Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 19:26

 

 

Daik, mab gwenn Drouiz, ore 
Daik, petra fell dit-te ? 
Petra ganin-me dit-te ? 

Ar bugel 

- Kan din eus a ur rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Hep rann ar red hepken 
Ankou, tad an anken 
Netra kent, netra ken 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore 
Daik, petra fell dit-te ? 
Petra ganin-me dit-te ? 

Ar bugel 

- Kan din eus a zaou rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Daou ejen dioc'h ur gibi 
O sachat, o souhetiñ 
Edrec'hit an estoni ! 
Hep rann ar red hepken 
Ankou, tad an anken 
Netra kent, netra ken 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a dri rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Tri rann er bed-mañ a vez : 
Tri deroù ha tri diwezh 
D'an den ha d'an derv ivez 
Teir rouantelezh Varzhin 
Frouezh melen ha bleun lirzhin 
Bugaligoù o c'hoarzhin 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din a bevar rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Pevar maen higoliñ 
Maen higoliñ da Varzhin 
Higoliñ klezier vlin 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a bemp rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Pemp gouriz an douar 
Pemp darn en hoar 
Pemp maen war hor c'hoar 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a c'hwec'h rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- C'hwec'h mabig graet e koar 
Poellet gant galloud loar 
Ma n'ouzez-te, me oar 
C'hwec'h louzaouenn r perig 
Meskañ 'r gaoter 'ra 'r c'horrig 
En e c'henou e vizig 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a seizh rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Seizh heol ha seizh loar 
Seizh planedenn gant al lar 
Seizh elfenn gant bleud an aer 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a eizh rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Eizh avel o c'hwibannat 
Eizh tan gant an Tantad 
E miz Mae e menez kad 
Eizh ounner wenn-kann-eon 
O peuriñ en enez don 
Eizh ounner wenn d'an Itron 
Seizh heol ha seizh loar... 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a nav rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Nav dornig gwenn war daol leur 
E-kichen tour Lezarmeur 
Ha nav mamm o keinañ meur 
E koroll, nav c'horrigan 
Bleuñvek o blev, gwisket gloan, 
Kelc'h ar feunteun, d'al loar-gann 
Gwiz hag he nav forc'hell all 
E toullig dor an houc'hzal 
O soroc'hal, o turc'hial, 
O turc'hial, o soroc'hal, 
Torc'h, torc'h, torc'h ! d'ar wezenn aval 
An hoc'h kozh d'o tiorreal 
Eizh avel o c'hwibannat... 
Eizh ounner wenn-kann-eon... 
Seizh heol ha seizh loar... 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a zek rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Dek lestr tud gin a welet 
O tonet eus a Naoned 
Goa ! c'hwi, goa ! c'hwi, tud Gwened ! 
Nav dornig gwenn war daol leur... 
E koroll, nav c'horrigan.. 
Gwiz hag he nav forc'hell all... 
O turc'hial, o soroc'hal... 
Eizh avel o c'hwibannat... 
Eizh ounner wenn-kann-eon... 
Seizh heol ha seizh loar... 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a unnek rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Unnek beleg houarneset 
O tonet eus a Wened 
Gant o c'hlezeier torret 
Hag o rochedoù gwadek 
Prenn-kolvez da vazh-loaek 
Eus a dri c'hant o unnek 
Dek lestr tud gin a welet... 
Nav dornig gwenn war daol leur... 
E koroll, nav c'horrigan.. 
Gwiz hag he nav forc'hell all... 
O turc'hial, o soroc'hal... 
Eizh avel o c'hwibannat... 
Eizh ounner wenn-kann-eon... 
Seizh heol ha seizh loar... 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken... 
Daik, mab gwenn Drouiz, ore,etc. 

Ar bugel 

- Kan din eus a zaouzek rann 
Ken a oufen bremañ 

An Drouiz 

- Daouzek miz, daouzek arouez, 
An diwezhañ-andivezh 
Saezher, hellink flimm e saezh, 
Daouzek arouez en em zrailh 
Ar Vuoc'h gen, ar Vuoc'h zu-bailh, 
O tonet eus Koad-ispailh 
Flemm ar saezh en he c'herc'henn 
He gwad o redek oc'hpenn 
O vlejal-hi, sonn he fenn 
Korn o son boud, tan ha taran, 
Glav hag avel, taran ha tan ! 
Tra ken mui-ken ; tra na rann ! 
Unnek beleg houarneset... 
Hag o rochedoù gwadek... 
Dek lestr tud gin a welet... 
Nav dornig gwenn war daol leur... 
E koroll, nav c'horrigan.. 
Gwiz hag he nav forc'hell all... 
O turc'hial, o soroc'hal... 
Eizh avel o c'hwibannat... 
Eizh ounner wenn-kann-eon... 
Seizh heol ha seizh loar... 
C'hwec'h mabig graet e koar... 
Pemp gouriz an douar... 
Pevar maen higoliñ... 
Tri rann er bed-mañ a vez... 
Teir rouantelezh Varzhin... 
Daou ejen dioc'h ur gibi... 
Hep rann ar red hepken 
Ankou, tad an Anken 
Netra kent, netra ken

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
14 juillet 2015 2 14 /07 /juillet /2015 06:44

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
13 juillet 2015 1 13 /07 /juillet /2015 06:54

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 20:41

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 20:30

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 19:18

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 07:44

 

War waez ar stourn e kerlouan
Zo un dervenn a us d'al lann
War un dervenn pa bar al loar
Bemniz en em zastum evned mor

Evned mor du o flunv ha gwenn
Gant ul lommig goad war ho fenn
Ganto ur vranez gozh du louet
Ganti ur vran yaouank ha gevret

A skuizh o daou a gleb o eskell
O tonet eus tramor d'eus pell
Hag an evned a gan ur c'han
Ken kaer ma tav ar mor ledan

Hag an evned a gan ur c'han
Ken kaer ma tav ar mor ledan
Ar mor ledan

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 06:52

Des villes comme Saint-Malo, l'antique cité d' Aleth, Nantes, Rennes, Brest pour n'en citer que quelques unes, reposent sur des défenses romaines. A partir de quelques données on peut tenter une classification de quelques défenses à travers notre contrée.

 

 

ici reproduction du tumulus de Silfiac en Morihan

 

Tumulus

 

Des tumuli ces tombes du Bronze ont-elles été réutilisées au cours de la période féodale, celà pourrait peut-être expliquer la présence d'éléments de cette période aux abords d'anciennes mottes castrales. Cependant, des fouilles pourraient permettre avec certitude de répondre à cette question

 

Broons

 

Découverte le 30 avril 1846 dans une lande avoinant le château de du-Guesclin, au pied d'un vieux chêne de trois coins de bronze de dix-sept centimètres de longueur et de vingt-quatre coins plus petits soixante-cinq millimètres de long sur deux centimètres de large au tranchant

 

Plénée Jugon

 

Nombreuses haches de bronze à talon découvertes en 1863 près de la Moussaye. Hache-marteau au même lieu en 1874

 

Oppidum

 

Corseul

 

Le site occupé par la forteresse de Montafilant regardé comme probable oppidum. Monnaies gauloises de type curiosolite en or et en potin sous des fondations gallo-romaines ou dans les champs voisins.

 

Plédran

 

Le Camp de Péran est un lieu défensif élevé sur un plateau dominant la vallée de l'Urne, à une altitude moyenne de 160 m. Cette petite rivière formée de trois bras venant de Saint-Carreuc, dont un provient des étangs du Plessix, se jette dans la mer au fond de la baie d'Yffiniac. Les proximités d'une voie terrestre antique et de la rivière semblent avoir motivé l'implantation du camp qui n'occupe pas le point culminant, localisé à la limite de Plédran, Plaintel et Saint-Carreuc à l'altitude de 195 m. Sur la commune de Plédran, situé au sud-sudest à 9 km de Saint-Brieuc, le site se présente aujour d'hui sous l'aspect d'une enceinte ovale dont le plus grand diamètre, nord-sud, mesure environ 160 m et le diamètre est-ouest 147 m (fig. 2). Le tracé sub-circulaire de l'enceinte n'influence nullement la disposition du terroir environnant. Nous verrons ci-après que ce n'est pas le cas au lieu-dit «Chastel» au Bois de Plédran, lieu où J. Gaultier du Mottay ((1883-1884) situait une motte de 4,50 m de hauteur et 70 m de pourtour à la base. Bien qu'aujourd'hui totalement arasée, elle influence fort ement la disposition du parcellaire. Les nombreuses parcelles englobées dans la surface du Camp de Péran résultent, elles, d'un ancien morcellement de la propriét é. Le site fut en partie acheté par l'Etat au cours de ventes qui se réalisèrent les 13 décembre 1853, 12 juin et 10 juillet 1869. Les donations de de la Villeboisnet et de Rioust de Largentaye eurent lieu respectivement le 16 décembre 1869 et le 16 Février 1870. Plus récemment, en avril 1978, la commune a acheté les dernières parcel les dans le but de protéger le site archéologique. Le toponyme «Le Camp de Péran» rappelle aujour d'hui le souvenir d'un lieu habité et fortifié. 426, 1496, 1690, 1692, 1695 et 1737 des actes juridiques mentionnent la métairie noble de Péran (Perran ou Pesran selon les textes) et même la présence de «vieilles douves», témoignage du souvenir que Péran fut un lieu fortifié. Le qualificatif de «terre noble», mentionné également dans les textes, explique le fait que Péran soit aussi resté, jusqu'au moment des récentes acquisitions par l'état et par la commune, la propriété de deux familles notables fixées anciennement dans la région d'où, peut-être, l'origine du morcellement des terres qui forment aujourd'hui le Camp de Péran. Probable oppidum réutilisé par les Normands

 

Sites romains

 

Pléven

 

Quelques monnaies romaines des premiers empereurs furent trouvées en arrachant des souches d'arbres à Bourghensais prouvent que les Romains avaient occupés, pendant quelques temps, cette forte position qui dominait voie de Lamballe à Corseul. Reste de colonnes près de l'église

 

Plédéliac

 

Gisement de briques à crochet, ciment, etc dans un champs entre Saint-Aubin et Saint-Denoual, à un kilomètre de la route de Lamballe à Corseul, non loin de l'enceinte fortifiée de Quintenic, entourée de fossés

 

Plénée-Jugon

 

Les Vieilles-Villes, regardées comme retranchement romain reconverti en motte castrale

 

Les Douves, à proximité du chemin de l'étrat

 

Jugon

 

Site du château, probable poste de guet de l'époque romaine

 

Léhon

 

Site du château, probable poste de guet de l'époque romaine. A la Motte-Pilandelle, gisement de briques, tuiles, ciment, poteries rouges et noire. Sur une hauteur au village.de la Motte-Pilandelle, au nord de la commune, motte de ce nom ayant six mètres de hauteur sur 120 mètres de circonférence à la base, traces de fouilles au sommet ; on l'appelle aussi la Tourniole. Elle se trouve non loin du passage de la voie romaine.

 

Tramain

 

tumulus entouré de douves à la Ville-Gour, peut être doit-on le considérer comme un retranchement romain

 

Pléboulle

 

Découverte en 1829 et en 1844 de plusieurs coins en bronze près de la Tour de la Montbran, et en 1837 d'une hache en fibrolite. Débris d'un pont gallo-romain sur le Frémur près de Montbran

 

Trigavou

 

Motte féodale au milieu de la pièce d'eau du Bois de la Motte. Borne miliaire recoupée et engagée dans la base d'un calvaire. Dans une prairie nommée la Milliaire, découverte en 1871 de fragments de casques et de lances en bronze.

 

La Motte près de Loudéac,

 

Enceinte fortifiée à cent mètres sud du bourg dite Douve-Louais ou Douve-aux-Lois ? Vaste cône dont le diamètre supérieur est de dix-huit mètres ; le sommet creusé en cuvette à une profondeur de dix-huit mètres ; les parapets ont quatre mètres d'épaisseur et une hauteur de six-mètres cinquante centimètres à partir du fond du fossé. Le développent de ce dernier est de cent-dix mètres sur une largeur de quatre mètres. Placé sur un coteau dominant la vallée, cette enceinte est encore défendue du côté sud, c'est à dire du côté de cette vallée, par une vaste demie-lune dont le centre est placé à soixante mètres de distance et dont l'épaulement , haut de quatre mètres sur une épaisseur de six mètres, vient à ses deux extrémités se fondre dans le revêtement extérieur du fossé de l'enceinte principale. On évoque aussi un tumulus de sept mètres de hauteur et de cent cinquante mètres de base, entouré d'un fossé profond ; des fouilles effectuées en 1876 ont fait découvrir un foyer elliptique, formant une cuvette de deux mètres de longueur sur soixante-dix centimètres de largeur ; tout autour, des débris de cendre et d'ossements carbonisés mêlés à de la terre carbonisée. Non loin de là, trois petits tumuli formés des mêmes éléments. On considère cette motte comme un vaste cimetière pour incinération.

 

Loudéac

 

A un kilomètre de la ville, dans la lande de Cadélac, double enceinte fortifiée, présentant deux carrés, se joignant, ayant cinquante mètres environ de côté, et appelés camps de César, le talus qui la composent ont une hauteur de deux mètres cinquante de moyenne et sont entourés de larges fossés de trois mètres. A deux mètres au nord, sur la butte de Cojean, autre enceinte fortifiée, de forme circulaire, d'environ trente-huit mètres de diamètre intérieur. Cette fortification, connue sous le nom de Camp romain, se compose d'un double retranchement séparé par une tranche de six mètres de largeur. Le retranchement extérieur est creusé sur une longueur de plus de cent mètres de trous de loup avec épaulements ; on pense que ces excavations ont été pratiquées pendant les guerres de la Ligue.  M. O. Mazières, ayant eu son attention attirée par M. Harmois sur certaines désignations de lieux-dits de la commune de Loudéac (Côtes-du-Nord), a, en effet, trouvé au cadastre la série de noms suivants : La Motte, le Petit Parc, le Grand Parc, le Petit Gaulois, le Grand Gaulois, appliquée à une suite de parcelles contiguës, à 1 kilomètre à peine du «Camp romain » de Cadelac, non loin des centres d'agglomération actuels.Mais aucune allure de terrain, sur place, aucune trouvaille d'objets, aucune tradition survivante ne sont venues justifier ces dénominations si caractéristiques.

 

Saint-Caradec

 

A un kilomètre nord du bourg, au village de la Bouillace, enceinte rectangulaire de quatre-vingt mètres de côté, nommée le camp romain, elle est dessinée par une douve de trois mètres de profondeur, sur une largeur au fond de un mètre et demi

 

Langourla

 

Enceinte fortifiée, de forme circulaire, dans le bois de Couellan.

 

Plouasne

 

Motte dans l'étang de la ferme de la Boullaye. Briques et tuiles à rebords dans plusieurs champs entre la Saudraye et la Bourdellaye. Bourg castral

 

Hénanbihen

 

Motte du Cruchon, taillée en grande partie et circulairement sur un promontoire entouré par le Frémur, la superficie de son sommet est de quarante ares ...Découverte en juin 1825 près de ce tumulus de mil cinq cent monnaies gauloises en potin au type curiosolite. Voie romaine à proximité

 

Plumaugat

 

La motte castrale de la Haterie dans l'ancien quartier de Rougeul pourrait être comme les Vieilles Villes en Plénée-Jugon  un ancien campement romain 

 

Défenses primitives bretonnes

 

Sévignac

 

Probable défense primitive bretonne à Limoëlan

 

Lescouët-Jugon

 

Probable défense primitive bretonne à Vauvert

 

Période  indéterminée

 

Matignon

 

motte à l'entrée ouest de la ville, nommée la Butte-au-Coq, des fouilles y ont fait reconnaître des traces de constructions en pierre. Six autre mottes existaient aux environs ; elles ont été rasées depuis une cinquantaine d'années et il est impossible aujourd'hui d'en connaître l'origine. On voyait également, à l'Est de Matignon, un camp retranché. -A 1 kilomètre au nord du bourg, motte appelée le Château.

 

Hénansal 

 

Enceinte fortifiée de Durétal, vaste ensemble de construction en terre formant une demie-circonférence de sept-cents mètres de développement s'appuyant sur chaque extrémités sur la rivière du Frémur. Ces retranchements haut de huit mètres en moyenne et larges à la base de douze à quinze mètres sont défendus extérieurement par de larges fossés. Une autre enceinte antérieure de cinquante ares environ, formée de talus, également très élevé, paraît destinée à protéger un troisième ouvrage dont la racine plonge dans le marais que la rivière formait jadis à cet endroit. Cette dernière construction est un tumulus artificiel de vingt-six mètres d'élévation et de trois-cents mètres de pourtour à la base, près duquel se trouve un enclos quadrangulaire moins élevé. Ces deux fortifications sont séparées par un fossé bien moins profond que celui qui les sépare du deuxième retranchement. Le sommet de ce tumulus colossal présente une surface légèrement elliptique ...M. Gaultier du Mottay y a trouvé un fragment de coin en bonze et de nombreux débris de coquillages. De l'autre côté de la rivière, un épaulement présentant la forme d'un arc de cercle, concourrait également au même ensemble de fortifications, la culture en a détruit une grande partie. Les avis sont partagés sur la date de ces retranchements. Les uns les considère comme un oppidum gaulois ; pour d'autres, ils seraient, malgré leurs dimensions considérables, un refuge construit contre les invasions normandes.

 

Bobital

 

Plusieurs enceintes existent dans cette commune, l'une d'elles entourée de fossés remplis d'eau

 

Ploubalay

 

A 100 m. au Sud delà ferme de la Mortillais (à 2 kilomètres au Sud Ouest du bourg) sur le point culminant d'un plateau ondulé, s'élève une butte ayant 5 mètres de hauteur sur 25 mètres environ de diamètre à la base, dont les 2/5e ont été enlevés. La coupe fait voir la roche affleurante granitique sur laquelle on l'a élevée et les couches alternatives de sable granitique jaunâtre et d'argile sableuse gris cendré provenant probablement du marais voisin dans l'Ouest. C'est une motte qui sert de carrière de sable, ses flancs sont à 45°. Elle est couverte d'arbres. Il en est de même de la butte située à 200 mètres dans l'Est du village du Tertre-Bannier, dans un bas-fond marécageux. Elle est entière, arrondie, couverte d'herbe, de ronces et de trois ou quatre arbres près de sa base. Elle a près de 6 mètres de hauteur sur 30 environ de diamètre : à l'entour, à des distances variables et surtout dans le Sud où le terrain remonte, sont des larges talus flanqués de douves extérieures. Il y a là tout un système.de retranchements d'un château de terre. De la motte de la Yille-ès-Raye à celle-ci il y a un peu plus de 2 kilomètres dans le Nord,

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 06:13

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
10 juillet 2015 5 10 /07 /juillet /2015 16:12

 

 

Carré militaire de Broons

 

 

Mur en arête de poisson au Chatelier en Eréac

moitié du XVIIe siècle

 

 

 

Vieilles cheminées au Chatelier en Eréac

 

 

Vieille bâtisse à Eréac

 

 

Ancien presbytère de Eréac

 

 

Arrivée à Eréac

 

 

 

 

Plancoët

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article