Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juin 2012 6 23 /06 /juin /2012 15:10

 

 

Armoiries des possesseurs du lieu : de Merdrignac, de Beaumanoir, de Dinan, de Laval, de Scepeaux, de Gondy, Doisseau, Hay de Coëllan, de Derval,  Saint Pern


 

C'est à l'orée de la forêt de la Hardouinaye en la paroisse de Saint Launeuc que fut aménagée cette forteresse au cours du XIVème siècle. Sans nul doute que le souvenir de la divinité gauloise Arduinna vénérée comme déesse de la forêt par les druides a dû longtemps hanté les lieux. Représentée comme chevauchant un sanglier, elle a aussi donné son nom au village des Ardennes qui est adossé au Bois de Plumaugat . A n'en pas douter elle fut vénérée en ces deux lieux. La Hardouinaye était un château très fort, flanqué de quatre superbes tours, environné de très larges douves sur lesquelles s'abattait un pont levis devint la demeure ordinaire dans ces temps de guerre.


 

 

Les vicomtes de Merdrignac disposaient de l'endroit, ainsi Robert, vicomte de Merdrignac marié  Denise Goyon de Matignon aussi à la tête du lieu. Ils effectuèrent diverses donations à l'abbaye de Saint Aubin des Bois en Plédéliac, et Denise de Mâtignon sera reconnue fondatrice par les moines de cette abbaye. Elle mourut sans postérité en 1284, et on peut penser que Guinaman de Merdrignac qui se retrouva à la tête de la terre de la Hardouinaye était son neveu. La fille de Guinaman : Jeanne de Merdrignac fut alors pourvue de la  vicomté de Merdrignac et de la baronnie de la Hardouinaye, elle épousa vers 1294 Jean Ier de Beaumanoir, seigneur dudit lieu. De leur union naquirent trois enfants : Jean, Guillaume et Robert. C'est l'aîné des enfants de Jeanne de Merdrignac : Jean de Beaumanoir deuxième du nom qui recueilli l'héritage, il est effectivement titré seigneur de Merdrignac; pour sa part, il épousa Marie de Dinan, fille de Robert de Dinan et de Thomasse de Chateaubriand et en eut au moins deux fils : Jean III -qui suit, et Robert fondateur de la maison du Besso. Jean III de Beaumanoir s'illustra au cours de la guerre de succession de Bretagne, notamment lors du combat des Trente qui opposa trente chevaliers du clan Montfort  à trente du clan Blois/Penthièvre auquel il s'était rallié

 

 

 

Jean de Beaumanoir

 

C'est sa fille Jeanne de Beaumanoir, issue de sa seconde union avec Marguerite de Rohan, qui reçu la Hardouinaye à sa mort. Celle ci épousa  Charles de Dinan, seigneur de Châteaubriand et de Montafilant. Charles de Dinan s'illustra tout comme son beau père à la guerre de succession, ainsi en 1356 il fit partie de la défense de la ville de Rennes assiégée par le duc de Lancaster, sauva la vie de du-Guesclin lors d ela guerre d'Auray,et s'en fut malgré tout accueillir son adversaire Jean IV de Montfort à Saint Malo à son retour d'Angleterre. A la mort de son père Charles survenue en 1418, Jacques de Dinan reçut la Hardouinaye. Chevalier banneret, seigneur de Beaumanoir, de Montafilant, et du Bodister, de Merdrignac et de la Hardouinaye, il fut aussi capitaine de Josselin et  gouverneur des ville et Château de Sablé, grand bouteiller de France, Chambellan de Bretagne. Il  mourut le 30 avril 1444 laissant de son union avec Catherine de Rohan une fille prénommée Françoise. Née le 20 novembre  1436, Françoise de Dinan était très convoitée car à la tête d'un imposant héritage, sa grand mère maternelle n'était autre que Marguerite de Bretagne fille du duc Jean IV de Montfort. Elle  est alors fiancée au jeune Guy XV de Laval  mais convoitée, elle est bientôt enlevée par le jeune prince rebelle Gilles de Bretagne qui l'épouse. Mais ce prince rebelle sera lui même sur ordre de son frère le duc François Ier enfermé au château de la Hardouinaye  dans l'une des chambres basses  dont la fenêtre grillée donnait sur le fossé. Après un long calvaire en ce château de la Hardouinaye, il sera étranglé en 1450. 

 

 

Françoise de Dinan


 

Gilles de Bretagne

 

 

Pierre de la Rivière, Seigneur de Saint Quiouait est alors commandant de la Hardouinaye. La jeune veuve âgée de 16 ans épousa dès lors le père de son ancien fiancé, un homme âgé de 45 ans qui lui donna trois fils. Le puisné prénommé François épousa en 1486 Françoise de Rieux, leur fils aîné : Jean de Laval, épousa pour sa part Françoise de Rieux, favorite du roi François Ier. Il deviendra aussi gouverneur de Bretagne lorsque celle ci fut rattachée à la couronne. François Ier roi de France séjourna ici du 5 au 11 juillet 1532 afin de préparer le rattachement de la Bretagne à la France. Guy de Scepeaux, chevalier, seigneur dudit lieu premier du nom transmit la Hardouinaye à son fils pareillement prénommé. Guy II de Scepeaux, comte de Chevillé, est baron de Mortagne, seigneur de Beaumanoir, Guilledo et la Hardouinaye. C'est sa bisaïeule  Louise de la Haye, fille de Thomine de Dinan qui transmit ces derniers domaines aux Scepeaux après la mort de Jean de Laval survenue en 1541. De son union avec Marie de Rieux, Guy II de Scepeaux eut une fille prénommée Jeanne et mariée à Henri de Condi, duc de Retz, général des galères de France, pair de France, chevalier de l'ordre du roi. Catherine de Condi, leur aînée épousa elle même Pierre de Condi, duc de Retz. (ci dessous)   

 

 

C'est lui qui vendit vers 1666 la Hardouinaye conjointement  à Jean & Michel Chappel d'une part :  deux  fermier généraux parisiens, ainsi qu'à Marthe et Jacques Siméon Doisseau. Mais déjà à cette époque la forteresse n'était qu'un amas de ruine. Titres généraux : arrêt du Parlement de Bretagne portant main levée de la saisie de la seigneurie de  Merdrignac au profit de Pierre de Condy, duc de Retz, seigneur de Merdrignac et de La Hardouinaye (1666). Jacques Doisseau 1682-1701  "seigneur de la Hardouinaye" était le propriétaire  des forges de Vaublanc, Il n'et pas impossible qu'il fut à l'origine de l'exploitation de la forge de la Hardouinaye et de l'aménagement de son étang.


 

Jacques Doisseau  eut une fille prénommée Catherine qui transporta à la famille Hay de Coëllan en Guitté le domaine, elle épousa Simon Hay. L'héritière de ceux ci : Catherine Hays épousa pour sa part Jean Baptiste de Derval vers 1665  et leur fille Louise Hyacinthe se maria avec  Bonaventure Hilarion de Saint Pern. Au cours de cette période l'étang et la forge de la Hardouinaye furent aménagés. Cette famille de Saint Pern était encore présente à la Hardouinays à travers la comtesse Alexandre de la Lande de Calan morte à Saint Brieuc en 1829 née Emilie Louise de Saint Pern (portraits ci dessous)

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires