Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 11:32

 

   

 

La famille de L'Hermine qui portait pour armoiries "d'azur à la croix ancrée d'argent, guivée d'or" comptait parmi ses représentants : Jean de L'Hermine, qui prit part à la septième Coisade en 1248, mais aussi Guillaume de L'Hermine qui paraissait à la montre de Olivier de Mauni en 1371. Ledit Guillaume d'après les renseignements fournis par Jean Ogée, diposait de Couellan, et fit construire le manoir des Landes de Causne.  

 

 

 

 

Armoiries de L'Hermine

 

Un autre membre de cette maison : Raoul de L'Hermine fit construire en 1442 celui de Raoul-Guneral, le même donné sieur de la Ville; même année, Guillaume de L'Hermine, sieur de Coeslogat en Guitté, probablement Couellan. D'ailleurs une autre mention du personnage devient sous les plumes des commissaires  P. de Bonatri & B. Sevestre : -G.Lermine, au Coetellan. Et 'aouter au sujet de ce dernier : G.Lermine, a nouvellement basti es landes de Caune; y tient un métaïer exempt  Alain de L'Hermine est donné seigneur de Couellan en 1480 lorsqu'il parait à la montre de la paroisse de Guitté ainsi qu'à Guenroc, paroisse voisine. Porteur d'une brigandine et comparaissant armé d'un archer, ledit Alain de L'Hermine percevait la solde de 100 livres Les commissaires qui enregistrèrent ces montres nobiliaires évoquent aussi en 1513 pour la paroisse de Guitté : Jean Lermine, sr de Villée, tient led.lieu et y a un journel rot. adjoint. Déjà cité en 1480 au même lieu de la Villée, percevait 60 livres de revenu mais était défaillant. Alain de L'Hermine mentionné ci-dessus était fils et héritier dudit Guillaume; il épousa Isabeau Pollo Au prieuré de Léhon, figure la pierre tombale de l'arrière grand père de Isabeau Pollo : Raoul Pollo, un des signataires du traité de Guérande, à l'issue de la guerre de succession de Bretagne (ci dessous). .

 

 

 

Jeanne de L'Hermine, fille de Alain, transporta le domaine de Couellan à une famille établie à Caulnes, la famille du Boisjean, dont les armoiries étaient : "de gueules au chevron d'argent chargé de trois tourteaux de même"

 

   

 

 

 

Armoiries du Boisjean

 

 

 

De l'union de Jeanne de L'Hermine et Alain du Boisjean naquit un fils pénommé Jean marié à Gillette de Coëtlogon. Louis, fils de ces derniers, puis Julien leur petit-fils se succédèrent sur la terre de Couellan. Précisément, Julien du Boisjean épousa Julienne de Clairefontaine, et il semble que ce soit en leur présence que le château de Couellan fut incendié par les troupes de Mercoeur lors des Guerres de la Ligue. Magdelaine du Boisjean leur fille née en 1569 hérita du domaine. Elle épousa vers 1603 Simon Hay des Nétumières, et ce sont eux qui relevèrent le château de Couellan vers 1620 comme l'atteste une date sur la cheminée de la partie la plus ancienne.

 

 

 

 

Armoiries Hay des Nétumières

 

 

Le possesseur de Couellan, exerçait la charge de Conseiller au Parlement de Bretagne en 1595. Il  s'éteignit d'ailleurs à Rennes le 3 juillet 1635, et son inhumation eut lieu deux jours plus tard, le 5 juillet en l'église de Caulnes, où les seigneurs de Couellan disposaient du droit d'enfeu. Magdelaine du Boisjean, dame de Couellan, se remaria  le 17 octobre 1643 à l'âge de 74 ans avec Sébastien de Rosmadec, gentilhomme de 29 ans Elle fut inhumée le 30 août 1658, elle s'était éteinte la veille âgée de 91 ans. Mathurin Monier nous décrit l'endroit  de Couellan : Ce château Louis XIII ne comprenait que la moitié ouest du château actuel, il était entouré d'un  quadrilatère  de murs bordés de douves sèches, avec dans les angles quatre pavllons faisant légèrement saillie dans les fossés et percés de meurtrières. On accédait à la cour intérieure par un portail à pont-levis, aujourd'hui reconstruit au bord de la route de Guitté.

 

 

Paul Hay des Nétumières succéda à son père à la tête du domaine en 1635. Il avait épousé une parente du ministre des finances :  Françoise Fouquet, morte à Rennes le 25 octobre 1665. Cette puissante famille Hay des Nétumières disposait également de la forteresse de la Hardouinaye en Saint Launeuc. Acquisition obtenue lors de l'alliance dudit Messire Simon II Hay des Nétumières, fils de Paul Hay, seigneur de Couellan et dame Françoise Fouquet avec Catherine Doisseau de Poulancre. 

 

 

 

Dans l'église de Caulnes,

les armes en alliances des familles Hays des Nétumières et Doissseau de Poulancre

 

C'est Simon II qui entrepris la seconde tranche des travaux à Couellan, une terrasse fut ainsi ajoutée devant le logis. Logis bâti d'est en ouest sur un glacis, selon l'inventaire général du patrimoine culturel rédigé en 2009 par Véronique Orain et  Jean-Jacques Rioult : le pavillon ouest conçu au bas de la pente  avec un niveau de soubassement à l'origine isolé, une terrasse, au devant de sa façade sud, soutenue par un mur en pierre de taille permettant de racheter la pente du terrain a été rajoutée , probablement vers la fin du XVIIe siècle. On y accède par un escalier en fer à cheval, établi dans l'axe de l'entrée prinicpale du logis. Les communs et la chapelle s'intégraient dans une enceinte à caractère défensif...

 

 

...On y accède par un escalier en fer à cheval

 

 

La chapelle 

 

Deux  des fils de Simon II et de son épouse Catherine Doisseau de Poulancre se noyèrent dans l'étang de la Hardouinaye, le troisième, capitaine d'infanterie fut tué à la bataille de Landau  en 1703, leur soeur Renée Catherine épousa Jean Baptiste de Derval, seigneur de Brondineuf à Sévignac, fils de Claude de Derval et de Jeanne de Saint Pern. De leur union naquirent deux filles Marie Françoise Emilie Angélique et Louise Hyacinthe. L'aînée naquit le lundy neufvième juin mil six cent quatre vingt dix  huit vers les onze heures du soir et fut baptisée dans la chapelle de Brondineuf le lendemain par Claude Sevizay, recteur de Broons. Elle épousa le 3 octobre 1715 à Sévignac, son cousin Pierre de Saint Pern, Conseiller au parlement de Bretagne et seigneur de Ligouyer. La cadette de la famille : Louise Hyacinthe  épousa pour sa part Bonaventure Hilarion de Saint Pern.  

 

 

Armoiries de Derval

 

 

Armoiries de Saint-Pern

 

René Célestin de Saint Pern, fils de Marie Françoise Emilie Angélique de Derval et de Pierre de Saint Pern contracta alliance avec Marie Philippe de l'Ollivier de Saint Maur, héritière d'une très riche famille. Ayant démissionné de l'armée lors de son mariage, il s'était notamment distingué à la bataille de Saint-Cast en 1758. Son frère Louis Bonaventure accompagna La Fayette et s'en fut combattre les troupes anglaises en 1776 permettant aux Etats Unis d'Amérique d'obtenir leur indépendance. René Célestin de Saint Pern fut à l'origine  des travaux d'agrandissement du château de Couellan entre 1775 & 1777. Il est vrai que le couple eut dix neuf enfants. Quand la Révolution éclata, si nombre de ses enfants avaient émigrés, son épouse et lui furent incarcérés à Saint Malo, de là ils furent transférés en charrette jusqu'à Paris. La marquise fut décapitée le 20 juin 1794, un mois plus tard se fut le tour de leur belle-fille et de leur petit-fils Bertrand âgé de 17 ans. Quand au vieux marquis, sorti de prison, il mourut de chagrin et d'épuisement, le 4 octobre 1796. Jean de Saint Pern, fils des précédents racheta en 1808 le domaine de Couellan qui avait été confisqué et vendu. Les neveux de Jean de Saint Pern se succédèrent à la tête du domaine qui sera d'abord vendu en 1917 puis en 1928. Monsieur Dorange alors propriétaire entrepris des travaux de restaurations.     

 

   

 

entrée du bois

 

    

 

la charmille

 

    

 

portail du parc provenant du château du Lattay à Guenroc 

 

     

 

    

   

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires

brunet annie 18/02/2017 18:23

VOus parlez de deux des enfants de Catherine Doisseau et Simon Hay de Couellan qui se sont noyés dans l'étang de la Hardouinais. Je ne trouve nulle part mention de ces enfants dans les arbres généalogiques de cette famille. En quelle année sont-ils décédés?
Merci