Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 12:36
   
 
1064 -Sièges de Dol, de Combourg et de Dinan
   
Rappel les faits : quelques seigneurs bretons mécontents de la tyrannie du jeune duc Conan de Bretagne, firent appel au duc de Normandie Guillaume le Conquérant trop occupé pour recueillir la couronne royale d'Angleterre. Quant enfin disponible il revint en Normandie, il vint réprimer les courses que les Bretons faisaient aux environs de Avranches et aménagea sur la frontière qui séparait la Normandie de la Bretagne le Fort de Saint James ce qui provoca le courroux de Conan de Bretagne. Dès lors le jeune intrépide dépêcha au Normand son Hérault d'armes pour l'inviter au combat. Le conquérant s'avança dès lors à la tête de ses troupes sur la Bretagne et pendant ce temps, un certain Rivallon, chef rebelle  au jeune duc de Bretagne avait prit la défense de la cité de Dol. Conan  s'en fut mettre le siège devant Dol pensant prendre la cité de Saint Samson très vite. Il fut très surpris par le talent du chevalier Rivalon. A l'approche du puissant allié de celui ci, Conan II s'enfuit vers Rennes. Après cette courte expédition Guillaume le Conquérant retourna en Normandie, et profitant de cette absence, Conan s'en fut assiéger le château de Combourg dont il se rendit maître de la Place en peu de jours, et exila Rivallon pour sa révolte. Dans cette démarche, le jeune duc Conan  fut  aidé par le Vicomte Hamon, son Gouverneur, Morvan, Vicomte de Léon, Geoffroi le Bâtard Comte de Rennes, Raoul de Gaël, Judicaël de Lohéac & Alain de Rieux. Ce fut vers cette période poursuit Hyacinthe Morice qu'il reprit le château de Dinan, supposé que Guillaume ne l'eut  pas abandonné avant son départ.   L'année suivante, Guillaume Le Conquérant reprit la cité de Dinan. La tâpisserie de Bayeux relatant les faits d'armes de Guillaume le Conquérant évoquait cette prise de Dinan en 1065.  
 
1167 -Prises de Josselin, Vannes, Auray, Léhon, Hédé, Tinténiac et Bécherel
 
Henri II conduisit plusieurs opérations sévères contre les forteresses – Josselin, Auray, Léhon, Bécherel. Des rebellions se déroulèrent contre Henri Plantagenêt roi d'Angleterre après que celui ci se fut emparé de la cité de Dol, profitant du décès de Jean II de Dol. Au sein du groupe des insurgés figuraient Raoul II de Fougère, Eudon de Porhoët, Henri Ier d'Avaugour, Rolland de Dinan et Hervé de Léhon. Les rebelles furent vaincus et  Plantagenêt put étendre sa suprêmacie sur l'ensemble de la Bretagne en  en mariant son troisième fils Geoffroy avec Constance la fille du duc Conan IV dit le Petit car soumis aux ennemis. En prime il confisqua les principales défenses des chefs rebelles : ce furent d'abord Josselin, Vannes et  Auray qui furent prises à Eudon de Porhoët. Quant à Rolland de Dinan, il assista impuissant aux sièges de ses places fortes : Léhon, Hédé, Tinténiac dont le château fut détruit et enfin Bécherel qui résista quelques temps, mais les défenses de la cité s'écroulèrent finalement sous les coups des machines de siège de l'envahisseur (Jacques Choffel). Les Brabançons hommes de main du souverain anglais suivirent rapidement les cours de la Rance, brûlant, pillant, saccageant tout sur les deux rives. Malgré l'étendue du désastre, Roland de Dinan et son cousin Geoffroy de Montfort ne s'inclinèrent pas. D'autres sièges allaient de nouveau se produire entre les différents partis ennemis.     
.
XII-GUERRIER-1110
 
 
    Divers faits dans le cadre de la guerre de succession de Bretagne
 
 
 
1342 -Prise de Jugon
 
Charles de Blois, réussit en 1342 à mettre main basse sur l'un des bourgeois de la ville de Jugon, qui par crainte d'être tué, préféra trahir la garni:son et permit à l'assaillant de rentrer dans Jugon. Le chroniqueur Jéhan Froissart nous relate les faits «Entroes que messire Carles de Blois séjournoit à Craais et que il entendoit pourveir et à ordonner ses ganisons et à rafrescir de gens, de vivre et d'artillerie, et chevauchoit ses marescaux, de l'un à l'autre, avint que ungs riches bourgois et grans marchans de la bonne ville que l'on claimme Jugon, fut une heure encontrés de son marescal, monseigneur Robert de Biaumanoir, et fut pris et amenés à Craaispar devant monseigeur Charle. Chils bourgois de Jugon faisoit touttes les pourvéances le contesse de Montfort estoit à Jugon moult crues et moult armés. A che dont estoit cappittainne et souverains, de par le contesse, de la ville de Jugon, ung gentil chevalier que l'on clammoit monseigneur Gérart de Rochefort. Chils bourgois de Jugon, qui enssi fu pris, eut grant paour de morir: si pria que on le laissast passer pour raenchon; on ne le mies acorder mais fut mi en prison, et depuis tant enquis et examinés d'une cause et d'autre qu'il eust en convent de rendre la ville de Jugon et dist que il estoit bien en se puissance de livrer l'une des portes et de mettre ens gens d'armes pour saisir le ville...» Au jour et à l'heure convenue, le traitre auquel une rente de 500 livres avait été promise, ouvrit l'une des portes de la garnison «chils jour fu venus, les portes à heure de mienuit furent ouvertes. Si entra messires Charles de Blois à celle heure en le ville à grant puissanche. Le ghaite du castel s'en perchut; si commencha à cryer: As armes, trahi, trahi...»  
 
    prise de jugon
 
 
1356  -Siège de Rennes. 
 
Au cours du mois d'octobre, c'est la ville de Rennes qui est assiégée par les troupes de Henry de Grosmont duc de Lancaster, Afin d'inciter les occupants de la place forte à ouvrir les portes de la ville à ses troupes, l'anglais fait paître des porcs auprès des Portes Mordelaises, mais Penhoët, capitaine de la garnison à la solde de Blois fait suspendre une truie qui par ses cris va attirer les gorets à l'intérieur de la cité, délivrant ainsi les assiégés de la famine. Du Guesclin libéré de Londres, avec ruse parviendra lui aussi à déjouer les assiégeants et sera peu après adouber au château de Montmuran par Charles de Blois qui le nommera capitaine de Pontorson et du Mont Saint Michel. Précisément Montmuran fera l'objet d'un siège des troupes françaises en 1365
 
1371 -Siège de la Motte Broons
 
Agissant sur ordre du roi de France, le connétable Olivier de Clisson obligea Broon à se rendre, puis en 1387, la ville de Broon fut au nombre des villes que ce même Olivier de Clisson fut contraint de donner à Jean IV pour sortir du château de l'Hermine, le capitaine de la Motte Broon était alors Bertrand du Parc. Elle lui fut rendue le 20 juillet 1388. Bertrand du Chastel est alors capitaine du chastel de Broon
 
1410 -Siège de Lamballe
 
Nous avons vu comment, après la guerre de succession de Bretagne, un piège fut tendu au duc Jean V. Margot de Clisson dont la belle-mère Jeanne de Penthièvre avait été privée de la couronne ducale, avait imaginé un plan  consistant à retenir Jean V  prisonnier et à proclammer son époux Jehan de Blois nouveau duc. La tentative échoua car les Bretons lassés de la giuerre civile qui avait précédé ne suivirent pas Margot de Clisson dans son plan machiavélique. Assistée de son fils Olivier de Blois,  ladite Margot donna ordre au maréchal de Coëtquen  de s'en aller camper sous les murs de Lamballe.   
 
  siege_fougeres_chartier 
 
1488 -Sièges de Dinan et de Rennes 
 
Après la défaite de Saint Aubin du Cormier, les troupes françaises vinrent mettre le siège devant la ville de Dinan.  Le sieur Jean de Coëtquen était gouverneur de la ville au nom du duc François II, y fit édifier sept tours d'artillerie, principalement la tour de Saint-Julien, la tour de Lesquen, la tour de Penthièvre, de Beaumanoir et de Coëtquen. Pourtant ces travaux furent inutiles car le gouverneur finit par se rendre au représentant du royaume de France. La jeune duchesse Anne de Bretagne orpheline depuis la mort accidentelle de son père épousa par procuration l'empereur Maximilien d'Autriche, espérant vainement le soutien de quelques troupes étrangères. Hélas  ce soutien militaire n'arriva jamais et confrontée à la trahison du maréchal de Rieux, Anne le coeur gros dut se résoudre à se rendre sachant très bien que l'armée bretonne ne ferait pas le poids face à celle des troupes de France sous le commandement de la Trémoille. 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article

commentaires