhomme "fut inscrit sur le contrôle de l'école militaire de la compagnie des chevaux légers de la garde du Roi le Ier mai 1814, y fut reçu le 27 juillet suivant, y fit une année d'exercices avec beaucoup de distinction, au contentement de ses supérieurs commandants, et le service auprès de la personne du Roi avec toute l'exactitude quil requiert". Voilà tout ce qu'on peur savoir de sa courte vie. Le registre des sépultures de la paroisse de Toussaint de Rennes pour 1789 mentionne qu'il mourut le mardi 27 et qu'il fut inhumé le jeudi 29 janvier de cette année, en présence du clergé. Les héritiers de son unique neveu ne savent rien de lui; des parents ou alliés de sa famille sont dans la même ignorance à son sujet. Si Châteaubriant ne nous avait appris "qu'un gentilhomme, nommé Saint Riveul, fut tué en se rendant à la salle des Etats", on ne le saurait point. J'ai eu la satisfaction de découvrir quels étaient ses prénoms, les dates de sa naissance et de sa mort et son service dans la compagnie des chevau-légers de la garde. Le curé de la paroisse de Toussaint de Rennes, qui enregistra sa sépulture, lui attribua l'âge d'environ 24 ans, mais n'en n'avait pas même vingt accomplis. Comment pouvait-il avoir entrée aux Etats de Bretagne malgré la déclaration du roi du 26 juin 1736, qui exigeait pour cela l'âge de 25 ans accomplis ? Je ne me charge pas de l'expliquer.* Ci dessous l'acte de baptême dudit André daté non du 21 avril 1769 mais du 21 avril 1767. Il était par conséquent entré dans sa vingt deuxième année quant il fut tué à Rennes.

 

 

     IMG_1313

 

 

Son frère, Victor du Rocher de Saint Riveul, fut nommé sous lieutenant de remplacement dans le régiment d'Aquitaine-infanterie le Ier mars 1786. Il rejoignit à Worms le prince de Condé dans le mois d'octobre 1791, le suivit à Oberkirk, fit sous ses ordres les campagnes de 1792; 1793, 1794, 1795, 1796  et 1797, la première dans la compagnie composée des officiers de son régiment, et les autres avec eux dans la compagnie n° 2 des chasseurs nobles. Il se trouva aux différentes affaires qui eurent lieu pendant le cours de ces campagnes, nommément à celles du 20 et du 21 août, 12 septembre, 13 octobre, 2 et 8 décembre 1793, et à celles du 13 août, 2, 18, 19 et 24 octobre 1796; et il montra toujours beaucoup de zèle, de courage et de bonne volonté. Des passeports signés par le prince de Condé nous apprennent que, entre temps, il fit plusieurs petits voyages. Nous le voyons, en dernier lieu, passer par Ulzen le 5 novembre 1797, muni d'un passeport daté d'Huherlingen, 29 octobre, pour aller à Hambourg. La ville d'HuUherlingen étant sur le bord du lac de Constance, Victor de Saint Riveul, traversa donc, dans ce voyahe, toute l'Allemagne du sud au nord, c'est peut être alors qu'il quitta l'armée de Condé. Il fut amnistié en 1812  pour fait d'émigration. L'héritage de son père, consistant en des capitaux placés en Angleterre, lui servit à ssecourir de nombreux prisonniers de guerre français dans ce pays par des prêts d'argent qu'il leur fit. Ce dernier des de Saint Riveul fut tué en duel à Rennes le 15 juin 1815, dans l'excavation de la promenade du Thabor, qu'on appelle l'Enfer. Comme il n'était pas marié, le dernier descendant de cette famille fut le fils unique de sa soeur, le regretté M. de Benazé, qui représentait, il y a trente et quelques années, le canton de Saint Jouan de l'Isle au Conseil général des Côtes du Nord.     

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires