Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 22:20

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 21:02

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 20:42

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 18:23

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 14:37

 

 

François René de Chateaubriand

 

Dans ses Mémoires, Chateaubriand évoque ses aïeux : « Le chef de nom et d'armes de ma famille était, vers le commencement du dix-huitième siècle, Alexis de Chateaubriand, seigneur de la Guérande, fils de Michel, lequel Michel avait un frère, Amaury. Michel était fils de ce Christophe maintenu dans son extraction des sires de Beaufort et des barons de Chateaubriand par l'arrêt ci-dessus rapporté. Alexis de la Guérande était veuf; ivrogne décidé, il passait ses jours à boire, vivait dans le désordre avec ses servantes, et mettait les plus beaux titres de sa maison à couvrir des pots de beurre. En même temps que ce chef de nom et d'armes, existait son cousin François, fils d'Amaury, puîné de Michel. François, né le 9 février 1683, possédait les petites seigneuries des Touches et de îa Villeneuve. Il avait épousé, le 27 août 1713, Pétronille-Claude Lamour, dame de Lanjegu, dont il eut quatre fils François-Henri, René (mon père), Pierre, seigneur du Plessis, et Joseph, seigneur du Parc. Mon grand-père, François, mourut le 28 mars 1729; ma grand-mère, je l'ai connue dans mon enfance, avait encore un beau regard qui souriait dans l'ombre de ses années... »

 

C'est par son union avec Perronnelle-Claude Lamour, damoiselle de Lanjegu que le sieur « écuier » François de Chateaubriand sieur de la Villeneuve, se retrouva possesseur des Touches en Guitté. Union qui se déroula le vingt septième jour d'août 1713 en l'église de Guenroc. En outre, la famille Lamour était titrée de Lanjegu du nom de la terre dont elle disposait en la paroisse de Médréac, quant à la famille Chateaubriand, elle portait le titre rattaché au domaine de Villeneuve Malabry, sis entre Lanhélin et Combourg. Douze enfants allaient naître au sein de ce foyer, dont quatre fils. En réalité, le sieur François de Chateaubriand n'était guère homme riche, il exerçait la charge de sénéchal à la seigneurie du Lattay alors possession de la puissante famille de Saint-Pern. C'est au demeurant en son manoir des Touches que l'aïeul du grand écrivain s'éteignit le 28 mars 1729 âgé de 45 ans. Toutefois, il avait vu le jour au manoir du Quengo en la paroisse de Brusvily au cours du mois de février 1683, sa mère, Marie-Jeanne de Chateaubriand était née du Rocher du Quengo.

 

 

 

Le Quengo en Brusvily

(d'après Frotier de la Messelière)

 

 

Les Touches en Guitté

(d'après Yvonne Jean Haffen)

 

L'aîné de ses fils comme le souligne l'auteur des Mémoires d'Outre Tombe embrassa la Religion, il fut nommé recteur de Saint Launeuc où il succèda à Missire Henri Gilbert. On lui attribue l'aménagement de ce charmant presbytère à présent reconverti en logements locatifs. Ci dessous reproduction aquarelle du lieu sis en Sant-Launeuc (merci à Serge). Il restera près d'une dizaine d'années à Saint Launeuc avant d'être envoyé à Merdrignac où il devait mourir le 26 février 1776 : « Venerable et discret Missire François de Chateaubriand, en son vivant recteur de cette paroisse décédé le vingt six février 1776 au presbytère de la ditte paroisse muni de tous les sacrements a été aujourd'hui du même mois inhumé dans cette église sous le banc de M. le marquis de St-Pern Seigneur Supérieur et Fondateur de cette ditte paroisse par permission dudit Seigneur comme il couste par son commandement ci-joint. La cérémonie faite par M. Alis Recteur de St-Launeuc en présence de M. Morfouasse curé de Gomené....

 

 

« ...Elle habitait, au décès de son mari, le manoir de la Villeneuve, dans les environs de Dinan. Toute la fortune de mon aïeule ne dépassait pas 5,000 livres de rente, dont l'aîné de ses fils emportait les deux tiers, 3,333 livres; restaient 1,666 livres de rente pour les trois cadets, sur laquelle somme l'aîné prélevait encore le préciput. Pour comble de malheur, ma grand-mère fut contrariée dans ses desseins par le caractère de ses fils l'aîné, François-Henri, qui le magnifique héritage de la seigneurie de la Villeneuve était dévolu, refusa de se marier et se fit prêtre; mais au lieu de quêter les bénéfices que son nom lui aurait pu procurer, et avec lesquels il aurait soutenu ses frères, il ne sollicita rien par fierté et par insouciance. s'ensevelit dans une cure de campagne et fut successivement recteur de Saint-Launeuc et de Merdrignac, dans le diocèse de Saint-Malo, il avait la passion de la poésie; j'ai vu bon nombre de ses vers. Le caractère joyeux de cette espèce de noble Rabelais, le culte que ce prêtre chrétien avait voué aux Muses dans un presbytère, excitaient la curiosité. Il donnait tout ce qu'il avait et mourut insolvable. Le quatrième frère de mon père, Joseph, se rendit Paris et s'enferma dans une bibliothèque on lui envoyait tous les ans les 416 livres, son lopin de cadet. Il passa inconnu au milieu des livres; il s'occupait de recherches historiques. Pendant sa vie, qui fut courte, il écrivait chaque premier de janvier sa mère, seul signe d'existence qu'il ait jamais donné. Singulière destinée! Voilà mes deux oncles, l'un érudit et l'autre poète; mon frère aîné faisait agréablement des vers une de mes sœurs, madame de Farcy, avait un vrai talent pour la poésie; une autre de mes sœurs, la comtesse Lucile, chanoinesse, pourrait être connue par quelques pages admirables; moi, j'ai barbouillé force papier. Mon frère péri sur l'échafaud, mes deux sœurs ont quitté une vie de douleur après avoir langui dans les prisons; mes deux oncles ne laissèrent pas de quoi payer les quatre planches de leur cercueil; les lettres ont causé mes joies et mes peines, et je ne désespère pas, Dieu aidant, de mourir l'hôpital. Ma grand-mère, s'étant épuisée pour faire quelque chose de son fils aîné et de son fils cadet, ne pouvait plus rien pour les deux autres, René, mon père, et Pierre, mon oncle. Cette famille, qui avait semé l'or, selon sa devise, voyait de sa gentilhommière les riches abbayes qu'elle avait fondées et qui en tombaient ses aïeux. Elle avait présidé les états de Bretagne, comme possédant une des neuf baronnies; elle avait signé au traité des souverains, servi de caution Clisson, et elle n'aurait pas eu le crédit d'obtenir une sous-lieutenance pour l'héritier de son nom. Il restait la pauvre noblesse bretonne une ressource, la marine royale on essaya d'en profiter pour mon père mais il fallait d'abord se rendre Brest, vivre, payer les maîtres, acheter l'uniforme, les armes, les livres, les instruments de mathématiques comment subvenir tous ces frais? Le brevet demandé au ministre de la marine n'arriva point, faute de protecteur pour en solliciter l'expédition la châtelaine de Villeneuve tomba malade de chagrin. Alors mon père donna la première marque du caractère décidé que je lui ai connu. Il avait environ quinze ans s'étant aperçu des inquiétudes de sa mère, il s'approcha du lit où elle était couchée et fui dit Je ne veux plus être un fardeau pour vous. Sur ce, ma grand-mère se prit pleurer (j'ai vingt fois entendu mon père raconter cette scène). René, répondit-elle, que veux-tu faire? Laboure ton champ. Il ne peut pas nous nourrir; laissez-moi partir. Eh bien, dit la mère, va donc où Dieu veut que tu ailles. Elle embrassa l'enfant en sanglotant. Le soir même mon père quitta la ferme maternelle, arriva Dinan, où une de nos parentes lui donna une lettre de recommandation pour un habitant de Saint-Malo. L'aventurier orphelin fut embarqué comme volontaire sur une goëlette armée, qui mit la voile quelques jours après. La petite république malouine soutenait seule alors sur la mer l'honneur du pavillon français. La goélette rejoignit la flotte que le cardinal de Fleury envoyait au secours de Stanislas, assiégé dans Dantzick par les Russes. Mon père mit pied terre et se trouva au mémorable combat que quinze cents Français, commandés par le brave Breton de Bréhan comte de Plélo, livrèrent, le 29 mai 1734, quarante mille Moscovites commandés par Munich. De Bréhan, diplomate, guerrier et poëte, fut tué et mon père blessé deux fois. Il revint en France et se rembarqua. Naufragé sur les côtes de l'Espagne, des voleurs l'attaquèrent et le dépouillèrent dans la Galice; il prit passage Bayonne sur un vaisseau et surgit encore au toit paternel. Son courage et son esprit d'ordre l'avaient fait connaître. Il passa aux Iles; il s'enrichit dans les colonies et jeta les fondements de la nouvelle fortune de sa famille. ... »   

 

 

Précisément, celui qui s'était enrichit dans les colonies et jeta les fondements de la nouvelle fortune de sa famille, c'était le père du grand écrivain : haut et puissant René-Auguste de Chateaubriand, chevalier seigneur du Plessis. Il était alors âgé de trente quatre ans et neuf mois ce 3 juillet 1753 quand il épousa en l'église de Bourseul « très noble demoiselle Apolline-Jeanne-Suzanne de Bédée, dame de la Villemain » née le 7 avril 1726, de haut et puissant seigneur Ange-Annibal de Bédée, chevalier seigneur de la Bouëtardais, de la Mettrie et de Boisriou, et de dame Bénigne-Jeanne-Marie de Ravenel du Boisteilleul, son épouse. Comme le souligne Georges Collas : l'événement banal en soi, que ce mariage d'un cadet de Bretagne, issu certes d'une des plus vieilles et des plus nobles maisons de la province, mais simple capitaine de navire, maître après Dieu de quelques planches sur l'Océan, et d'une jeune fille qui, pour n'être pas d'aussi glorieuse extraction que lui, était aussi de la meilleure aristocratie bretonne, maintenue dans sa qualité à la réformation de 1669, et dont l'ascendance maternelle, par les Ravenel, les Farcy et les Béhaignon, n'était pas moins authentiquement noble que celle de l'époux par les Lamour et les Laporte. Evénement banal en soi, mais qui devait avoir des répercussions imprévues dans l'histoire littéraire et dans celle des mœurs, puisque de cette union devait sortir quinze ans plus tard celui qui, selon le mot de E.-M. de Vogué qu'il faut toujours rappeler parce qu'il n'est pas seulement une vérité vraie, mais une vérité trop souvent méconnue, a, après Napoléon Bonaparte, « le plus et le mieux pétri la France contemporaine ». 

 

 

Et notre auteur de poursuivre : Apolline de Bédée, a dit  son fils, « avec de grands traits, était noire, petite et laide », mais elle avait « les plus beaux yeux du monde ». M. de Chateaubriand était grand, sec, il avait le nez aquilin, les lèvres minces et pâles, les yeux enfoncés, petits et pers ou glauques, comme ceux des lions ou des anciens barbares. Son regard était terrible : « quand la colère y montait, la prunelle étincelante semblait se détacher et venir vous frapper comme une balle ». Au moral, même contraste entre les époux. « L'élégance de ses manières, dit encore le fils en parlant de sa mère, l'allure vive de son humeur contrastaient avec la rigidité et le calme de mon père. Aimant la société autant qu'il aimait la solitude, aussi pétulante et animée qu'il était immobile et froid, elle n'avait pas un goût qui ne fût opposé à ceux de son mari ». Tout cela ne donne pas tout à fait l'idée d'un ménage bien assorti ! Mais il n'est pas inutile de le noter, parce que nul homme ne s'est senti avec une conscience plus aiguë que le contradictoire et frémissant François, « pétri des sangs divers de son père et de sa mère ». Quatre jours avant leur mariage, le 30 juin, avait été passé et 'fait au château de la Bouëtardais, par devant Ledeau et Dubourg, notaires de la juridiction de l'ancienne baronnie de la Hunaudaye-Montafllan au siège de Plancoët, leur contrat de mariage, contrôlé et insinué le 2 juillet, et conservé aujourd'hui au minutier de M. Hervé. La tante et marraine de la future épouse, Suzanne-Apolline de Ravenel, demoiselle du Boisteilleul, y figurait comme donatrice. Une des clauses stipulait pour le comte et la comtesse de Bédée l'obligation de loger chez eux et de nourrir les futurs époux avec un domestique pendant trois ans. Ils usèrent de leur droit et tant que M. de Chateaubriand continua de naviguer, ils. n'eurent pas d'autre foyer que celui de leurs parents. C'est donc par erreur que l'écrivain a dit que ses parents vinrent s'établir à Saint-Malo aussitôt après leur mariage. C'est à la Bouëtardais, où elle avait mené, dans l'austère simplicité de la vie provinciale et la pratique des vertus chrétiennes, son existence de jeune fille, que celle qui devait « infliger la vie » au grand mélancolique a vécu ses premières années de jeune femme, fait l'apprentissage des joies et peut-être déjà des déceptions de la vie conjugale et connu les premières cruautés de la maternité : son premier enfant, Bénigne-Jeanne-Angélique, née à la Bouëtardais le 2 décembre 1754, mourut au bout de quelques mois. C'est donc dans l'étroite chapelle du manoir, où elle avait prié, fillette romanesque qui s'ouvrait à la vie, qu'elle revint pleurer, pauvre mère douloureuse. Mais c'est en l'église paroissiale de Bourseul que la petite fille avait été baptisée le 5 décembre, en l'absence du père alors en mer. Quelques mois auparavant, il avait assisté à un autre baptême plus pittoresque, celui du nègre Eugène, natif d'Angola, ramené par lui de Saint Domingue, qui, pour l'ébahissement des paysans, servait de domestique au jeune ménage et que les pieuses dames de Bédée n'avaient pas tardé à convertir. grand-mère de Chateaubriand. Ce n'est pas au «Dôme», comme l'ont répandu la légende et les cartes postales, mais dans une humble et banale maison de la même rue de l'Abbaye, quelques pas plus haut, deux cents mètres avant la chapelle de Nazareth, que Mme de Bédée reçut de Saint-Malo, par une journée de septembre 1768 où la tempête ronflait impitoyablement dans la cheminée immortalisée par les Mémoires d Outre-Tombe, le petit enfant à demi-mort qui devait, à l'aurore du siècle suivant, fixer en une forme enchanteresse les aspirations les plus profondes de l'âme moderne. 

 

 

Ecole Notre-Dame de Nazareth en Plancoët

- Aquarelle, vers 1895

(Archives diocésaines de Saint-Brieuc et Tréguier)

 

En 1757, M. de Chateaubriand cessa de naviguer et s'établit à Saint-Malo dans la rue du Pont-qui-tremble, aujourd'hui rue de l'Epine. En pleine guerre, avec la belle audace qui caractérise toutes ses entreprises, à l'heure où la marine et le commerce français étaient dans le marasme, il y ouvrit une maison d'armement pour courir sus aux ennemis de l'Etat. Onze ans après, le 4 septembre 1768, dans la sombre rue des Juifs, par une nuit de tempête en laquelle il s'est plu à voir le symbole de sa destinée orageuse, naissait à demi mort François-René, dixième et dernier enfant du ménage. Baptisé le lendemain suivant l'usage, il fut aussitôt envoyé à Plancoët, où sa grand-mère depuis son veuvage, s'était retirée pour vivre avec sa sœur en ce simple logis. C'est ce qu'il appelle « subir son premier exil ». En style romantique et chateaubrianesque, cela veut dire qu'on le mit en nourrice. Mais ici c'est à lui qu'il faut laisser la parole depuis : En sortant du sein de ma mère..., jusqu'à : qu'une vaine renommée menaçait d'atteindre. Ci dessous reproduction de l'hôtel de la Gicquelais à Saint Malo qui vit naître Chateaubriand.

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 11:09

Il suffit de parcourir les différentes listes des chanceliers de Bretagne, insérées dans les nobiliaires bretons, pour se convaincre de leur imperfection. Entre Pierre de Fougères, évêque de Rennes (1218 et 1222), et Henri du Bois, évêque de Dol (1344), Pol de Courcy, qui en cela reproduit ses devanciers, ne peut citer aucun nom. D'une bulle inédite de la troisième année du pontificat de Jean XXII, il résulte que le 28 avril 1319 le pape confère le canonicat de Saint-Martin de Tours, avec l'expectative d'une prébende, à maître Mathieu Le Bart, en considération du duc de Bretagne, dont il est chancelier. D'autre part, le 6 juillet 1317, Mathieu, qui reçoit le canonicat de Dol avec l'expectative d'une prébende, d'une dignité, d'un personat ou d'un office, n'est que clerc conseiller de Jean III, recteur de Gaël au diocèse de Saint-Malo et chapelain du Thil au diocèse de Séez. Le 23 décembre 1321 la bulle qui le nomme chanoine prébende et écolâtre de la cathédrale de Nantes, ne mentionne plus son titre de chancelier, quoiqu'elle ajoute à ses fonctions ecclésiastiques celle de chanoine prébende de Rennes. En 1323, après être entré en possession de ses bénéfices nantais, il est obligé de se démettre du rectorat de la paroisse de Gaël. Dom Morice le cite, en 1340, comme ayant donné lecture d'une lettre de l'archevêque de Tours au chapitre de la cathédrale de Dol, dont il est chantre. Enfin, le 14 juillet 1352, Guillaume de Beaufort, vicomte de Turenne, supplie Clément VI de conférer à son familier Henri Humare, clerc du diocèse de Liège, le canonicat et la prébende de la cathédrale de Nantes qui vaquent par la mort de Mathieu le Bart. A quelle époque précise la charge de chancelier fut-elle confiée au personnage dont le cursus honorum a été retracé. Quand lui fut-elle retirée ? Dans l'état actuel de nos connaissances, il est impossible de le savoir. Si Mathieu le Bart fut gratifié de nombreux bénéfices, il y a tout lieu de croire qu'il possédait des titres aux faveurs du Saint-Siège ou qu'il comptait de puissants protecteurs. Toutefois, puisqu'à partir de 1321 Jean III ne sollicite plus pour lui aucune dignité ecclésiastique et puisque les bulles ne mentionnent plus sa charge de chancelier, il faut supposer qu'il avait déjà résilié celle-ci

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 19:52

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 18:21

 

1ère phase : la domus (villa luxueuse)

 

Au 1er siècle de notre ère, le site accueille un bâtiment en équerre, composé de trois pièces. Il entoure une petite cour, espaces des activités quotidiennes, comprenant un puits et peut être un foyer.

 

2ème phase : la domus claudienne

 

La domus se développe sous le règne de l'empereur Claude (règne de 41-54) pour occuper 600 m2. Des bâtiments sont ajoutés vers le sud. Un portique est présent sur les trois faces de la cour, devenue un jardin. La maison est bordée à l'est par une petite ruelle qui la sépare d'une autre domus.

 

3ème phase : la domus antonine.

 

Au IIème et IIIème siècle ap. J-C. la domus atteint son stade final. Elle s'étend alors vers l'ouest au-dessus de la ruelle qui est détruite, en englobant une partie du bâtiment voisin. L'absence de témoignages significatifs dans les espaces conservés de la maison ne nous permet pas d'identifier les pièces de manière certaine. Toutefois, nous pensons imaginer que les salles liées aux activités quotidiennes s'organisent davantage autour du jardin pour être à proximité du puits.

 

4ème phase : les thermes.

 

Entre la fin du IIIème et le début du IVème siècle après J.C, la domus est partiellement détruite et ses fondations sont intégrées au nouveau complexe thermal construit à l'ouest, appartenant peut être à une riche corporation coriososlite. Les thermes présentent une succession de salles chaudes, tièdes et froides, en utilisant un système de chauffage par le sol : l'hypocauste. L'ensemble à l'est, entouré d'un portique de 3 m de large, pourrait être la palestre des thermes, où les visiteurs font de l'exercice avant de se baigner. Pourtant sa taille réduite laisse à penser qu'il s'agirait davantage d'un schola, une école appartenant à une riche corporation, ou d'un macellum , un bâtiment commercial.  

 

Le site du Clos-Mulon au fil du temps.

 

Le site du Clos-Mulon nous permet de suivre l'évolution d'une maison urbaine pendant plus de trois siècles. Elle montre l'enrichissement des élites qui adoptent les plans des domus romaines.

 

1ère phase : la domus

 

Au 1er siècle de notre ère, le site accueille un bâtiment en équerre, composé de trois pièces. Il entoure une petite cour, espaces des activités quotidiennes, comprenant un puits et peut être un foyer.

 

2ème phase : la domus claudienne

 

La domus se développe sous le règne de l'empereur Claude (règne de 41-54) pour occuper 600 m2. Des bâtiments sont ajoutés vers le sud. Un portique est présent sur les trois faces de la cour, devenue un jardin. La maison est bordée à l'est par une petite ruelle qui la sépare d'une autre domus.

 

3ème phase : la domus antonine.

 

Au IIème et IIIème siècle ap. J-C. la domus atteint son stade final. Elle s'étend alors vers l'ouest au-dessus de la ruelle qui est détruite, en englobant une partie du bâtiment voisin. L'absence de témoignages significatifs dans les espaces conservés de la maison ne nous permet pas d'identifier les pièces de manière certaine. Toutefois, nous pensons imaginer que les salles liées aux activités quotidiennes s'organisent davantage autour du jardin pour être à proximité du puits.

 

4ème phase : les thermes.

 

Entre la fin du IIIème et le début du IVème siècle après J.C, la domus est partiellement détruite et ses fondations sont intégrées au nouveau complexe thermal construit à l'ouest, appartenant peut être à une riche corporation coriososlite. Les thermes présentent une succession de salles chaudes, tièdes et froides, en utilisant un système de chauffage par le sol : l'hypocauste. L'ensemble à l'est, entouré d'un portique de 3 m de large, pourrait être la palestre des thermes, où les visiteurs font de l'exercice avant de se baigner. Pourtant sa taille réduite laisse à penser qu'il s'agirait davantage d'un schola, une école appartenant à une riche corporation, ou d'un macellum , un bâtiment commercial.

 

Ci dessous d'après reproduction effectuée par Jean-Pierre Bardel, 1996 et Catherine Bizien-Jaglin, 2004

 

 

La domus

Au cœur de Corseul

 

Histoire du site, d'hier et d'aujourd'hui

 

Son histoire et ses vestiges nous sont aujourd'hui dévoilés, grâce aux fouilles archéologiques menées de 1965 à 1971 par Bertrand Chiche et Guy Guennou, sous l'impulsion de la société Archéologique de Corseul. Le clos Mulon a été le premier site gallo-romain de Bretagne fouillé selon la méthode stratigraphique, c'est à dire, couche après couche. Ce site archéologique est classé Monument Historique en 1990 et 2000. Sa valorisation met aujourd'hui l'accent sur la domus claudienne du Ier siècle de notre ère et permet de revivre le quotidien de cette luxueuse habitation.

 

 

 

A la découverte de la domus du Clos Mulon

 

Nous sommes ici sur l'ancienne voie publique, le decumanus. L'accès à la maison s'effectuant depuis la ruelle la bordant à l'ouest et la séparant d'une autre domus. Rentrons maintenant dans l'espace privé de la domus du Clos Mulon et découvrons ensemble son histoire, grâce à Gaius Flavius Ianuarius, notable de l'antique Corseul, invité à un banquet par le propriétaire de la domus. Avant d'entrer, il recule de quelques pas pour admirer la belle bâtisse couverte de tuiles. L'édifice dispose d'un étage. Gaius frappe à la porte, après quelques minutes un serviteur apparaît dans l'entrebâillement de la porte et l'invite à pénétrer dans le bâtiment. 

 

 

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 16:32

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article
5 juillet 2015 7 05 /07 /juillet /2015 16:15

Repost 0
Published by poudouvre
commenter cet article