Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 08:34

Une tragique visite pastorale de l'évêque de Nantes au prieuré de Saint-Nicolas-de-Redon (1317-1318) En 1317-1318, la rumeur publique incriminait la conduite et les mœurs de Jean de Viis, prieur du prieuré de SaintNicolas, sis aux portes de Redon et dépendant immédiatement de l'abbaye de Saint-Sauveur. L'évêque de Nantes, Daniel Vigier, s'émut et, s'appuyant sur le droit de visite que de tout temps les évêques de Nantes avaient exercé à Saint Nicolas de Redon, il se transporta sur les lieux et évoqua devant son tribunal Jean de Viis. Celui-ci n'ayant pas comparu, il le déclara contumace et se mit en devoir de visiter le prieuré. La visite n'était pas encore achevée quand, du consentement et de l'aveu de l'abbé de Redon, après avoir posté au dehors des hommes armés d'épées, le prieur entra seul sous le préau où dînaient Daniel Vigier et ses familiers; puis, sans saluer son ordinaire et sans lui témoigner les marques de respect qui lui étaient dues, d'un coup brusque il tire à lui la nappe posée sur la table et renverse à terre les mets et tout ce qui se trouve sur ladite table. Appelant à son aide les sicaires qu'il a amenés à sa suite, il leur intime l'ordre, à grands cris, de se précipiter sur l'évêque et les siens et de les tuer. A cette menace, les familiers de Daniel Vigier s'élancent au devant des hommes armés pour défendre l'entrée du préau et se battent courageusement au péril de leur vie, car les coups ne leur sont pas ménagés. Pendant que le conflit s'engage, des complices sortent de l'écurie, où ils étaient enfermés, les chevaux de l'évêque ; ils en tuent les cinq meilleurs, blessent et mettent en fuite les autres, s'emparent de l'un d'eux, font main basse sur les vêtements, le bréviaire et les bagages de l'évêque et de sa suite. D'autres assaillants montent sur le toit du préau, le découvrent et de là lancent une grêle de pierres sur Daniel et les siens, tandis qu'un certain nombre mettent le feu à un tas de paille. Pour échapper au péril qui le menace, l'évêque de Nantes s'enfuit dans une chambre; il y est poursuivi par ses adversaires qui osent le frapper et s'efforcent de le chasser du prieuré. Enfin, à la nuit, confus de n'avoir pas eu raison de Daniel, qui malgré les menaces de mort était resté à son poste, Jean de Viis se retire dans les murs du monastère de Saint-Sauveur. Sur les plaintes du prélat outragé, Jean XXII chargea le cardinal Bertrand de Montfavès d'instruire une enquête suivant la procédure, canonique. Le cardinal n'eut pas de peine à établir la culpabilité du prieur et de l'abbé de Redon : en conséquence, le pape, par l'entremise de l'abbé du monastère de l'Ile-Chauvet au diocèse de Luçon, de l'archidiacre et du scholastique de Vannes, cita les incriminés à comparaître en cour d'Avignon dans les quarante jours qui suivraient la notification de la citation (Bulle du 23 février 1318). Par la même occasion, les mandataires pontificaux avaient pouvoir de présenter une seconde citation à l'abbé de Redon, Olivier de Berno, contre lequel pesaient des accusations d'inceste et d'adultère, accusations jugées malheureusement exactes par le cardinal de Montfavès. L'affaire s'arrangea, sans doute, à l'amiable, car Olivier gouverna encore longtemps l'abbaye de Redon

 

 

Le prieur de Saint-Nicolas de Redon est cité à comparaître en cour d'Avignon au sujet des méfaits qui lui sont reprochés par Vêvêque de Nantes. — Avignon, 23 février 1318.

 

Dilectis fiiiis.. abbati de Insula Calveti Lucionensis diocesis, et., archidiacono ac. scolastico ecclesie Venetensis, salulem, etc. Presumptuosa temeritas subditorum qui ausu dampnabili contra eorum prelatos, quos tenentur et debent tanquam patres et pastores animarum ipsorum reverenter suscipere et débita honorificentia prosequi, ac etiam pertraetare tamquam iniquitatis filii insurgere temere moliuntur taliter débet per nos qui, disponente Domino, universalis ecclesie regimini presidemus pena refrenari condigna et severitate canonica castigari, ut ipsi doleant merito se in tantam temeritatis audaciam prorupisse et aliis in futurum talia presumendi niateria su.btrahatur. Ex parte siquidem venerabilis fratris nostri. episcopi Nannetensis fuit, in nostra et fratrum nostrorum presentia, conquerendo monstratum, quod dudum dictus episcopus, fidedignis relatibus intellecto quod frater Johannes de Viis, prior prioratus sancti Nicolai prope Rotlionum, Ordinis Sancti Benedicti, sue diocesis, graves et énormes excessus commiserat, super quibus contra dictum priorem fama publica laborabat, volens juxta sui officii debitum in eodem prioratu vdsitationis offlcium exercere et contra eumdem priorem supra premissis inquirere, ad prioratum predictum accesserit dictumque priorem ad instantiam plurimorum de ipso querelantium fecit auctoritate ordinaria ad suam presentiam evocari, sed eodem priore ad hujusmodi mandalum dicti episcopi comparere contumaciter contempnente, dictus episcopus in contumacia ipsius in eodem prioratu et in personis degentibus in eodem exercuit visitationis officium, prout de jure suo competebat, et alias tam ipse quam predecessores sui Nannetenses episcopi, qui fuerunt pro tempore, ab antiquo hactenus consueverant visitare. Verum, dictus prior spiritu nequitie concitatus, una cum quibusdam suis in hoc parte complicibus, de consensu, tractatu et voluntate. . abbatis monasterii Rothonensis, dicti ordinis, Venetensis diocesis, cui dictus prioratus immédiate subesse dinoscitur, armata manu ad prioratum predictum accedens, cum idem episcopus in aula dicti prioratus cum familia sua cenaret, dimissis foris complicibus supradictis cum ensibus evaginatis, solus aulam predictam intravit, ac eodem episcopo minime salutato et débita reverentia pretermissa, mappam super mensam coram episcopo predicto appositam ad se trahens, omnia cibaria et alia que posita fuerant in dicta mensa violenter et irreverenter projecit ad terram, et illico predictos armatos ad se vocans, alta voce protulit atque dixit ut in eumdem episcopum et suos fami liares irruerent, et eos morti tradere procurarent, sicque dicti armati nonnullos familiares ejusdem episcopi qui eis, ne aulam intrarent predictam, restiterunt pro posse, graviter vulnerarunt et, dura conflictus hujusmodi perduraret, qu idam ex complicibus supradictis, equos ipsius episcopi de stabulo; ubi equi existebant, extrahentes, quinque meliores ex dictis equis gladiis occiderunt, alios vero equos vulnerare et extra dictum prioratum effugare et unum ex ipsis equis secum violenter ducere, ac unum breviarium, vestes et nonnulla bona alia ipsius episcopi suorumque familiarium secum exinde asportare nequiter presumpserunt. Nonnulli vero ex eisdem complicibus, supradictam aulam temere ascendentes et ipsam discooperientes, multos lapides contra dictum epi scopum ejusque familiares projicere ausu nephario attemptarunt, et cum quidam ex eis coadunatis paleis ignem ibidem apponere presumpsissent, ut episcopum ipsum comburerent, idem episcopus ad quamdam cameram al tam confugit ut mortis periculum evitaret ; sed dictus prior, premissis om nibus non contentus, sed accumulans mala malis, cum quibusdam suis complicibus armatis eandem cameram violenter intravit et, episcopali dignit&te vilipensa, in eumdem episcopum ausu sacrilego manus injecit, Dei timoré postposito, temere violentas, ipsum expellere de dicto prioratu conando pro viribus et temere satagendo, et, eum non posset perficere quod optabat, cum suis complicibus, verecundie rubore perfusus, ad dictum monasterium nocturno tempore remeavit ; nosque volentes more apostolice gravitatis procedere in predictis, dilecto fllio nostro Bertrando Béate Marie in Aquiro diacono cardinali mandavimus, oraculo vive vocis, ut se de infamia liujusmodi excessuum qua predicti abbas et Johannes de Viis dicebantur respersi existere se plenius informaret, dictusque cardinalis forma hujus mandati nostri exacta diligentia observata diligentius inquisivit et nobis fideliter retulit se super premissis infamatos repperisse abbatem et priorem predictos; quare pro parte dicti episcopi nobis extitit humiliter supplicatum ut, ne abbas et prior supradicti de hujusmodi temerariis ausibus et nephandis excessibus valeant gloriari, faceremus sibi super premissis apud Sedem Apostolicam justitie plenitudinem exhiberi. Nos itaque, licet ex debito pastoralis officii sumus omnibus in justitia debitores, tamen magis adesse nos convenit venerabilibus fratribus nostris episcopis, qui in personis suis ac b'onis diversas patiuntur injurias et jacturas, ac in rébus propriis graves sustinent lesiones, volentes ©idem episcopo Nannetensi in jure suo favorabiliter assistere in hac parte, discretioni vestre, per apostolica scripta mandamus, quatinus vos, vel duo, aut unus vestrum, per vos, vel per alium, seu alios predictos, abbatem et priorem ex parte nostra peremptorie ci tare curetis ut infra quadraginta dierum spatîum post citationem hujusmodi personaliter compareant, coram nobis dicto episcopo super pre missis de justitia responsuri ac facturi et recepturi super premissis quod ordo exegerit rationis, diëm vero citationis, et formam, et quicquid inde feceritis, nobis per vestras litteras vel instrumentum publicum harum seriem continentia fldeliter intimare curetis. Datum Avenione, VII kalendas martii, pontificatus nostri aiino secundo

 

Bulle de Jean XX11 par laquelle l'abbé de Redon est cité à comparaître en cour d'Avignon pour répondre des accusations d'inceste et d'adultère portées contre lui. - Avignon, 23 février 1318.,

 

Dilectis filiis.. abbaji monasterii de Insula Calveti Lucionensis diocesis, et., archidiacono ac. scolastico ecclesie Venetensis, salutem. Grave nimis nec immerito redditur votis nostris, cum de personis divinis mancipatis obsequiis illa nostris auribus inferuntur, per que divina maj estas offenditur, famé derogatur ipsorum eorumque saluti detrahitur, mentesque fidelium gravi scandalo perturbantur. Sane, nuper, ex parte venerabilium fratrum nostrorum episcoporum Venetensis et Nannetensis fuit in consistorio publico expositum coram nobis, quod frater Oliverius, qui pro abbate monasterii Rothonensiis, ad Romanam ecclesiam nullo medio pertinents, ordinis Sancti Benedicti, Venetensis diocesis, se gerit, abjurato amore virtutum ad vitia firmans affectum ac candorem honestatis nigredine peccatorum obscurans, cum quadam cognata germana sua commisit incestum et, quod nephandius est, cum sorore propria se carnaliter immiscuit impudenter, et tamquam adulterum cum quadam muliere conjugata se impudenter commiscendo plures liberos dicitur procréasse. Cum autem hec et alia que de predicto abbate coram nobis et fratribus nostris in predicto consistorio fuerunt relata, si veritate nitantur, limam apostolice correctionis exposcant, nos volentes ea, prout etiam nec debemus sub dissimulatione transire, dilecto filio nostro Bertrando Sancte Marie in Aquiro diacono cardinali oraculo vive vocis commisimus ut super premissis omnibus et singulis se plenius informaret, utrum contra dictum abbatem super hiis infamia laboret idemque cardinal, forma hujusmodi mandati nostri exacta, diligentia observata diligentius inquisivit et nobis fideliter retulit se dictum abbatem repperisse super premissis criminibus infamatum. Nos itaque volentes, sicut nec debemus talia que Deum offendunt et homines scandalizant conniventibus oculis pertransire, discretioni vestre per apostolica scripta mandamus quatinus vos, vel duo, aut unus vestrum per vos vel per alium seu alios predictum abbatem ex parte nostra peremptorie citare curetis ut infra quadraginta dierum spatium post citationem hujusmodi personaliter compareat coram nobis mandatis nostris ac Sedi Apostolice in hac parte super premissis plenarie pariturus, facturus et recepturus prout justitia suadebit, diem vero hujusmodi citationis et formam et quicquid inde feceritis nobis per vestras litteras vel instrumentum publicum harum seriem continentia fideliter intimare curetis. Datum Avenione, VII kalendas martii, pontificatus nostri anno secundo.

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
4 juillet 2015 6 04 /07 /juillet /2015 18:02

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:43

Mariages à la cour de Bretagne

(1329-1331)

 

On sait comment successivement Jean III perdit ses deux premières femmes, Isabelle de Valois et Isabelle de Castille, dont il n'eut pas d'enfants. Dans la crainte de mourir sans postérité et d'être contraint de laisser le duché de Bretagne aux enfants de sa belle-mère, Yolande de Dreux, pour laquelle il professait une profonde aversion, peu après la mort d'Isabelle de Castille, advenue le 24 juillet 1328, il songea à se remarier et jeta son dévolu sur Jeanne, fille du comte Edouard de Savoie. A cette union s'opposaient des empêchements de consanguinité et d'affinité; il fallut recourir à Jean XXII qui, cédant aux prières du roi de France, accorda la dispense le 10 août 1329. Pas plus que les autres duchesses, Jeanne de Savoie ne donna le jour à un héritier. Par une coïncidence fâcheuse.

 

Dispense de mariage entre Jean III et Jeanne de Savoie. -Avignon, 10 août 1329. (Reg. Vat. 91, ep. corn. 2494; Reg. Avin. 33, f. 351 v°).

 

Dilecto filio nobili viro Johanni duci Britanie et dilecte in Christo filie nobili domicelle Johann e, nate dilecti filii nobilis viri Eduardi, comitis Sabaudie, salutem... Etsi... Sane oblate nobis pro parte vestra petitionis séries continebat quod per communes utriusque vestrum amicos habitus est tractatus, quod vos invicem debeatis matrimonialiter copulari. Verum, ex eo quod ex parte matrum vestrarum in tertio, et ex parte patris tui, fili dux, in quarto consanguinitatis, necnon in tertio et quarto affinitatis gradibus ratione quondam Agnetis M, uxoris tue premortue, prefate dux, invicem vos contingitis, hujusmodi matrimonium contrahere non potestis dispensatione super hoc apostolica non obtenta ; quare pro parte vestra fuit nobis humiliter supplicatum ut providere vobis super hoc de oportune dispensationis gratia dignaremur. Cum igitur, ut asseritur, ex hujusmodi matrimonio, si fiât, favores et amicitie non mediocriter utiles regno Francie et ejus incolis proventuri sperentur, nos, carissimi in Christo filii nostri Phylippi, régis Franchorum illustris, desiderantis inter vos hujusmodi matrimonium contrahi nobisque super hoc humiliter supplicantis, vestrisque supplicationibus inclinati, vobiscum quod predictis necnon publiée honestatis justitie impedimentis nequaquam obstantibus libère possitis invicem matrimonia làter copulari et in hujusmodi matrimonio, postquam inter vos contractum fuerit, licite remanere, auctoritate apostolica de speciali gratia dispensamus, prolem suscipiendam ex hujusmodi matrimonio légitimant nuntiantes. Nulli ergo... Datum Avenione, IV idus augusti, anno tertiodecimo.

 

Guy de Bretagne, frère de Jean, n'avait eu de Jeanne d'Avaugour, épousée en 1318, qu'une fille, Jeanne la Boiteuse. Aussi, lorsque sa femme mourut en 1327, pour seconder, sans doute, les désirs du duc, chercha-t-il à convoler en secondes noces. Ces projets de mariage furent un moment traversés par les intrigues, ignorées jusqu'ici, de la célèbre Jeanne de Belleville, veuve depuis 1328 de Geoffroy de Châteaubriant, qui répandit le bruit qu'il y avait eu entre elle et Guy de Bretagne épousaille « per verba ». Si coquetterie il y eut entre eux deux, une telle union ne sourit pas à Guy, qui adressa une curieuse requête au Saint-Siège. Le pape était prié de nommer des juges experts qui citeraient Jeanne de Belleville à produire, en leur présence, les preuves de son union avec Guy. Si Jeanne n'établissait pas la véracité de ses dires, silence perpétuel lui serait imposé ; parviendrait-elle à ses fins, la partie adverse serait admise à plaider la nullité de mariage. Dans les deux hypothèses, Guy recevrait l'autorisation de se remarier. L'enquête, confiée le 10 février 1330 aux évêques de Vannes et de Rennes, ressortit contraire à la dame de Belleville qui prit vite son parti, puisqu'elle obtint dispense de mariage avec Olivier de Clisson le 30 avril suivant. Quant à Guy de Bretagne, un induit du 12 février 1331 lui permit de se marier en temps prohibé avec Marie de Blois. Mais le carême n'était pas encore achevé que Guy mourait

 

 

Jean XXII charge les évêques de Rennes et de Vannes de faire enquête sur le prétendu mariage qui aurait été contracté par Jeanne de Belleville et Guy de Bretagne. — Avignon, 10 février 1330.

 

Venetensi et.. Redonensi episcopis. Oblata nobis dilecli filii nobilis viri Guidonis de Britannia, Penthevrie domini, Briocensis diocesis, petïtio continebat quod, licet ipse et dilecta in Christo filia nobilis mulier, Johanna de Belleville, Nannetensis diocesis, consanguinitatis seu affînitatis gradu invicem se contingant, qui matrimonium inter eos contrahendum impedit et dirimere jam contractum, ipseque Guido numquam matrimonium contraxit cum eadem, tamen ipsa falso asserens prefatum Guidonem secum per verba de presenti matrimonium contraxisse, ipsum super hoc diffamare et quominus alii mulieri possit matrimonialiter copulari nititur impedire. Cumque idem Guido, dubitans propterea imposterum sibi prejudicium generari, cupiat ab infamia hujusmodi liberari, nobis humiliter supplicavit ut aliquibus discretis in illis partibus per nostras daremus litteras in mandatis quod, si dicta Johanna infra certum sibi preflxum peremptorium terminum competentem matrimonium hujus modi inter eos legiittime contractum fuisse non possit legittime probavisse, sibi perpetuum silentium imponerent super diffamations et assertione precïiçtis, eidemque Guidoni darent licentiam cum alia libère contrahendi, quodque etiam hujusmodi matrimonio per eamdem mulierem probato idem Guido admitteretur ad probandum consanguinitatis vel afflnitatis, etiam ex illegiltima provenientis copula, gradum predictum quo per eum probato fuisse et esse nullum nec potuisse seu posse contrahendo matrimonio per ipsum Guidonem cum muliere alia prestare impedimentum aliquod nuntiarent, predicto prohibito invicem attingere vellet et posset probare, eo ad hoc etiam antequam dicta Johanna admittatur ad probandum matrimonium predictum admisso matrimonium inter eos non posse contrahi et, si de facto contractum existeret, illud nullum, ut premittitur, nuntiarent sibique licentiam concédèrent prelibatam. Nos igitur, nolentes in libertate que iri contrahendis matrimoniis esse débet eumdem Guidonem indebite impediri, fraternitati vestre per apostolica scripta : committimus et mandamus qiratinus vos vel alter vestrum, vocatis eisdem partibus, eisque simul vel successive ad probandum premissa, prout videritis expedire, admissis, faciatis ipsis summarie, et de piano, ac sine strepitu et figura judicii super predictis justitie complementum, contradictores, etc., non obstantibus tam de duabus dietis in concilio generali quam felicis recordationis Bonifacii pape VIII, predecessoris ; nostri, qua cavetur ne aliquic extra suas civitatem seu dibcesim nisi certis exceptis casibus nec in illis ultra unam tiietam a fine sue diocesis ad judicium evocetur présumant et aliis quibuscumque ccnstitutionibus super hoc editis per que jurisdictionis vestre éxplicatio posset quomodolibet impediiri aut si eis vel quibusvis aliis communiter vel divisim a Sede Apostolica sit indultum quod interdici, suspend! Vel excommuriicari non possint per litteras apostolicas non facientes plenam et expressam ac de verbo ad verbum de indulto hujusmodi mentionem. Datum IV idus februarii, anno quartodecimo

 

Dispense de mariage entre Guy de Bretagne et Marie de Blois.

Avignon, 12 février 1331.

 

Guidoni de Britannia. Sedis apostolice gratiosa benignitas personis sanguinis claritate sublimibus quas sibi devotas conspicit ea consuevit interdum rigorem canonum temperando mansuetudine concedere que aliis merito denegantur. Cum ilaque, aicut accepimus, tu ad bona nuptiarum in brevi transire prononens cum dilecta in Christo filia nobili mulieri Maria, nata dilecti filii nobilis viri comitis Blesensis, matrimonium intendas contrahere cujus bonum impedire posset longa dilatio, sicut fertur, nos carissimi in Christo filii nostri Philippi, régis Prancie illustris, supplicationi super hiis benignius inclinati ut tu et eadem Maria matrimonium in facie ecclesie solennisare ac benedictionem nuptialem recipere, etiam tempore quo id sacri canones interdicunt, quibuscumque constitutionibus contrariis nequaquam obstantibus, alias tamen licite valeatis tibi et eidem Marie hac vice de speciali gratia tenore presentium indulgemus. Nulli ergo etc.. Datum Avenione, II idus februarii, anno quintodecimo

 

 

*Mariage, vers l'an 996 du duc Geoffroy Ier, fils du duc Conan Ier et de Ermengarde d'Anjou, avec Havoise de Normandie, fille de Eichard sans peur, dc de Normandie, et Emma de France

 

 

Mariage le 19 septembre 1396 à Paris du duc Jean V de Bretagne, fils du duc Jean IV de Bretagne et de la comtesse Jeanne de Navarre, avec Jeanne de France fille du roi Charles V et Isabeau de Bavière

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
3 juillet 2015 5 03 /07 /juillet /2015 06:26

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 11:26

 

 

 

Géoffroy Ier de Bretagne mort en 1008 , épouse

Havoise de Normandie 997-1034

 

alain III

 

Alain III, mort en 1040

 

 

Eudon de Penthièvre, mort en 1079

fils cadet de Alain III Havoise de Normandie

 

 

Alain Le Roux, mort en 1093,

troisième fils de Eudon de Penthièvre

 

 

Conan II, mort en 1066

fils de Alain III

 

 

Alain IV Fergent, mort en 1119

fils de Hoël III, petit-fils de Alain III

 

 

Ermengarde d'Anjou, morte en 1046, femme de Alain IV Fergent

 

 

Hoël III, mort vers 1156

fils de Conan III, petit-fils de Alain IV Fergent

 

conan IV

 

Conan IV, mort en 1171

fils de Alain de Penthièvre, neveu de Hoël III

 

 

Margaret Dunkeld Huntingdon, morte en 1201

épouse de Conan IV, mère de Constance de Bretagne

 

constance de Bretagne

 

Constance de Bretagne, morte en 1201

fille de Conan IV (ici avec son fils Arthur)

 

Geoffroy II

 

Geoffroy II Plantagenêt, mort en 1186

premier époux de Constance de Bretagne

 

 

Aliénor de Bretagne, 1185-1241

fille de Constance de Bretagne et de Geoffroy II Plantagenêt

 

Arthur Ier

 

Arthur Ier de Bretagne, 1187-1203

fils de Geoffroy II et de Constance de Bretagne

 

 

Alix de Thouars, morte en 1221 

fille de Constance de Bretagne  et de Guy de Thouars son troisième époux

 

 

Pierre Ier, de Dreux alias Mauclerc, mort en 1250

époux de Alix de Thouars

 

 

Jean Ier Le Roux, mort en 1286

fils de Alix de Thouars et de Pierre Ier

 

 

Blanche de Navarre, 1226-1283

femme de Jean Ier Le Roux

 

 

Yolande de Bretagne, 1218-1272

fille de Pierre Ier, épouse de Hugues XI de Lusignan

 

 

Olivier de Braine, mort en 1239

fils illégitime de Pierre Ier

 

 

Jean II, 1239-1305

fils de Jean Ier et Blanche de Navarre 

 

 

Béatrice d'Angleterre, 1242-1275

femme de Jean II

 

 

Thibault de Bretagne, 1245-1246

fils de Jean Ier et de Blanche de Navarre

 

 

Thibault de Bretagne, mort en 1247

fils de Jean Ier et de Blanche de Navarre

 

 

Aliénor de Bretagne, née en 1248

fille de Jean Ier et de Blanche de Navarre

 

 

Nicolas de Bretagne, 1249-1251

fils de Jean Ier et de Blanche de Navarre

 

 

Robert de Bretagne, 1251-1259

fils de Jean Ier et de Blanche de Navarre

 

 

Arthur II, 1262-1312 

fils de Jean II et Béatrice d'Angleterre

 

 

Yolande de Dreux, morte en 1322

seconde femme de Arthur II

 

 

Blanche de Bretagne, 1270-1327

fille de Jean II et de Béatrice d'Angleterre, épouse de Philippe d'Artois 

 

 

Aliénor de Bretagne, 1275-1342

fille de Jean II et de Béatrice d'Angleterre, Abbesse à Fontevraud

 

 

Jean III, 1286-1341 

fils de Arthur II et de sa première femme Marie de Limoges

 

 

 Isabelle de Savoie, 1292-1309,

troisième femme de Jean III, ici à gauche avec sa mère Blanche de Bourgogne

 

 

Jean comte de Montfort, 1294-1345

fils de Arthur II et de sa deuxième femme Yolande de Dreux

 

 

Jeanne de Flandres, 1295-1374

femme de Jean, comte de Montfort 

 

 

Jeanne de Penthièvre, morte en 1384

fille de Guy de Penthièvre & de Jeanne d'Avaugour, petite-fille de Arthur II & Marie de Limoges

 

 

Charles de Blois, 1319-1364 

époux de Jeanne de Penthièvre

 

 

Marie de Blois, 1345-1404

fille de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, mariée Louis Ier d'Anjou

 

 

Jean IV, 1339-1399

fils de Jeanne de Flandres & de Jean, comte de Montfort

 

 

Mary of Waltham, 1344-1362

première femme de Jean IV

 

 

 Jeanne de Navarre, 1370-1437

troisième femme de Jean IV

 

 

Jeanne de Bretagne, 1341-1399

fille de Jean de Montfort et Jeanne de Flandres, épouse Ralf Basset

 

 

Jeanne de Bretagne, 1387-1388

fille aînée de Jean IV et de Jeanne de Navarre

 

 

Jean IV et Jeanne de Navarre, et leurs enfants, de gauche à droite : Richard d'Etampes 1395-1438 ; Gilles de Bretagne 1394-1412 ; Arthur de Richemont 1393-1458 ; Jean V 1389-1442 ; le duc Jean IV, la duchesse Jeanne de Navarre ; Marie de Bretagne 1391-1446 ; Marguerite de Bretagne 1392-1428 ; et Blanche de Bretagne née en 1397

 

 

Jean V,  1389-1442

fils de Jeanne de Navarre et de Jean IV

 

 

Jeanne de France, 1391-1433

femme de Jean V

 

 

Jean V et Jeanne de France, et leurs enfants, de gauche à droite : Gilles de Bretagne 1420-1450 ; Pierre II de Bretagne 1418-1457 ; François Ier de Bretagne 1414-1450 ; le duc Jean V, la duchesse Jeanne de France ; Marguerite de Bretagne 1412-1421 ; et Catherine de Bretagne née en 1417

 

 

François Ier, 1414-1450

fils aîné de Jeanne de France & de Jean V

 

 

Isabeau Stuart, morte en 1494

seconde femme de François Ier de Bretagne

 

 

François Ier de Bretagne, sa femme Isabeau Stuart et leurs deux fills : Marguerite de Bretagne 1443-1469 ; et Marie de Bretagne 1444-1506 

 

 

Pierre II, 1418-1457 

fils cadet de Jeanne de France & de Jean V

 

 

Françoise d'Amboise, 1427-1485

femme de Pierre II

 

 

Arthur III comte de Richemont, 1393-1458

fils cadet de Jeanne de Navarre et de Jean IV

 

 

Marguerite de Bourgogne, 1393-1441

première femme de Arthur III

 

 

Richard d'Etampes, 1395-1438

quatrième fils de Jeanne de Navarre et de Jean V et père du duc François II

 

 

Marguerite d'Orléans, 1406-1460

femme de Richard d'Etampes et mère de François II

 

 

François II, 1435-1488

fils de Richard d'Etampes et Marguerite d'Orléans

 

 

François II de Bretagne et ses deux épouses

 

 

 

Marguerite de Bretagne, 1443-1469

fille de Isabeau Stuart et François Ier de Bretagne et première femme du duc François II

 

 

Marguerite de Foix, 1458-1486

seconde femme du duc François II

 

 

Anne de Bretagne, 1477-1514

fille  du duc François II et de Marguerite de Foix, seconde femme 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 18:48

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 18:38

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 07:24

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 07:13

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
29 juin 2015 1 29 /06 /juin /2015 06:40

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article